Et pauvre de moi

BD_Racconti Stellari par G. Bentivoglio pour Publistrip milanais

BD_Racconti Stellari par G. Bentivoglio pour Publistrip milanais

Blog popinsetcris contrainte écriture.


 

Je ne suis pas concupiscent. Et puis, j’ai le jabot qui jabote quand je prononce ce mot. Qu’il est laid ce mot. En fait, il est tellement laid et à la fois tellement grossier : con-cul-pisse-an. J’en suis choqué. Ce n’est pas comme : bou-gain-vi-llier même au regard du pléonasme possible de : bout et vi(t) (gland pour les puristes, pas le chêne), je reste sur le qui-vive des mots, à la croisée des prononciations, du ton, des variables de voix…

Mais c’est vrai que je suis amphigourique, c’est pas nouveau et j’en prends conscience à qui me le fait savoir. Mais qu’importe, je reste comme le soliveau de la charpente mère, entêté, je reste sur la position, et rien ne peut me débusquer mais l’hiémal. J’ai chaudement raison à mon égard. Et puis à l’homme heureux aucune pression extérieure possible, aucun asservissement…

Il est vrai aussi que je suis hyalin, un livre ouvert mais est-ce que l’on me regarde à la bonne page ? Et j’ai beau rioter devant le monde, la part d’ombre est présente et s’écrit tous les jours et ne voudrais pas être atteint de postéromanie… pauvre descendance.

Et pauvre de moi…

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

8 réflexions sur “Et pauvre de moi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s