Victor Noir… en bleu

Dita Von Teese kisses Victor Noir - Père Lachaise

Dita Von Teese kisses Victor Noir – Père Lachaise

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


Wesh, je me réveille entre sous oreiller et étouffement au cauchemar de l’étranglement genre problème cardiaque à la grosse sueur qui se marre, je me suis entortillonné dans les draps.

J’ai aujourd’hui le réveil possédé. Je m’assois sur le rebord du lit, les mains sur mon visage buriné des mauvaises images de ce mauvais rêve dans cette chambre accueillante qui me révèle dans mon esprit embrumé qu’il s’est passé des choses interdites aux profanes.

Hier au soir, je suis arrivé à Azy au collet d’une fatigue imposante et tenace. Je devais absolument m’arrêter (je n’aime pas le mot : halte) et me suis installé au seul hostel à trente kilomètres à la ronde. J’ai eu un moment où l’hésitation fleurie comme un printemps en équateur. On a humide, on a chaud, on a le malaise qui nous tient la main et pourtant on franchit le seuil… et quel seuil. La poignée de la porte a fait un couinement saisissant, improbable : brrra. J’ai eu un effet peur avec un relâchement intempestif de l’intestin en un prout de bienvenue. Je fus irradié de gêne au même moment qu’une sirène (pas le signal fort bruyant) fort blonde et sympathique m’accueillit.

— Bonjouir… pardon… bonjour, dit-elle d’un sourire paradis.
— Bon jour, dis-je tout autant dans le trouble de mon eau d’esprit à la vue féerique présentée et l’inconvenance de mon abandon imprévu d’un pet.

Aux formalités d’usage d’un hôtel, je quittais mon adorable hôtesse pour la table déjà servie à mon égard, m’avait-on dit avec le sourire enchanteur d’une serveuse aussi improbablement belle qu’intelligente, dans la salle à manger aux décors d’animaux… empaillés.

Je crois bien que c’est au repas que les choses sont devenues pour moi incontrôlables et que ce mal réveil me fait penser à la fée Tsé (inconnue dans nos régions pourtant) qui impose son dévolu lors d’un dîner et je soupçonne mon envoûtement par la patronne de l’hôtel mais pas que…

Je vais prendre un bain à me décrasser le cauchemar toujours collé entre ma gorge et mon poumon gauche. La salle de bains est à quelques pas. C’est un calvaire. J’ai vraiment des douleurs qui s’imposent, m’arrachent des grimaces dans tout le corps. De pas en pas incertains, ma ligne d’horizon se défile et pourtant, je franchis un autre seuil.

Le bac à bain est là et je vois un flash « EASY« , qui se répète jusqu’à extinction dans ma tête écrasée comme dans un étau… avant une dernière vision :

— Quel boloss ! dit la sirène à la serveuse 95C, s’il n’avait pas été si beau… n’empêche que cette nouvelle formule, le bleu de peau tient bien… et le plus, c’est ce phallus… je vais pouvoir m’amuser… un beau macchabée… style Victor Noir…

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s