Je pose la Fleur

Oeuvre de Ligier Richier

Oeuvre de Ligier Richier

Blog de girlkissedbyfire : défi 52 Semaines 2018


Je pose la Fleur sur l’ombre de ta tombe,
Mes mains de marbre rêves catacombes
J’ouvre mon cœur triste à la théière d’hier
Trempe mon chagrin en ébullition ossuaire.

Le partir et puis rester assis là cimetière
Maison à feux follets d’esprits célibataires,
Je côtoie les souvenirs des âmes jaunies
Aux regards creux de ma présence éblouie.

Le romantique tient dans cette Fleur là
Et je vais partir l’ombre dans ma main
Te recueillir quelque instant de l’au-delà
T’embrasser par le vide jusqu’au matin.

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Éphémère gloire

 

Oeuvre de Kazuo Umezu

Oeuvre de Kazuo Umezu

Blog popinsetcris contrainte écriture.


Gloire et trahison de l’effet à la cause
d’un stylo d’un truc d’un machin,
un coup de bol sur l’assiette du destin
impersonnel de l’écrivain au réglisse
en pose sur son balcon de livres édités
et le palonnier guide de l’imaginaire limé
à la lumière des idées une charlotte
sur la tête l’autre dans l’assiette au ventre
et puis celle-ci dans les bras,
parfum d’effet ylang-ylang au programme
lit et relit position du clystère
et la sodomie s’impose à la gloire
parfois par introduction soulagement
d’orifice à l’autre l’encre éjacule
et les mots les mâchonner les coller
sur lignes en courbes à claquer et palper
de l’oseille un instant le reste de l’œuvre
pour la gloire…

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Je pique à pic

Photo Elizabeth dit Lily Brayton

Photo Elizabeth dit Lily Brayton

Blog de girlkissedbyfire : défi 52 Semaines 2018
——————–

Je pique à pic,
Carreau d’as,
Évite l’arsenic
De ta grâce.

Tu me souris
A ta ration,
Tu te réjouis,
Ma tentation.

Tu es piment
A ce piquant,
Cœur d’aspic,
Oui, J’abdique.

En ta terre impudique
Tu oses ma lunatique
A ton doux cantique
Me provoquer diabolique.

Amant
Ardent
Trident
Jurant
Sent
I ments
Piquants
Florissants
Attend
Néant

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Les jours s’aquarellent

Oeuvre de Herbert Behrens-Hangeler

Oeuvre de Herbert Behrens-Hangeler

Blog de girlkissedbyfire : défi 52 Semaines 2018 (2eme semaine : détail)


Les jours s'aquarellent,
 Le vent délave l'horizon,
 Le soleil brosse ses rayons
 Et je porte le deuil d'Elle.

Je suis et je ne suis pas,
 Effondré, assis de pleurs,
 Je rage, vomis ce trépas,
 Dépose ma vie bonheur.

On ne survit pas, non,
 On végète tel un Pluton
 Entailles sur des tailles,
 Ma vie devenue faille.

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Si j’étais toi …

Blog de victorhugotte – Agenda Ironique 2018 – Janvier.


Si j’étais toi,
Gare à la soie,
A la gare de Foix,
Garde ta joie.

Si j’étais toi,
Gare à une loi,
Pose des jours,
Pour le retour.

Si j’étais toi,
Gare au froid,
D’un été gai,
Pour souhait.

Si j’étais toi,
Le satin rose,
Sera ta pause,
Beau minois.

Si j’étais toi,
Prends la vie,
Tout à toi,
Rouge tapis.

Si j’étais toi,
La clé d’hier,
Pose un choix,
Ainsi te libère.

Si j’étais toi,
Imposes toi,
Roule les R,
Pas en l’air.

Si j’étais toi,
Éclaires toi,
Maintenant,
Il est temps.

Si j’étais toi,
Bois la lie,
Ainsi guérit,
Sage profit.

Si j’étais toi,
Ouvres toi,
Mon chéri,
A mon envie.

[Si j’étais toi,
Fermes toi,
Monde gît,
Et toi suis.]

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Histoire de Q Q O Q C C P

Qui de l’ivraie du bon grain,

d’avance, sait faire la différence ?

 

Quoi en chacun de nous, nous fait

développer le levain de médisance ?

 

Où s’agrippent ses griffes si ce

n’est sur les parois du délicat ?

 

Quand les routes nous la font

croiser, nous sommes renégats !

 

Comment pouvons-nous croire à

l’humanité submergée de ses tares ?

 

Combien de temps dureront encore

nos nuits sous ses pâles étendards ?

 

Pourquoi le comportement humain

se signe des défauts de l’Homme ?

 

© Max-Louis MARCETTEAU

 

Au clair de lune

Au clair de lune les cendres s’éparpillent

sur les yeux mis en rang d’oignons

Prêts à pousser au premier rhumatisme

printanier d’un paranoïaque Néron.

En attente de respirer les fleurs de vies

avortées par manque d’attention

Les vers de terre ripaillent de racines

humaines au clair d’un sermon

Que prêche un Christ égaré sur une

terre chrysanthème, sans rédemption !

© Max-Louis MARCETTEAU

Au chemin

Oeuvre de Ron Hicks - Love on the Road

Oeuvre de Ron Hicks – Love on the Road

Au chemin tes pieds s’enfoncent,

Mon Amour sur tes mots cendrés,

Au clair de Lune d’une pierre ponce,

Chairs de sang, tes cris sont nacrés !

Frappent le marbre de mes portes,

Froid du regard Le Judas exhorte

A te couvrir le visage des pelures

De vers sur le sol ankylosé et dur !

Les vies se croisent sur des océans,

Chance d’accoster ou de périr séance

Tenante à l’abordage du cormoran

De l’augure, à chacun sa danse !

© Max-Louis MARCETTEAU

Cécile

Photographie Christian Tagliavini

Photographie Christian Tagliavini

Te souviens-tu de ce refuge ? Ce livre ?

D’hier il était ton amant, d’aujourd’hui

Il revient dans tes mains et tu t’appuies

D’un regard attentionné et te délivre !

Qu’est-ce qui retient ton regard, Cécile ?

Ce mot d’un amant rencontré en Sicile ?

Cette phrase lapidaire de ta mère Lucile ?

Ce chapitre d’une part de vie difficile ?

Souris ! Ta tristesse est une lame de fond,

Tes lèvres une vague qui roidit ton visage,

Ta lecture est ton autre destin, tourne la page,

Tu es ce livre, et ton miroir, retrouve ton nom !

 

©Max-Louis MARCETTEAU

Trop tard

Terre dans son berceau de nuage -Namaste - du télescope Hubble

Terre dans son berceau de nuage -Namaste – du télescope Hubble

Hier

L’humain et ses grands projets suintèrent la Mort

Aux bouts de leurs doigts comme des baguettes

Maléfiques et fabriquèrent le progrès, jusqu’alors

Compatible à son épanouissement sur la planète !

Aujourd’hui

Ses Vérités sont légendaires. Seul maître à bord

Sur la Terre, il conçoit sa Vie et se fait référence

Jusqu’aux moindres atomes. Le sot ! Il déflore

En bulldozers, en expériences, sa Providence !

Demain

Le soleil écartera les draps blancs des nuages,

Un matin de cendre sur la Terre apocalypse !

Le silence épongera les derniers cris de rage

De la Vie touchée au cœur de son intime gypse !

©Max-Louis MARCETTEAU

A coeur

Femme au balcon ( je n'ai pas trouvé l'auteur de cette oeuvre)

Femme au balcon ( je n’ai pas trouvé l’auteur de cette oeuvre)

Exister en silence, aux barreaux du quotidien,

Enchaînée aux brisures des souvenirs en flots,

Griffures gravées aux parois de tristes liens,

Le cristal du cœur survit, sa braise en écho,

Attend le magicien pour l’enflammer à nouveau !

© Max-Louis MARCETTEAU

 

A l’écriture tissée

Livre d'heures de Catherine de Cleves

Livre d’heures de Catherine de Cleves

Sentir la vierge page ; aux lignes , la traire entre pouce et index,

Tonnerre d’encre spirale les lettres aux chants des mots à naître,

Yeux de tendresse, la feuille se berce à l’écriture tissée à l’apex,

Laitance extrême au goût chaloupé de la cadence qui la pénètre,

Ondes soyeuses qui se livrent aux chapitres, l’avide, vide son sexe !

© Max-Louis MARCETTEAU

Route en roue libre

Oeuvre de Nady Gepp

Oeuvre de Nady Gepp

Route en roue libre, goudronnée à l’envie,

Le paysage verdoyant s’impose au regard,

Des images de Vous défilent au rétro délit,

Pensées de vos courbes, mes mots s’égarent,

En Vous, déshabillent vos dentelles de nuit,

Posent les premiers frôlements à vos remparts !

© Max-Louis MARCETTEAU

Je viens te dire adieu …

Œuvre de Barry Smith du personnage Red Sonja

Œuvre de Barry Smith du personnage Red Sonja

La trahison main dans la main de l’autre, le supplice du pal.

La route se déchausse, les fossés béants ne contiennent plus,

Les larmes du cœur qui souffle ses dernières illusions opales,

Les vitraux de l’aimée se brisent un par un, sur le sol bossu !

© Max-Louis MARCETTEAU

Sur des terres fragiles

Oeuvre de Ron Ulicny

Oeuvre de Ron Ulicny

Une encre au goutte-à-goutte, pose le premier mot,

Une première larme d’amertume les yeux troublent,

Une ligne sans marge apparaît sur l’horizon fuseau,

Une forteresse se dévoile au premier cri de son double,

Intérieur feutré de rouge sang, de ce trop plein de soi,

Blessé, cassé, lambeaux et parcelle de vie se défait,

De ses images, se décharge au cœur, odeur de désarroi,

Cette main radeau redouble sa pression sur ses abcès,

Signe sa première signature douleur sur cette page,

Et les mots suivants, donnent cet engrais qui de rage,

Fait pousser les portes de la souffrance plus loin,

Sur des terres fragiles à labourer jusqu’en ses confins !

© Max-Louis MARCETTEAU

T’épauler

Oeuvre de Witali Zuik alias Vitus

Oeuvre de Witali Zuik alias Vitus

T’épauler, sans t’alourdir,

Te conseiller, sans te fanatiser

T’imprégner, sans te contraindre

Te caresser, sans te glacer

Te courtiser, sans t’exaspérer

Te ressentir, sans t’effrayer

Te pardonner, sans questionner

Et te conjuguer toujours au présent !

© Max-Louis MARCETTEAU

L’utopie

Photographie Max-Louis Marcetteau - 2016

Photographie Max-Louis Marcetteau – 2016

Il faudrait une mort sans souffrance,

Une survivance sans décadence,

Une blessure sans plaie,

Une vie en craie !

© Max-Louis MARCETTEAU

 

Le possédé

Oeuvre de Salvador Dali - three graces - 1977

Oeuvre de Salvador Dali – three graces – 1977

À la cervelle posée sur le plat d’argent,

Les neurones synapsent le conquérant,

Le fameux scalpel assoiffé d’agonisants

Tenu en main par un maître tout de blanc,

Cuit au four de la folie cet édenté médecin

Dégoulinant de veines pendues à sa blouse de saint

Découvreur de l’anatomie tel l’archéologue clandestin

Pille les secrets pour enrichir sa démence à desseins

D’empaler l’âme qui le tourmente sur la croix de l’agonie

D’un voleur de bonheur qui se devait de gagner son paradis !

© Max-Louis MARCETTEAU

L’œil du cœur

Dessin de Pochiyo

Dessin de Pochiyo

Toute sensation est une épée qui traverse de part en part l’aulne du corps,

L’onde choque la parcelle des larmes qui se vibrent à la Beauté déployée,

Et trempe le buvard des yeux qui impriment l’émotion du Bel accord,

Au cœur de la rétine qui teinte crescendo les fibres vocables émerveillées !

©Max-Louis MARCETTEAU

L’Amour félin

Oeuvre de Vladimir Volegov

Oeuvre de Vladimir Volegov

Tenir par les mots la respiration de l’âme aimée,

Au fil des jours tisser sa mémoire et se nourrir

De son énergie pour avancer côte à côte, soudés,

L’Amour pour alliance, l’au-delà est ici, à unir !

 

L’Amour en bouquet et les mots pour avouer

Sa tendre et néanmoins passion pour l’être aimé

Comme une part de soi entière et indissociable,

Au cœur, celui-ci parle d’une voix inestimable !

 

© Max-Louis MARCETTEAU