Aujourd’hui, je meuble

Les meubles sont des cercueils. Debout contre le mur, condamnés à être exécutés après jugement sans appel : démodé.

A double tour, portes et tiroirs, fermés, clés jetées dans le caniveau de l’indifférence, ils tiennent la position. Le bois de merisier résistera jusqu’au bout. Celui d’acajou aussi. Seuls les pins et sapins seront les premiers à tomber. Les mites en armées, par orifice, s’engouffrent à l’intérieur, à ronger les membres, puis le corps, un rayon de lumière et tas de cendre froide. La cendre, ce sang qui ne tache pas. Pas de sépulture, de prière, de fleuve pour se réincarner, de Paradis, pour les meubles. Une deuxième mort pour l’arbre. Difficile à vivre.

Les rescapés ne sont pas sans frissons : grincement, bruissement, crissement, gémissement, un orchestre, le ré-majeur est en option, la baguette timide donne le ton, la blanche note pleure et la noire se dièse en contrepoint fleuri. Le chat sauvage propriétaire de ce territoire n’ose s’aventurer dans ce lieu étrange et la chouette de service hulule, unique choriste, fait des cauchemars diurnes.

Parfois, le meuble est accompagné.

Morte d’inanition la vaisselle emmurée ne crie plus sa faim, se nourrit de souvenirs et cauchemarde qu’elle est Limoges et se réveille, oh pâle, à la sueur d’une poussière épaisse, gluante, son sarcophage. Elle embrasse, parfois, le sol brutalement, les couverts comme assaillants, quand le meuble perd de sa consistance.

Rien ne crâne, ici. C’est un hospice … de meubles.

©Max-Louis MARCETTEAU

 

4 réflexions sur “Aujourd’hui, je meuble

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s