L’automne sonne ses premières heures fermentées

Photographie de Julien Delaval - Cevennes

Photographie de Julien Delaval – Cevennes

Blog de girlkissedbyfire Défi 52 semaines N°39 le mot : automne


L’automne sonne ses premières heures fermentées
Le feuillage commence à pleurer ses couleurs vives
Le jour dépose ses heures de congés toujours goûtés
Et acceptés par la nature des choses ce tout leitmotiv

Enlacé par les cycles identiques et différents par effet
De vie s’impose et s’oppose à la gestion des mondes
Qui s’adoptent d’une écriture à une autre ainsi greffée
Le complexe s’inscrit aux beautés naissent de ses ondes

D’interactions possédées les nuages du temps pleuvent
Par assemblés l’empalement d’une saison pliée dévorée
Au diktat de sa forme et à nos yeux elle est belle veuve
Joyeuse dans ses difformités excessives et transfigurées !

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Elle est partie un soir sa valise son manteau

Oeuvre de Malcolm Liepke

Oeuvre de Malcolm Liepke

Blog de girlkissedbyfire Défi 52 semaines N°38 le mot : métal


Elle est partie un soir sa valise son manteau
A nue sur la peau de chagrin feutré de vide
De l’amour dynamité à trahison de l’hidalgo
La rue comme un appel de liberté sordide

Elle s’évapore telle une pluie d’été la main
Dans le sac des pleurs la nudité du temps
Entre les cuisses son indécence en oursin
La rue comme un appel de liberté de tyrans

Elle s’écroule sur le trottoir de l’indifférence
L’œil métal de l’autre grain de sable raturé
Le souffle travesti en SOS sourd à l’alliance
La rue comme un appel de liberté saturée !

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Mon repas est le tien et je vomis ton sourire

Statue d'une fille au cimetière de Staglieno à Gênes

Statue d’une fille au cimetière de Staglieno à Gênes

Blog de girlkissedbyfire Défi 52 semaines N°37 le mot : repas


Mon repas est le tien et je vomis ton sourire
Ta condescendance ta maison ta vie au pire
Ton désir cette avalanche qui attend de faillir
A la voix du mâle à la courbe je suis au nadir

Et ton regard qui se m’éprend à me séduire
Encore et encore je suis ton infirmité à jouir
Tu le sais et mes refus est le nœud à souffrir
Qui t’étouffe jusqu’à l’orgasme et là à cuire

Devant moi comme anéanti tu devrais t’enfuir
Loin au-delà de ce territoire de toi du mentir
Qui t’habilles maintenant en fantôme tu mires
Tes défaillances jusqu’aux craquement à vieillir !

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

La pointe de la lame défie à chaud

Oeuvre de Joe Benitez - Lady Mechanika - La Belle Dame Sans Merci

Oeuvre de Joe Benitez – Lady Mechanika – La Belle Dame Sans Merci

Blog de girlkissedbyfire Défi 52 semaines N°36 le mot : lourd


La pointe de la lame défie à chaud
La chair fébrile au shampoing froid
De la peur à sourire de mourir vrai
Dans le bain noir de l’œil de la faux

D’un filet de sang tiède de vie de go
La peau écartèle du millimètre voit
Le centimètre sourire large du trait
De profondeur surpasser par défaut

Le pas lourd, regard feutré humain,
S’écrouler le triomphe d’une réalité
Le sang à flot dévoiler d’un chagrin
De partir complètement d’une … infidélité !

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Tu me prends la main pécheresse gueuse

Film de Louis Malle - Les Amants 1958

Film de Louis Malle – Les Amants 1958

Blog de girlkissedbyfire Défi 52 semaines N°35 le mot : violet


Tu me prends la main pécheresse gueuse
Et de l’autre le violet gland possédé de toi
Au bord de la route de l’amour frondeuse
Tu avales mon Etna du bout des doigts

Je te prends au revers d’un pli de lèvres
Et ondoies à la vague voyelle orageuse
D’un effet d’écho ton ciel est de fièvre
Garrigue tout en eau fontaine pécheuse

Ta bouche se mêle d’aimer les fameuses
Lettres du mot Nous en Nous sur nu Nous
Un tour de langues nous buvons la pieuse
Dévotion de s’aimer en une vie et … zou !

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

L’horloge passe son temps à réfléchir

Le chronométreur de Helmut R. Kahr - Horloge astronomique de Rostock construite en 1472

Le chronométreur de Helmut R. Kahr – Horloge astronomique de Rostock construite en 1472

Blog de girlkissedbyfire Défi 52 semaines N°34 le mot : technologie


L’horloge passe son temps à réfléchir
Au Tic Tac quartz de son cœur onde
Au retard d’attitude champ du gémir
Tourne la seconde vie d’une vagabonde

A la technologie qui sonde le monde
Aux yeux du Temps se gonflent usés
De pactiser par défaut à la féconde
Spéculation dévergondée déguisée

De griffes libérales endurcies tout aussi
A la concupiscence humaine receleuse
Quand le sablier étrangle l’horloge ainsi
D’un effet psychédélique vomit… l’amoureuse !

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

J’orange mon visage d’un soleil efféminé Claire

Blog de girlkissedbyfire Défi 52 semaines N°33 le mot : orange


J’orange mon visage d’un soleil efféminé Claire
J’ouvre enfin les volets de ma vie d’homme fait
De la glaise guerrière d’un sexe à belle bannière
Mon torse se met en sainte lumière je suis au fait

D’elle sur le parvis du monde et le palier des valets
Bien pensants ne sont que des jean-foutre à jets
De mots stériles qui se brûlent au premier jeu
Du je de moi de toi de Nous mon Amour de feu

Mon encre enfile tes lignes et caresse tes arches
A tes végétales lèvres tu es la mélodie d’Aimer
A la mosaïque de notre devenir la contremarche
Nous est favorable car sincère ma bien-aimée !

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Vous avez dit portrait ? Illustres traits fanés

Sculpture la Moissonneuse endormie de Louis Veray

Sculpture la Moissonneuse endormie de Louis Veray

Blog de girlkissedbyfire Défi 52 semaines N°32 le mot : portrait


Vous avez dit portrait ? Illustres traits fanés
Labourés de la durée du temps castré saturé
Sa ronde sablière châtrée emmurée torturée
A l’infini tracassé d’un seul cri douce Daphné

Abandonnée sur le trottoir décharné dépavé
A crédit d’exister secours de SAMU à journée
Tu hospitalises ton corps et ton âme enclavée
Déborde de traumatismes d’intimes profanés

Tes fantômes se griment à tes portes tannées
De coups dessinés aux fidèles peurs de vivre
Aux jours dentelles assassinés à mains avinées
Tu pleures vidée enchaînée est pourtant … déracinée.

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

A la rue j’y suis au frais d’un état de trait

Oeuvre de Jeremy Mann

Oeuvre de Jeremy Mann

Blog de girlkissedbyfire Défi 52 semaines N°31 le mot : rue


A la rue j’y suis au frais d’un état de trait
Droit à l’horizon talé le violet tente le fol
Banquet de ma chair évidée de l’aspect

Du naturel vivant et j’en pince de l’abcès
De mort à me pendre haut à la fin de sol
Dé un destin pipé écrit et subit au verset

D’une fatalité distraite et dont le procès
Ne peut être opposé à la prise du vitriol
Du libre arbitre défiguré au départ de fait …!

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Sauvage est ton regard de biche ma louve

Film Femmes femmes - Sonia Saviange -1974

Film Femmes femmes – Sonia Saviange -1974

Blog de girlkissedbyfire Défi 52 semaines N°30 le mot : sauvage


Sauvage est ton regard de biche ma louve
Au grillage de ta prison d’amour d’or fin
Mariage souffre l’enneigement du cœur,

Le corps se prononce à aimer et couve
Un feu grégeois au roulement du matin
Que le soir toujours attise en gladiateur,

Ton dernier été passera dans une douve
Si tu déposes tes envies dans un essaim
Donne-moi ta main avant l’ultime pâleur

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Je rêve de toi comme une bûche de noël

Photographie - Yvonne De Carlo

Photographie – Yvonne De Carlo

Blog de girlkissedbyfire Défi 52 semaines N°29 le mot : jaune


Je rêve de toi comme une bûche de noël
Les yeux pour le touché et aucun crédit
D’amour à porter à te séduire à la voyelle
Charnelle première du nom mon Isabel

A te goûter à l’estimation passionnelle
Au cri muet de la carpe en eau de dépit
Je me suis hameçonné à tes dentelles
Soir de décembre au café d’Hydromel

Mon seul cadeau de te voir ma citadelle
Le souffle jaune or de mes mots a blêmi
D’un blanc momie de sable tout irréel
Tu m’as souri et me suis senti de … gel !

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Le devenir de soi à la macro nourrice du lait

Film Les passagers de la nuit - 1947 - Lauren Bacall

Film Les passagers de la nuit – 1947 – Lauren Bacall

Blog de girlkissedbyfire Défi 52 semaines N°28 le mot : macro


Le devenir de soi à la macro nourrice du lait
Verbal de la voix propice à ouvrir les univers
De l’identité par l’écho démailloté au rouet
Défi toute sensation d’existence… sincère

Et l’appât de la déviance est un ennemi
Qui s’infiltre et devient vipère compère
A l’itinéraire pirate tranche l’empathie
Les nerfs des mots crient à l’amnistie

La page est brûlée comme la cervelle
Tout est là éparpillée tombes d’orties
Le sang vif s’enfuit au stylo scalpel
De la vie taillée… la poésie s’engloutit !

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Au S des chemins ou est-ce le chemin

Blog de girlkissedbyfire Défi 52 semaines N°27 le mot : S


Au S des chemins ou est-ce le chemin
Qui nous fait autre à la clé nous fuyons
Ce que nous sommes pour des demains
Autres et pourtant identiques aiguillons

Qui dévorent les mêmes envies au vif
Plaisir des questions sur feu trahison
Des carrefours des pièges expéditifs
La corde funambule est notre prison

A mourir dans le labyrinthe de soi
Aux regards des autres en linceul
On s’enferme dans la niche soie
Du dortoir des échecs … seul !

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Chat né chandeleur à la crêpe chaude

Photographie du film Le masque de Dijon – 1946 - de Lew Landers

Photographie du film Le masque de Dijon – 1946 – de Lew Landers

Blog de girlkissedbyfire Défi 52 semaines N°26  le mot : chaleur


Chat né chandeleur à la crêpe chaude
Ronronnement de la vie à poêle de toi
D’aimer la chaleur pour t’étaler sur moi
Chasse le mot rose en blanche finaude

Tu es à présent partie et suis au lavoir
Des souvenirs en ce juin d’hier à toi
Aux années d’été je me fauche moi
De vivre au carré de terre dévidoir

D’un tout venant de froissements
J’ébauche une nouvelle fraude
En adoptant un chat minaude
Je trahis oui j’aime en débordement !

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

L’été ironise des corps organisés en mi-nudité

Photographie de Louise Dahl-Wolfe – Vogue - January 1959

Photographie de Louise Dahl-Wolfe – Vogue – January 1959

Blog de girlkissedbyfire Défi 52 semaines N°25  le mot : été


L’été ironise des corps organisés en mi-nudité
Épilés défrisés empilés estampillés puis édités
Sur plages empaillées de grains dépilés agités
Chairs tissus chairs polies ou dépolies d’identités

Inconnues se déploient aux pointes des rayons
Aux bleus cieux des eaux des yeux en jeu teinté
A la pause posée du repos ajouré comme clayon*
Les uns les unes aux privés en commun enceintés

De naître bronzés arraisonnés à l’empreinte demain
Après congés l’effet steak grillé ou langouste excitée
A la nudité intégrale de soi faire croire aux copains
Collègues la crème pâle de l’utilité d’une …. fatuité !

Et le maillot de bain sablé salé … rigolard au … placard !

* Sorte de petite claie en jonc ou en paille, servant à différents usages…

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Noir et blanc je suis de visu

Photographie de George Krause

Photographie de George Krause

Blog de girlkissedbyfire Défi 52 semaines N°24  le mot : noir et blanc


Noir et blanc je suis de visu
L’image de ma personnalité
Toute délavée et décousue
De bord à bord médiocrité

Prescrite depuis ce temps
D’enfance assombrie à vif
Par à-coups d’effet parents
Barbelés à l’acide affectif

J’ai péri plusieurs fois d’ici
A l’ailleurs de moi aux cris
De vivre mes larmes nuits
Blanches blotties à fond de lit

Refuge d’un instant réduit
Au quart d’une vie tuée
Par le puits sans fond bâti
Pour se noyer … amputé !

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Nuage de Lait rêve d’être météo

Café_crème

Café_crème

Blog de girlkissedbyfire Défi 52 semaines N°23  le mot : météo


Nuage de Lait rêve d’être météo
Au prénom d’une vague bel été
Sur le front d’un ciel flamenco
Et danser aux pas de l’identité

Dessinée par complicité avouée
D’un Zéphyr contre la belle Alizé
Aux atours fiers effrontés à jouer
A la griffure de Traverse tout grisé

Aux reliefs des monts et des vaux
Ainsi Nuage de Lait est aspiré vif
A l’intérieur du vertige d’un fuseau
Horaire du p’tit déj un rien … expressif !

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Cueillir le dedans du vrai animal

Les Pingouins de Madagascar - Kowalski - Commandant - Rico - Soldat

Les Pingouins de Madagascar – Kowalski – Commandant – Rico – Soldat

Blog de girlkissedbyfire Défi 52 semaines N°22  le mot : animal


Cueillir le dedans du vrai animal
Qui est en soi à sortir sans mal
Et ouvrir la cage de sa vérité
A l’écrire enfin avec sincérité

A le vivre à l’encre du réel
Et saler le tout avec le défi
En bouche … mais mortel
Vide langue muette au déni

A déglutir les lignes fragiles
La peau de la naturelle vie
Prise en otage à sa débile
Constance est devenue … stérile.

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Je traverse le temps liquide

 

Blog de girlkissedbyfire Défi 52 semaines N°21  le mot : liquide


Je traverse le temps liquide
De larmes galères possessives
Jette mes derniers cris livides
Toi société impassible rétive

L’essentiel de moi s’est rompu
Mes chaînes enlisées s’étirent
Et s’ensablent dans ma crue
De dépression à m’occire

Je résiste à mon sang colère
A la poussée de conquérir
Mon échec beau vulgaire
Mais tu es là compagnon  … à tenir !

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Le quotidien jacasse dans son nid

Défi de Lili littérartiste Poésie de l’aléatoire N°5 (projet d’une lycéenne, à encourager, participer)


Le quotidien jacasse dans son nid
Trop douillet au parfum d’un bleu
Serein qui s’impose en eau de vie
Perpétuelle comme un tout asservi

Et un soleil matinal un jour de tango
Produit un effet sur vos yeux saturés
Un humain libère en vous tout l’écho
De son Amour pour vous désaltérer

Et vous prenez acte de cette volée
De sentiments équilibrés sincères
En son regard vous êtes comblée
Dévoilée renouvelée aventurière

Et vos réponses sont à la réunion
De vos questions tant remâchées
Qu’elles s’effilochent en opinion
Positive à la signature de l’aimé

Et votre vie débute café le français
Un après-midi d’octobre au soleil
Vous tremblez de sève à l’excès
Ce printemps il est vrai effraye

Le premier éveil vous est donné
Ensemble de mains à corps entiers
Vous voilà unis et bientôt enracinés
Le quotidien jacasse … rentier !

© Max-Louis MARCETTEAU 2018