J’ai une armoire et un livre

Dessin de Jochen Gerner

Dessin de Jochen Gerner

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


J’ai une armoire et un livre, un livre dans une armoire et pas une armoire dans un livre …

J’ai balancé au service de collecte des déchets les autres livres, pour ne pas dire aux ordures. Il y a des expressions qui sont interdites de paraître sur le territoire lexical. Pour le bien des oreilles ? Pour faire plus propre ? Le nauséabond au mot d’ordre de passer à la lessiveuse pour des oreilles chastement préservées de l’odeur qui restera tout de même dans le … nez.

Quoi qu’il en soit, ce livre trône parmi mon linge et je ne vais pas changer d’idée. Un livre propre, du linge propre, une vie propre… En fait, garder l’essentiel. J’avais des milliers de livres, chacun avec sa particularité, son aura, sa saveur, son trait … et puis, le temps est comme un taille-crayon, il mine la vie et je suis un tantinet au bout, alors comme le soleil, un seul suffit et de livre aussi et avant que la faux me coupe l’herbe sous le pied (j’en ai toujours deux, de pied) par nature ou par un plafond avec une corde et de rejoindre le nuage à mon transport vers les cieux (je suis à demi croyant, en espérant que je n’aurai pas un demi ciel) j’ai décidé de ne garder que ce livre, un bijou de la littérature, immortel …

Bref, je vais brûler aujourd’hui, mon livre, mon Veau d’Or … à moins que … mon armoire …

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

6 réflexions sur “J’ai une armoire et un livre

    • Bon jour,
      Excellentissime 🙂
      C’est le pied disait la socquette à la grande bringue de chaussette qui ne perdait pas le pied facilement … ce que lisait le pied de page à son collègue en face en face qui commençait seulement à imprimer …
      On en parle 🙂
      Max-Louis

      Aimé par 1 personne

  1. J’ai aimé, et même plus : cela raisonne (avec déraison?).
    Si l’armoire eut été un rocking chair il eut la fallu la bruler plutôt que de la balancer…
    A la lecture de la crainte du demi-ciel j’ai « souris » (qui court dans « l’herbe sous le pied »)
    Le ciel … ah le ciel … je traduirais selon mon ressenti qu’on ne perçoit de toute façon même pas la moitié des hyper dimensions dans lequel le Créateur évolue sans mouvement. Hyper sphères dans mon esprit comme relents physico-n’importe-quoi des Sefirots. Quoi qu’il en soit brulons toujours le Veau d’Or

    Aimé par 1 personne

    • Bon jour,
      « Quoi qu’il en soit brulons toujours le Veau d’Or » : Oui, absolument … il y a comme une partie d’auto-destruction … et la destruction de ce que ‘l’on aime ….
      « on ne perçoit de toute façon même pas la moitié des hyper dimensions » : la moitié ? Non, on ne perçoit pas le quart, du quart de cette moitié … 🙂
      Merci de votre compliment et vos mots 🙂
      Max-Louis

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s