Envies …

Oeuvre de Michael Creese _Black Swan _ 2013

Oeuvre de Michael Creese _Black Swan _ 2013

Envie de fuir ;
… envie de magicienne ;
… envie de lèvres à lèvres ;
… envie de détruire les miroirs de ses hésitations ;
… envie de pousser les murs de sa prison ;
… envie de saliver sur un sein ;
… envie de souffrir pour sa cause ;
… envie de silence, la tête posée sur un ventre soyeux ;
… envie de trahir sa propre image réelle ;
… envie de construire son monde aux yeux des autres taillés dans la norme, déformée par la famine des désirs inassouvies ;
… envie de plaire à une femme ;
… envie de connaître les lignes d’une Eve ;
… envie de caresser l’univers insondable d’autres lèvres verticales ;
… envie d’élever une stèle à ses doutes ;
… envie de comprendre le sourire d’une femme magnétique ;
… envie de promettre la Lune et d’offrir sa terre ;
… envie de jouissance à toute heure ;
… envie d’assouvir les désirs de son corps enfermé dans un cachot ;
… envie du fruit goûteux ;
… envie d’ardeurs à la démesure d’un ciel ;
… envie d’aguicher les naïades de ses rêves provocateurs ;
… envie d’une autre identité à la signature de sa soumission ;
… envie de plaire à la dictée d’un ordre ;
… envie de se donner pour le plaisir d’être croquée à vif ;
… envie de fertiliser son ventre d’une jouissance vraie ;
… envie de cristalliser son réel dans un placard ;
… envie de rituels, d’initiations ;
… envie de symboles comme des bouées de sauvetage ;
… envie de livrer ses envies en vrac à la première femme au regard dominant ;
… envie de naître sur la bonne planète ;
… envie de saler sa vie, de pimenter ses relations ;
… envie de flageller son corps enfoui dans la vase de ses envies ;
… envie de cribler de mots la femme de son idéal ;
… envie de troubler le désir d’une autre elle-même ;
… envie de rassembler les meubles de ses désirs dans un grand feu et ouvrir la vanne de ses cris ;
… envie de hurler son encombrement dans cet espace réel ;
… envie de casser ses chaînes pour d’autres chaînes ;
… envie d’étaler ;
… envie d’une église-femme à profaner ;
… envie de butiner un sein sur la tombe d’une dévote ;
… envie de courir et s’empaler ;
… envie de sentir des mains s’attarder sur ses envies ;
… envie d’instantané ;
… envie d’effeuiller la plante veinée de son sang ;
… envie d’agrafer sur son coeur son amante ;
… envie de spontanéité ;
… envie de cueillir la fleur d’une autre femme ;
… envie de tisser ses mots sur la chair promise ;
… envie de religion sans guerre, sans politique, sans prière;
… envie d’endosser son excitation permanente ;
… envie de se précipiter du haut de son unité de femme entière ;

envie de rassembler le puzzle de sa consistance cravachée. Elle jeûne sur son bûcher, offerte, prisonnière sur le parvis, liée à ses envies comme une botte de paille, elle se consume à la flamme du manque.

©Max-Louis MARCETTEAU

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s