Reset

Blog popinsetcris contrainte écriture


 

Pas besoin de crier dans l’hygiaphone pour comprendre ta colère. Je sais, j’ai tort. D’ailleurs, j’ai toujours tort. Et ta raison n’est pas la mienne c’est sûr, ta raison est une aberration. Pas besoin de sortir de l’école de Manivelle… de Machiavel… que tu manipules ton monde, ton instinct d’amour me phagocyte… mais à quoi bon discuter…

Ce soir je vais prendre le car, ma présence dans ta voiture covoiturage n’est pas souhaitée et puis je risque l’effet groseille, mon corps va se recouvrir de petits taches de couleur rouge-rosée, émotivité en dessin.

Je vais me recroqueviller dans l’un des sièges de ce car, filtrer le reste de tes mots colères. Le reste de ma vie comme une laideur, le reste de mon souffle en encre noire.

Le ronronnement de mon angoisse tourne en rond comme le bruit du moteur car… et je ressens à cet instant l’effet gouffre qui prend là au fond du crâne, au fond du ventre, au fond d’une cellule qui éclate, un anévrisme sentimental…

Et pourtant, j’ai encore la force, si ce n’est l’instinct de me traîner dans ma cabane/cellule/appartement. Je monte les degrés à la lueur d’un navigateur égaré dans les quarantièmes et le palier est comme l’œil du cyclone, une aire de repos, un havre de paix, une plage sans prédateur, et puis j’ouvre la porte, ma porte, porte au seuil de la noirceur d’une vie maintenant sans… toi.

Je croque quand même une passe-crassane (je hais les pommes), ma seule consolation fruitée, sucrée, et m’allonge sur mon lit frondeur aux ressorts bien sentis. Je mange tout, le trognon n’a pas le temps de faire une mine de condamné qu’il est mastiqué et avalé.

Prendre une douche ne sert plus à rien, je vais finir crado squelette dans les draps moisis de… toi. Je suis ce que le dérisoire est au rasoir du matin, coupant, révélateur de ma condition de… raseur et j’enlève mon dernier apparat : ma moumoute dernière génération avec intégrateur de laque. Et, là, je ne sais pas pourquoi, j’éclate de rire. De ce rire qui ose pourfendre les cloisons et les rabat-joie.

Je me lève, me déshabille et prends conscience de mon délirant… slip… kangourou taille basse ; je devais faire un strip-tease pour elle… ce soir… quelle déchéance en me voyant ainsi.

Allez ! hop ! direction la salle de bains pour me laver, le tout en un, même le… cerveau.

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

10 réflexions sur “Reset

  1. Totalement surréaliste et tellement bon.
    Comment dire…
    Un slip kangourou, quelle merveilleuse idée.
    Cela transporte direct en avion du côté de l’Australie.
    A la recherche des derniers indigènes disparus.
    Je vous souhaite le bon jour, Max-Louis.

    Aimé par 1 personne

    • Bon jour,
      En fait, ce n’est pas si surréaliste que cela, même si certains passages y font références en toile de fond. C’est le drame total au contraire avec cette pointe d’ironie, ce regard sur soi au sourire grinçant, enchaîné, ruminé, contaminé et puis cette fin « …me laver, le tout en un, même le… cerveau. » C’est ici l’acte ultime : le suicide. Il est vrai ce n’est pas écrit et c’est la toute la finesse de la chose car on est toujours surpris que un tel s’est suicidé et que personne n’a rien vue venir comme l’on dit et pour finir le titre : reset. C’est d’en finir et reprendre un autre chemin dans un ailleurs (qui sait l’éternité) pour ne plus souffrir.
      Voilà, voilà … 🙂
      Et vous souhaite un belle journée bien au chaud … 🙂
      Merci à vous
      Max-Louis

      Aimé par 1 personne

  2. Merci Max-Louis,
    La journée s’est passée bien au chaud.
    En ce qui concerne ce reset que je n’avais pas lu sous cet angle, et dans ces cas là, il est vivement souhaitable de ne pas hésiter à solliciter l’aide d’autrui qui permet de prendre de la distance et de modifier le regard porté sur soi et le monde.
    Mais cela appartient à l’auteur, et nul ne sait dans le monde virtuel qui est réellement de l’autre côté de la fenêtre.
    Je vous souhaite une excellente soirée Max-Louis, Bien au chaud également.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s