Sa fixité mobilisée par son épaisseur…

Photographie Iotop 2022

Agenda Ironique Septembre 2022


Il est là ! Impossible immobilité ! Garde-à-vous indécent !

Son seul regard fixe, me fixe à son préfixe…

«Il suffixe !» me dis-je la pensée arraisonnée au même degré d’impartialité à la hauteur de mon affect mine de rien de sa fixité mobilisée par son épaisseur…

Détection d’un possible… d’un possible apprentissage d’un état d’un personnage qui trempe dans des histoires à l’humanité décidée à tout…être à la page les yeux dans les yeux des mots…

Son appel du regard aux miens à ses mots à la longueur des phrases qui s’étendent détrempées à perte de vue et mon esprit éponge une impossible chute… salée à la ligne d’un tout qui point ne virgule ne manque pas de souffle et fait suspension à trois arrêts du précipice du style tout en un et pas démembré au terme d’un lancer de dé ne ment pas, lui…

Toute est là… dans l’Ombre !

La sève des mots déborde de la page et dépasse cette étagère : parking à livres et fait cascade jusqu’au sol… et voilà ma langue à laper à goûter pour la première fois… une Recherche du Temps Perdu…

© Max-Louis MARCETTEAU 2022

9 réflexions sur “Sa fixité mobilisée par son épaisseur…

  1. Max-Louis Diantre, je te soupçonne d’avoir dans une lampée d’un coup d’un seul bu la première gorgée de bière avec les trente centilitres à la suite pour ne pas avoir à connaître la nostalgie impitoyable des gorgées suivantes à la pâle saveur d’une dignité à faire de l’ombre à défunts et caveaux !!!
    Un goût fixé d’épaisseur par les strates déposés prennent le parfum de Madeleine qui Duras bien malgré son gré du côté de son goût d’écrire, ça devrait swinguer chez les horlogers des steppes si je ne me trompe.
    Tout de même, la virgule, c’est Perec qui aurait pu en faire un roman.
    Ainsi parlait-iotopiquant une tête dans la collection d’aiguilles de foin tic taquant de hue à dia qu’on ne l’y fixerait pas de sitôt.
    Bon, ok, il vaut peut-être mieux que le cycle soit réduit au point, à la ligne, ou encore à la force de ton style tout singulier. Amen.
    Mes amitiés d’une singularité à l’autre, Maître Io.

    Aimé par 3 personnes

    • Bon jour Jo,
      J’alcoolise les mots à double centilitres sur le revers du verre à boire en le demi plein qui semble à miroir se voir en double de plein de choses que le premier mot est perdu d’avance comme s’il était avorté par défaut de faire naître mes autres de consistances raides et pourtant pliés chacun à la définition d’un tout pour un seul rassemblement comme s’ils étaient accrochés à l’ombilic d’une idée pour créer la phrase et crier (en paraphrase) : « Marcel, j’ai les mêmes à la maison »… 🙂 Et Madelaine n’aurait pipé une autre phrase que l’épaisseur de l’appel aurait fait filet et non à provisions 🙂
      Je suis cet admirateur discret par la présente aux effets kaléidoscopes de vos commentaires que vous assemblez en une entité rayonnante à doubles hélices… Merci Jo 🙂
      Bonne soirée à vous.
      Max-Louis

      Aimé par 1 personne

    • Bon jour Sabrina,
      Marcel est en ce moment très en lumière et les « gondoles » des littéraires font son éclairage … pour un centenaire pour lui rien n’est perdu … 🙂
      Merci de tes mots et belle soirée à toi 🙂
      Max-Louis

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s