Le Paresseux – Chapitre VIII

Photographie de Max Barattini

Le soleil luit au zénith telle une tumeur, le ciel est bleu de douleur. Dessous le feuillage, tenu par les lianes de la fièvre, tel l’égaré urbain en forêt (un comble pour un animal des forêts), Apathu se replie sur lui-même dans une sorte de hamac naturel et réfléchit quant à la meilleure direction à suivre. Il cueille quelques feuilles à portée de griffes, mâche tranquillement. Se balance et s’endort.

Le rêve le prend dans ses bras et l’emporte dans la forêt des Gloupes, habitat des papillons géants bulles nommés PapBu et garde-manger des grenouilles bicéphales nommé Grouilles Alës.

Il se sent léger, léger, comme une plume d’oiseau de Paradis. Il se pose sur un nid gigantesque de PapBu. La maman attentive à quelques branches de là, en surplomb, dévisage ce nouvel arrivant aussi curieux qu’inhabituel et d’un coup d’aile majestueux se fixe sur le perron de son nid.

© Max-Louis MARCETTEAU

4 réflexions sur “Le Paresseux – Chapitre VIII

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s