Cela peut coûter … un bras

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


J’ai une cabane en bois installée dans un grand arbre planté à l’intérieur profond d’un parc public.

A chaque visite, nocturne, le feuillage chuchote des mots qui s’étiolent dans la nuit et dont je ne retiens que les fragments si ce n’est l’écorce toute chaude qui s’évapore en peu de temps …

Hier … non, il y a quinze jours, pourtant, j’ai attrapé un mot complet : kinhuimpuis. J’ai retenu de justesse contenant et contenu comme un vase précieux. Combien de mot nomades j’ai laissé échappés toutes ces nuits aux voilures des murmures secrets échafaudés par la sève de cet arbre au moins deux fois centenaires ?

Je suis redescendu au petit matin comme un voleur de grand chemin cagoulé d’un mutisme et bâillonné par un chèche par sécurité, je me suis dirigé directement dans mon refuge au fin fond de ma cave à double entrée et de nos mystères connus de nous deux que nous gardons jalousement comme deux amants dont l’adultère ne peut être reconnu par les communs des mortels …

A cette date de découverte, je l’avais tatoué sur ma peau comme une relique. J’étais fier et inquiet car c’était la première fois que je sortais de notre traité, la cave et moi, qui stipule que rien ne doit sortir de son antre sans notre accord mutuel et sans réserve.

Une entorse qui m’a peiné un peu, mais qui n’a pas duré si ce n’est le temps de la cuisson d’un œuf coque … je l’avoue.

Et puis il y a quelques jours sur un chantier, j’ai loupé une marche, dévalé en roulé-boulé des escaliers béton et me suis affalé dehors au moment où un bloc de marbre s’est détaché de la grue et m’a broyé le bras … et le mot … le tout en charpie.

Aujourd’hui, je suis à me reposer, si l’on peut dire, à l’hôpital, amputé de beaucoup comme un rappel à l’ordre qu’il ne faut jamais dévier d’un contrat … cela peut coûter … un bras … parfois

© Max-Louis MARCETTEAU 2018/2019

21 réflexions sur “Cela peut coûter … un bras

  1. Tu as un bel univers, onirique et poétique, j’adore cette idée de mots nomades chuchotés par les arbres et puis cette image forte « cagoulé d’un mutisme et bâillonné par un chèche ».
    Une très belle fable et une morale à laquelle pour une fois j’adhère complètement, merci pour ce délicieux moment de lecture.

    Aimé par 2 personnes

  2. Dorénavant, je chercherai si une expression pourrait me gâcher la vie avant de faire quoique ce soit, tiens par exemple, « tourner 7fois sa langue dans sa bouche… » et bien ça déjà je ne le fais pas, la vie est trop courte et les amis passent trop vite 😉

    Aimé par 2 personnes

  3. A la lecture de ce retour de trahison
    où le héro fut cruellement mal traité
    les bras m’en tombent.
    (kinhuimpuis … recèle un joli balancier sonore.
    J’aimerais savoir transcrire les murmures des feuillages
    mais il me manque ces cliquetis et froufrou de la langue
    qu’incluent dans leur langage certains peuples dit … premiers )

    Aimé par 2 personnes

    • Bon jour,
      Les bras ? Diantre, quelle efficacité pour avoir écrit ce commentaire 🙂 lol
      En fait, toute conception de langage est possible … le résultat est ce qu’il est mais faut-il un « récepteur » .. car émettre c’est bien, mais le partage c’est mieux 🙂
      Merci de tes mots et passage 🙂
      Max-Louis

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s