Les pick-pockets brassent le commun des mortels

Livre de Louis Enault 1876 – Londres – Gravure Gustave Doré – Bobbies

Blog : Éveil & Vous – Éditions (Challenge du 1er au 28 février)


D’un pas à un autre les ruelles encrassées de la pauvreté charrient le brigandage le couteau en attente de sang frais pour quelques shillings tandis que les pick-pockets brassent le commun des mortels et se font parfois pincer jusqu’au cachot avec une fièvre de prison … par les Bobbies.

© Max-Louis MARCETTEAU 2021

2 réflexions sur “Les pick-pockets brassent le commun des mortels

  1. Hello Max -Louis et bien j’ai passé il y a 40 ans, 1 journée et demi dans une cellule londonienne pour un petit vol de nourriture , péchée par un énorme bobbie, et j’y ai passé la nuit avec des prostituées très gentilles qui m’ont laissé le seul lit et offert des clopes 😊

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s