« Ils passèrent ensuite une seconde d’inattention à se tortiller »

Scarabée des sables Arkellien

Scarabée des sables Arkellien

Agenda Ironique 2018 suite Octnovdec de l’Önd et sur une idée de Jobougon et mots de Jobougon.


— “Et puis c’est quoi encore, cette histoire de polimalie sérieuse ?
— “La polimalie sérieuse, c’est… Demande au chien, il le sait !

La Gertrude qui passait par-là, à défaut de passer ailleurs, s’exclama :
 » – Je me suis inscrite à un club d’éléphantastique. Il s’agit de sauter à l’élastique à dos d’éléphant fantasque. »
Et “Rosalie” de rétorquer, grimace en poupe :
“J’ai toujours pensé qu’un éléphant fantasque était un pachyderme gaucher contrarié.
Et Mauricette, de lancer à tue-tête :
“— Oui, et alors ?
— Alors ? “C’est en faisant tout le circuit délicaristique que j’ai découvert” ce gauchement ! Car l’un, n’empêche pas l’autre, dit Rosalie se pomponnant devant la Psyché qui commençait à avoir “un air affreusitairement dépiscitaire tout en baissant les yeux au sol, ce qui » la « fit résonner longuement sans pourtant atteindre le renversement de l’ut.
— Ah! “ J’ai eu la mirififique idée” d’aborder ce sujet d’éléphant … dit Mauricette genre de Chaperon Rouge qui ne s’en laisse pas conter.
— Est-ce que tu connais l’éléphant de l’Önd ? dit Gertrude qui avait un commencement de crânïte aiguë.
— Non, dit Mauricette, ça ressemble à “l’éléphant fantasque” ?
— C’est un cousin qui pratique “l’abomifreux un langage difficile à apprendre” mais si “tu connais les bonbons mergnificats”, tu peux « amupliquer » facilement.
— Je pensais qu’il fallait “les espaces d’insolitude” pour ampliquer ?
— Tu comprends rien, ma fille. Va donc me chercher la clef de “la jumeleine et « si tu ne réussis pas à trouver la clef, demande aux deux brumageux postés la veille de te renseigner sur l’endroit à l’envers de la boite à mystère. »

Et Mauricette de sortir de la cuisine et de grommeler pensivement : « Quand ça délibule, c’est aussi clair qu’un cerf-volant par temps de zéphyr, ça flotte au dessus de nos têtes ! », tout en croisant, un habitué de la maison.

— Tu penses tout haut ?dit Onésime qui avait chanté la veille ce tube de la maisonnée dont voici les premiers mots en ré-majeur : » La drolatour du tambour de l’automne perce le jour de retour de la donne. »
C’est toi qui lit dans mes pensées. J’en suis « abominaffreusité » ! 
« Tu accepterais de faire une partie de couettivité avec moi ? Lui demanda à brûle-pourpoint Onésime avec un grand sourire. »
— T’es pas un peu “ tartuffolique” ?
— “Sinon, tu viens souvent boire le café à l’agengouin toi ?
Non, c’est “artificelle”.

« Ils passèrent ensuite une seconde d’inattention à se tortiller »

“Bon ! De toute façon, c’est comme tout . Ça s’apprend par la pratique. Et puis les modes d’emploi, c’est comme la plomberie. Ça mène à tout à condition d’en sortir.” ajouta Onésime les yeux baissés comme un rideau de porte-fenêtre.
— » Tu peux glisser de la machine à trucs à la moulinette métaphorique. Essaies un jour, tu verras la différence. » lui balança Mauricette qui avait les crocs.
“Et comment il s’appelle, ton chat ? » Dit Onésime l’air de rien, à se rattraper à un ”balument« .
« Créaginaire.
— Et tu lui donne quoi, à manger, pour qu’il ait le poil aussi brillant ?
— Des boulettes d’
anomalisson.
— De la marque nomade ?
— Et de la marque
lisson, bien entendu ! »

Mauricette qui n’avait pas avancé d’un pouce sur “cette histoire de polimalie sérieuse” dit à Onésime qui n’avait aucune chance :

— “Tu sais, tu peux dire ce que tu veux”… “Le reste de la phrase se perdit dans un silence ouateux.
— … « Tu n’imagines même pas la pinguouination qu’il a fallu déployer pour en arriver là ! » hurle presque Onésime atteint de la chocile par les mots de Mauricette.
“Alors pourquoi tu le fais ?
— Pour … pour t’avouer ce qu’est “cette histoire de polimalie sérieuse”.

Mauricette, « le voyant sortir un paquet de la poche de sa veste … lui tendit la boite, qu‘elle saisit avec soin. » Elle découvrit enfin le fin mot de l’histoire de polimalie sérieuse qui était … un scarabée des sables… et dire qu’on avait voulu depuis le début, l’égarer.

— “Tu sais, je n’ai pas dit mon dernier” mot… Quelle Lui répondit” Mauricette En lui prenant la main ».

« Bingo ! » pour Onésime qui n’y croyait plus.

Iotop 2018 sur les mots de Jobougon.

Publicités

4 réflexions sur “« Ils passèrent ensuite une seconde d’inattention à se tortiller »

  1. Pingback: Ne pas perdre de temps – patchcath

  2. Pingback: Le dernier avant le premier – de l’an | Carnets Paresseux

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s