Trottoir fumant de pas incertains

Photographie Vincent Fouché – ile-de-Nantes-by-night

Challenge Lune et des participants


02

Sensation déloyale de traverser le rempart d’une vie sur le bord d’un trottoir fumant de pas incertains telle une onde défaillante séchée sur une Mer du Serpent le venin du destin s’empiffre …

© Max-Louis MARCETTEAU 2021

7 réflexions sur “Trottoir fumant de pas incertains

  1. Un serpent de mer égaré en plein désert vient de planter deux crocs venimeux dans la chaussure de sécurité du Petit Prince, l’astéroïde B612 attendra encore ! Mais c’est quoi cette histoire de serpent qui pique, ces histoires tristes qui font pleurer !
    Et bien non ! Aujourd’hui, le Petit Prince rentrera sur sa planète quand il sera bien vieux, une nuit, au coin d’un songe tout de rosée rafraîchi !!!
    Pour l’instant, bras dessus queue dessous, il fait ami-ami avec le serpent qui rêve de retrouver sa mère de lune sous les rayons de lumière d’une chevelure couleur de blés mûrs.
    La poésie que diantre, sera l’avenir de l’Homme, à réenchanter les belles histoires de VIE.
    Des bises Maître Max-Iotop-L’👂 fine, ainsi qu’une belle suite à venir.
    😊

    Aimé par 2 personnes

    • Bon jour Jo,
      Le Petit Prince, cet inconnu, rêvait d’un planétarium en sucre d’orge au parfum d’aventures mais la première carie arriva bien vite pour ce petit bonhomme qui n’aimait pas les moutons sur son lit ni à compter car il préférait les serpentins du carnaval de la Lune qui les pêchait de la Mer du Serpent pour les balancer à tout va avec des cornichons Arlequins fabriqués sur B612 par le robstoique emplumé jusqu’à la fibre optique des voûtes plantaires …
      Car, il ne faut pas si tromper disait l’éléphant «d’une chevelure couleur de blés mûrs» (couleur qu’il avait contracté suite à une indigestion de feuilles dites : Qi-Qu-Bi-Que sur l’astéroïde (4179) Toutatis, le Petit Prince n’avait pas toute sa petite tête et vagabondait en compagnie de confiseries qui s’appropriaient toute son émail que même elles reprenaient le fameux slogan : «Il n’y a qu’émail qui m’aille» …
      Aussi la poésie de la VIE prenait bien des chemins que le Petit Prince ne soupçonnait pas encore …
      Bises en crêpes sucrées pour toi Jo …
      Max-Louis à bord de l’Encrier bleu de mots à écrire encore … 🙂

      Aimé par 1 personne

      • Mais les mailles de la vie n’ont pas tellement cheminée sur prince, à ce que disent les serpents trompés par les plumes bleues ARA de l’encre de (vos)tes yeux d’optique 4179, aux contours Khôlés estompés par la brume épaisse d’une poésie aussi surprenante que le cornichon du bocal où l’astéroïde gisait indéfiniment.
        Mais les crêpes, ah, les crêpes !
        M’aille que m’aille, merci pour cette jolie bordée de mots bleus retournés à la poêle et citronnée d’un filet à la cassonade, une tuerie !!!
        J’en ai encore une petite saveur acidulée de souvenirs sur les pupilles gustatives…
        😉

        Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s