A la moisson du rêve

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


Passage de la limite, passage du lieu, passage entre nuages de vies et non-vies, les feuilles des scénarios songent à se tenir aux garde-à-vous aux revers de dormeuses éveillées entre drap de papillons et couvertures anti-insomniaques …

A la moisson du rêve, premier du nom, le volatile de service pose ses premières images. Le souffle de plus en plus long les mouvements des yeux qui scintillent sur le lustre d’un château … de cartes … et l’escalier en colimaçon, tu cries la bouche collée sur la vitre d’un hôpital … la pluie, une sueur, roule sur ton front et tu projettes de te suicider au premier carrefour d’une rencontre hasardeuse avec une corde pendue elle aussi et qui crie elle aussi sur la même longueur d’onde … ton cou se rétrécie et une lumière rouge s’allume ….

Réveil et sursaut. Tu es à quatre-vingt-dix degrés assise sur ton lit à cent trente de pouls et la nuit silencieuse se crispe, se tord … la lumière blanche éclate tes yeux et tu respires le verre brisé qui est dans ta bouche pâteuse … rien ne vient te sortir de ce rêve pénible même pas un réconfort de ton compagnon qui est assis sur la lunette des toilettes malade des boyaux … rien n’est moins certain que la vie soit une diarrhée tout le long d’un parcours initiatique d’apprentissage qui se solde par une mort sans avoir rien compris et appris …

Et enfin, tu te réveilles vraiment comme un deuxième souffle, un cauchemar de rêve et tu te rends compte qu’il fait grand jour quand tu ouvres tes volets sur … le néant …

Tu es morte.

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

4 réflexions sur “A la moisson du rêve

  1. Chouette ! Elle va pouvoir jouer à néant d’air t’as lien.
    Vous connaissez la musique, Max-Louis, sur la note de ré, Amélie Lacroix a la raie très si.
    Ce qui fait que les boyaux chantent.
    Nan… Vous déconnez, là ! Fô arrêter les enzymes de la corde à sauter.
    Ils sont néo-toxiques.

    Aimé par 1 personne

    • Bon jour,
      Ce qui est fabuleux c’est que j’ai un lien direct avec ce fameux Néandertalien 🙂 Et donc d’une bactérie à une autre l’enzyme superfétatoire (mot que j’aime mais qui ne sert à rien dans ce contexte) déploie dans la veine de l’histoire sa muse (hic) ce qui apporte un effet dont je ne suis pas peu fier (fière ?) …
      En tout cas vos mots ne me laissent pas sur le do, car si la raie plie que la raie pond …
      Max-Louis

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s