Les inconsommables contrefaits pourtant souriants

Photographie de Irina Dzhul

Agenda Ironique Décembre 2021


Il est minuit. Le charbonnier rentre chez lui tandis que le ramoneur à tintinnabuler en branlant du chef descend lentement d’un toit à la pente bien pentue au reflet d’une pleine Lune qui baille entre les nuages racoleurs et poursuiveurs tels des poissons rouges dans un bocal sans coins.

Il est minuit une. Une orange roule depuis quelques minutes sur les pavés centenaires de la rue des Trois Patates, échappée d’un filet à provisions usé de recruter les défigurés légumes, les rejetés fruits, les inconsommables contrefaits pourtant souriants de vitamines et de vies mais délaissés par leurs aspects rebutants.

Il est minuit deux. Un millier d’étincelles font la fête dans la rue des Quatre Fraises perpendiculaire à la rue des Trois Patates en compagnie d’une meuleuse toute guillerette de tourner plein régime au pied levé quand la main du rémouleur tient d’une main ferme et confiante une lame traversière de chair qui n’en mène pas large sur ses deux tranchants.

Il est minuit trois. Le charbonnier écrase l’orange et bouscule le ramoneur par croisement de chemin et de destin que la lame du remmouleur crie sans crier gare et ainsi relevant le bras de l’homme et par effet à écarquiller ses yeux d’un bleu acier qu’un introït impromptu s’annonce au point d’orgue de cette situation inattendue.

Il est minuit quatre. Le ramoneur tombe à jeûne depuis la veille qui elle-même ne sait pas dans quel temps elle évolue mais qui laisse percevoir le moyeu intra-véhiculaire de l’horloge du temps qu’elle n’est pas loin d’avoir raison sur son état aux rayons près d’une formule à la Pi qui semble être le centre de ce drame.

Il est minuit cinq. Les jeux sont faits, rien ne va plus. Le rémouleur ressent un danger qui n’est pas le sien et une peur que le Saint du Jour à cette heure de la nuit ne sait à quel Saint se vouer, s’enhardit et conçoit une modeste prière sur sa Bonne Étoile, qu’il poignarde proprement le charbonnier qui semblait déjà une ombre sous le réverbère de service.

Il est minuit six. Le Père Noël, en retard et malchanceux ce jour-là, s’empale sur un conifère décoré comme un sapin de Noël, se transforme en étoile sur la cime et laisse à loisir les habits au pied de l’arbre quand le rémouleur essuie sa lame sur le revers de sa manche sans regret, revêt le déguisement qu’à ce moment-là, la police nuiteuse (et pas en nuisette) embarque le ramoneur pour meurtre du charbonnier.

Il est minuit sept. Le faux Père Noël rentre chez lui, embrasse ses enfants et sa femme, le cœur léger. Ainsi est né l’esprit de Noël.

© Max-Louis MARCETTEAU 2021

26 réflexions sur “Les inconsommables contrefaits pourtant souriants

  1. je verse une larme pour le père noël empalé
    alors que le rémouleur essuie sa lame sur le revers de sa manche sans regret.
    Ainsi, c’est bien vrai Max-Louis, le père noël n’existe plus.
    Inutile de l’attendre.

    Aimé par 1 personne

    • Bon jour,
      Oui, possiblement … j’ai osé un « anti-conte » de Noël pour changer… car je me demande au fil du temps si le Père Noël n’est pas une imposture…
      Merci de tes mots, passage et… compliment 🙂
      Bonne journée.
      Max-Louis

      Aimé par 1 personne

    • Bon jour,
      Eh oui… ce conte pour enfant n’en n’est pas un à ce qui est raconté à leurs oreilles… comme quoi, la vérité n’est pas toujours là où on l’attend … 🙂
      Merci de tes mots, passage et compliment 🙂
      Bonne journée à toi.
      Max-Louis

      J’aime

  2. Pingback: Agenda ironique de décembre, (rappel et liste) – Peinture chamanique

  3. Étonnant, surprenant, en un mot ironique comme demandé pour cet AI de décembre. Voilà qui donne un peu d’acidité en rétablissant l’équilibre avec le sucre et la guimauve bien plus courants en cette saison (dirait Cyrile Lignac dans son émission gourmande).
    C’est dingue ce qui peut se passer en seulement sept minutes! Et moi qui croyait que le sept portait bonheur dira le charbonnier 😉

    Aimé par 1 personne

    • Bon jour Sabrina,
      Oui, ce chiffre sept est un point d’ancrage que l’on retrouve un peu partout dans le monde et les textes anciens mais aussi dans la nature de l’humain…
      Merci de tes mots, passage et compliment 🙂
      Bonne journée à toi également et bonnes fêtes à venir 🙂
      Max-Louis

      J’aime

    • Bon jour Carnetsparesseux,
      Je pensais qu’il manquait un autre angle de vue sur le Père Noël, je me suis permis une extravagance… 🙂
      Merci de tes mots, passage et compliment 🙂
      Bonne soirée à toi et bonnes fêtes à venir 🙂
      Max-Louis

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s