Il s’assoit une fois de plus sur son insomnie

Personnage Corrin ou Kamui de Fire Emblem Fates – héros ou héroine – jeu vidéo de rôle tactique

Les petits cahiers d’Émilie – Les plumes d’Asphodele – du 08 au 13 avril 2019


L’oiseau emplumé de sa robe ténébreuse n’est pas d’humeur à écouter la fanfare des cui-cui au soleil levant défrisé par une nuit dépossédée par un vol de jour qui se rit chaque jour du rideau noir de sa sœur. En effet la combinaison est inattendue : le jour, la nuit, nés d’une même entité et pas sur la verdure d’un champ campagnard de luzerne qui s’ébroue à la moindre gifle de vent qui n’entend rien à son souffle … l’oiseau le sait et s’en bat l’aile …

Et puis l’oiseau va prendre son café sur son balcon. Il défait son déguisement. Le spectacle du jour de la nocturne tournée est fini. Il s’assoit une fois de plus sur son insomnie. Pas de renouveau possible. La vie comme une échelle à gravir sans fin, la faim d’une mort attendue qui n’a d’yeux que pour les autres … et lui, le velours de l’attente du sommeil sur le parvis d’un paradis éternel de non vie comme une source d’envie de ne pas renaître …

Et puis, à cet instant, il va sursauter sur sa chaise Ikéa en promo en bois collé de copeaux souffreteux devant une corneille qui l’appelle par son prénom. Elle lui demande de sortir de son rêve et de prendre sa clé de bagnole pour celle de la clé des champs et enfin savourer son avenir qui lui tend la joue pour l’embrasser goulûment … et il se réveille …

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

Publicités

20 réflexions sur “Il s’assoit une fois de plus sur son insomnie

  1. Quel titre ! j’adore ! Ce n’est pas la première fois que je le dis et tant pis si je me répète (quand on aime on ne compte pas)
    Et puis, au détour d’une phrase, « Et puis l’oiseau va prendre son café sur son balcon » c’est tout à coup un tableau qui surgit devant mes yeux. Un tableau surréaliste, un peu à l’image des collages de Prévert. Voilà, maintenant il n’y a plus qu’à en créer un, Max-Louis ! 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Bon jour,
      J’ai toujours eu du mal avec les compliments … un formatage très ancien … je suis de ces gens qui sont gênés de recevoir un cadeau … en tout cas, merci 🙂
      J’aime Prévert. En ce qui concerne les collages, même si Jacques nous dit : « “Quand on sait pas dessiner, on peut faire des images avec de la colle et des ciseaux.” je n’ ai pas les moyens d’une telle aventure … 🙂 mais pourquoi ne pas réaliser ce « tableau qui surgit devant mes yeux » ? 🙂
      Merci de vos mots et passage 🙂
      Max-Louis

      J'aime

  2. Pingback: LES TEXTES DES PLUMES D’ASPHODELE 7-2019 | LES PETITS CAHIERS D'EMILIE

  3. Je pensais avoir posé un commentaire hier, mais je ne le vois plus…
    Agréablement charmée par la poésie étrange qui émane de ton texte. je ne vais pas aller plus loin, puisque tu as du mal avec les compliments. J’ai longtemps été comme cela…j’ai appris à apprécier les paroles sincères, et à ne pas faire de fausse modestie.
    Bisous étoilés
     •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s