La mort en équilibre

Passerelle_Iotop_2020

Passerelle_Iotop_2020

 

Agenda Ironique de Mars et en lien (Hors délai)


— « Monsieur Popples » tu es là ?… conscience trouble-fête ?
— Je suis là… crise flaques d’obsessions « a des yeux de framboises ».
— Tu es sortie de ton lit… injection retard de toi absente… « et se demande connaissance ».
— Te voilà chambré « et comtoise ».
— Mon humeur s’infecte… dehors, dehors !!!
— « Je vous prie de rester courtois, voyons ! » Je suis ta contention support sans consentement… à l’isolement.
— Je suis moi et pas un autre !!!… tu entends ? Je suis moi, moi, moi !!!
— Grimaces, grimaces… je suis ta fixation ton addiction ta sociétale hallucination au programme de soins en rupture…
— Je fais ce que je veux !!!… et ton blablablabla est le récif de tous les dangers !
— Non, tu es à moi… traumatisme corps d’âme psychose effet boomerang.
— Je suis quelqu’un !!!… une personne… un entier naturel… à l’intégrité libre du vécu.
— Non, non, non… décompensation en approche, l’affect défait l’ordre intime et public.
— Arrête !
— On nous regarde…
— Traitement du trouble que nenni et je mesure le lien de notre relation en souffrance !
— Te débattre ne sert à rien… au cadre plein, tu es démédicamenté, ton anosognosie double intensité…
— Je ne connais pas cette anosognosie, je ne connais pas cette dame…
— Tu es l’impact et le pacte de ta situation… la mort en équilibre…
— Tu es ma restriction… l’angoisse est mon établissement, ma crise a ses images dans mon couloir… tu es ce plan tangentiel à mon agression…
— Alors… contact…

— Alors, docteur ?
— Déséquilibre au rétablissement…
— Pas simple pour un funambule…
— Patience… tout est dans le mental…

© Max-Louis MARCETTEAU 2020

La mort n’est pas frileuse – Chapitre 4/4

Lune_fevrier_Iotop_2019

Lune_fevrier_Iotop_2019

(Sur une idée de Carnetsparesseux … une suite de l’Agenda Ironique Décembre 2019 Chapitre 3/4)


La dame de compagnie et la Dame, se regardèrent comme si pour une première fois, il y avait une consistance de l’autre qui apparaissait comme une évidence, une interconnexion humaine de confiance :

— Un rat, c’est commun, mais à cet endroit précis, à ce moment de notre existence …
— Je ne comprends pas vos propos. Je suis parcourue de cette incrédulité qui me fait frissonner.
— Ma Dame, ce rat n’est pas n’importe qui, c’est possiblement un espion.
— Vous délirez, il se fait tard, prenez du millepertuis en infusion et reprenez votre esprit en main.
— …
— Allons, allons ! Priez et faites pénitence, ce rat a faim et en cette époque c’est tout naturel.
— Ce rat n’est pas là par hasard…
— Enfin, ne soyez pas tête de mule, je vous dis que ce rat n’a pas d’importance.
— Bien, ma Dame … je pensais …
— Ne pensez plus. Il est tard. Laissez moi.

La dame se retira, désolée, inquiète comme si elle avait perdu de son assurance. Elle fit mander la femme de chambre. Puis elle sortie, en tenant ferme son chandelier à deux bougies, pour rejoindre l’aile nord de la forteresse, sa suite, mais en cours, elle bifurqua à sa gauche, pris le grand escalier pour se diriger vers la chapelle, pour prier.

La fraîcheur constante de ce lieu lui rappela que la mort n’est pas frileuse. Il y avait une résonance particulière qui martelait le sol, ses pas, le frottement de son manteau sur le dallage qui se paraît du vivant, les ombres diffuses maniaqueries d’exister par contradiction à la lumière, l’odeur insondable des âmes qui couraient sur les vitraux presque invisibles, les prières qui s’échappaient par effet d’être nées une seule fois soulevaient une poussière de mots, les cierges éteints droit dans leur foi à la mèche noire comme l’encre de l’enfer par dérision…

La dame sensible ressentait tout cela comme une vague déferlante dans son âme épouvantée qui par la main droite enserrait le chandelier comme un étau de forgeron. La dame, eut un serrement au milieu du ventre, à l’ombilic, et une brûlure au bas-ventre qui l’a fit s’arrêter net. Une angoisse se serra à l’intérieur de son corset, l’enserra brutalement. Elle avala sa salive. Respira fortement. Toussa. S’écroula dans un étranglement mêlé à un râle bruyant indécent dans ce lieu sacré.

— Alors ?
— Elle est bien morte, dit le Rongeur, à l’amant de la maîtresse du Seigneur.
— Vous êtes sacrément malin.
— Elle était fragile du cœur..
— Vous l’avez un peu aidée, quand même.
— Oui, c’est vrai. Son corset est imprégné d’un subtil mélange de poudre de plantes diverses et variées, triturées finement à la belladone, qui ne laisse aucune trace sur le corps …
— … pas à l’intérieur.
— Ne riez pas, bêtement.
— Vous êtes redoutable.
— Non pas, j’ai comme maîtresse la Dame.
— La Dame ?
— Elle-même.
— Mais … elle est l’instigatrice de l’affaire des Sacs…
— Et ?
— Sa dame avait des soupçons …
— Vous y êtes.
— Ainsi, il faut craindre pour ma vie … et le gardien ?
— Votre compère est en train de pourrir dans un cul-de-basse-fosse.
— Et moi ?
— Vous y êtes presque …

Et le Rongeur lui sauta à la gorge violemment…

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

Bien vouloir venir me mettre en nuit – Chapitre 3/4

Clôture_drain_Iotop_2019

Clôture_drain_Iotop_2019

(Sur une idée de Carnetsparesseux … une suite de l’Agenda Ironique Décembre 2019 – « Origine – ICI » – Chapitre 2/4)


La Dame du Seigneur et sa dame de compagnie s’étaient rapprochées pour mieux s’entendre dans ce genre de confession qui parfois mine de rien a des oreilles … présentement sous le lit comme notre Rongeur Urkrokuf qui entendait tout, prenait note dans sa cervelle de rat, et rongeait en attendant un morceau d’étoffe qui traînait sur le sol dallé de pierres polies et peintes.

— La Princesse n’a-t-elle pas une vengeance à concevoir ? Il faudrait s’en informer sur le champ.
— J’ose demander à la Princesse … voyez ma position …
— Oui, ce n’est pas faux. Demander à l’une de ses femmes de compagnie…
— C’est une idée. Mais, la Princesse ne se déplace pas si facilement.
— Il faudrait la tenter à se déplacer … comme la peste…
— Ma Dame, vous êtes dans l’excès. Pourquoi, ne pas l’inviter au prochain tournoi par l’entremise de son mari le Prince Vikloux ?
— Oui, excellente idée … mais regardez là deux brillants rouges sur mon étoffe près de l’alcôve…

Et le Rongeur était tout à son affaire quand l’étoffe s’étira vers le haut l’emportant dans les airs qu’il ne lâcha pas sa prise qu’au dernier instant par le cri strident telle une herse devant l’ennemi farouche ici la Dame qui s’épouvanta d’un tremblement et se reprit aussitôt à la vue du rongeur qui tomba lestement et se faufila sous le baldaquin.

— Quand on parle du rat … il n’est jamais loin celui-là.
— Ma Dame, votre houppelande a été grignotée sur le côté, voyez.
— Demandez à la femme de chambre de bien vouloir venir me mettre en nuit et pour demain matin faire reprise.
— Bien, ma Dame.
— En attendant, prenez patience et apportez moi le témoignage de la trahison de votre époux.
— Cela se fera sans tarder, je vous promets.
— A ce moment-là, nous aviserons.
— Une dernière question, ma Dame.
— Laquelle ?
— Avez-vous souvent des rats, ici ?
— Non, rarement à l’étage et puis à cette saison.
— Étrange, vous ne trouvez pas ?
— Étrange ? Comment ça, étrange ? Expliquez-vous ?

( … à suivre)

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

Cette vérité est toute nue au moins trois fois par semaine – Chapitre 2/4

Nantes_Iotop_2016

Nantes_Iotop_2016

(Sur une idée de Carnetsparesseux … une suite de l’Agenda Ironique Décembre 2019Chapitre 1/4)


Mercredi 20 octobre 1582 et les jours suivants la dame de compagnie déploie entre son deuil de prières et de piété des élans de commentaires insidieux aux oreilles de la Dame du Seigneur qui n’est pas sans savoir qu’il faut « séparer le bon grain de l’ivraie » et délayer le ragot pour en retenir l’once essentiel.

Et elle comprend que sa dame de compagnie essaye de l’influence peut-être de la compromettre par effet de ricochet auprès de son Seigneur de mari pour mettre aux fers et condamner le gardien de prison et son époux. Mais les dires sont trop grossiers comme « cousu de fil blanc » ; la Dame du Seigneur, l’interroge après complies :

— Vous êtes perdue.
— Non point, ma Dame, je suis en souffrance.
— Vous me prenez pour une grue.
— Que nenni, mes propos sont honnêtes et …
— Honnêtes ? Vous divaguez. Accuser sans l’avouer un gardien certes, mais votre conjoint, vous risquez tout autant, si ce n’est le déshonneur ainsi que celui de vos enfants.
— J’ai conscience de mes mots et des dangers, mais que m’importe, je suis décidée à rendre gorge à ces deux prédateurs.
— Vous prononcez avec désinvolture votre conscience que vous m’exposez indécente à mon regard. Vous êtes infidèle au contrat de votre mariage.
— Je ne suis pas dupe, ma Dame, il me cocufie avec là … je n’ose le dire, ma Dame, par respect pour vous.
— Dites toujours, si cela me concerne.
— Au premier chef, ma Dame.
— Alors ?
— Alors, mon mari est l’amant … de la maîtresse … de votre mari.
— Que dites vous là , gourgandine… comment oses-tu ainsi me narguez dans ma demeure au coeur de mon intimité.
— Hélas, ma Dame, cette vérité est toute nue au moins trois fois par semaine …
— Arrête ! Je te l’ordonne.
— …
— Veux-tu brûler vive sur la place ? N’oublie jamais que ton amant était un alchimiste et peut-être de cette … magie noire.
— …
— Pardonnez mon outrecuidance, ma Dame.
— Votre arrogance est punitive et mon coeur est résignation. Tout cela je le sais. Triste sort, à nous autres femmes quand l’une à la chair plus tendre nous passons sur l’autre rive de la désolation …
— Et l’homme s’éprend à nous répudier … du lit …
— Si ce n’est pour nous placer au couvent, à la possession parfois d’autres … possessions …
— …
— Reprenons. Votre mari est compromis dans l’affaire des Sacs. C’est ennuyeux, très fâcheux. Et les preuves ?
— Je sais comment les obtenir.
— Nous jouons possiblement nos têtes.
— Qu’importe notre tête, ma Dame, quand le cœur a ses raisons …
— Mais j’y pense … votre amant était le mari de la Princesse de Ploucat ?
— Si fait, si fait.
— Mais alors …
— Mais alors ?

(… à suivre)

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

La recette du châtiment – Chapitre 1/4

Mont saint michel suite 01 Iotop 2012

Mont saint michel suite 01 Iotop 2012

(Sur une idée de Carnetsparesseux … une suite de l’Agenda Ironique Décembre 2019 – « Origine – ICI« )


Samedi 16 octobre 1582, les deux compères sont tenus par un pacte suite à l’abominable et machiavélique assassinat du prisonnier, ancien bras droit obscur du Seigneur Lantsomelf le Grand et un temps son alchimiste dans les années sombres de la guerre des Billbards ancêtres lointains des goulbails crieurs d’effrois et pourvoyeurs des peurs immémoriales.

Aucune enquête n’a été ouverte car le Seigneur goûtait, secrètement, ce mauvais tour… il était un heureux discret et prenait acte de cet effacement comme une aubaine quand l’on sait que l’évêque du territoire soupçonneux pouvait avertir à tout instant la fameuse inquisition au bûcher facile et à la question forgée aux étirements, craquements, écrasements…

Si certaines âmes ont quelques chaudrons de malfaisances en stock, ce mort faisait des heureux, mais le sourire de circonstance de la première dame de la cour du Seigneur aurait dû les inquiéter lors d’une festive rencontre culturelle annuelle des différents vassaux du Seigneur qui présentaient leurs meilleurs troubadours et musiciennes de chambre.

Car une femme blessée, telle l’humiliation, n’a rien de bon pour les fauteurs. Elle est une femme dangereuse à concevoir par le mot vengeance la recette du châtiment ultime et la dame étayait les préparatifs en compagnie d’un compagnon inattendu de la famille des rongeurs, l’ex compagnon du prisonnier, surnommé Urkrokuf.

Tous deux étaient en rendez-vous au creux d’un âtre presque invisible dans le sous-bassement de la forteresse à l’humidité répugnante à l’odeur outrageante et seuls à la lumière de suif souffreteuse, l’une assise sur un banc de pierre et l’autre perché sur une saillie ferrailleuse à hauteur d’yeux de la Dame :

— Alors, dame, vous n’avez point peur ?
— Qu’importe la peur, le Rongeur, je tisse, je tisse ma punition.
— Et vous échafaudez à vous chauffer le sang.
— Vous avez les mots bien pendus et la moquerie distillée.
— Votre amant alchimiste était aussi un magicien de tout de premier ordre.
— Qu’importe, il était mon âme, il est devenu ma raison.
— Posez votre plan.
— Il est simple : mordez à la gorge les deux assassins de mon amant, violemment.
— Je ne suis pas votre arme, je viens en conseil.
— Je n’ai que faire d’un conseiller.
— Faites apport de poison.
— Fi de ce genre, et retournez à votre logis.
— Vous préconisez de l’extravagant, vous n’avez pas les moyens.
— Prendre un autre chemin, être invisible et pointer la mort à l’endroit désiré.
— Dame, ne pleurez pas.
— Je pleure de cette rage de ne point assouvir la mort de mon amant adoré.
— Ces deux malandrins n’ont-ils point une faiblesse ?
— Une faiblesse ? De tels hommes, manipulateurs, malséants, et surtout imprévisibles avec des espions partout.
— Hum…
— Précisez ?
— Je pensais à l’incident irréversible celui dont le trépas prend sa place.
— Dites toujours.
— Je ne puis point vous conseillez, vous m’en feriez reproche.
— Il est possible, le Rongeur, mais posez la chose.
— Alors, voici…
— Je suis tout ouïe …

( … à suivre)

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

Un tissu qui se fait passer pour anonyme

Chariote_teille_Iotop_2019

Chariote_Teille_Iotop_2019

Agenda Ironique Novembre 2019

(Agenda Ironique un peu particulier car aux mots anciens ci-dessous (nb 21), les placer (entre dix et quinze) dans des définitions inventées ironiques (au mieux) aux mots choisis par l’auteur.e)


Affolir : Devenir fou.
Amusoire : Moyen d’amuser, de distraire. Cela n’est pas sérieux ; ce n’est qu’une amusoire.
Baliverne : Propos frivole, chose puérile.
Causailler : Converser familièrement de manière peu suivie sur des choses sans intérêt.
Chafourer : Défigurer, barbouiller, griffonner, déformer une chose en la manipulant avec violence
Chamboler : Flâner.
Coqueter : Faire des coquetteries.
Détraper : Tirer du piège, de la trappe.
Embabouiner : Amener quelqu’un par des cajoleries à faire ce qu’on souhaite de lui.
Éplapourdi : Surpris, étonné, ébahi.
Évagation : Terme ascétique. Disposition qui fait que l’esprit se détache de l’objet auquel il devrait se fixer.
Friolerie : Gourmandise, friandise.
Impugner : Attaquer, combattre une proposition, un droit.
Lantiponner : Tenir des discours frivoles, inutiles et importuns.
Paterne : Qui appartient à un père (ne se dit que dans le langage familier ou en badinant).
Quinaud : Confus, honteux d’avoir eu le dessous.
Rimbobo : Retentissement.
Sapience : Terme vieilli qui est synonyme de sagesse.
Se routiner : Se rompre à une certaine chose.
Tabuter : quereller
Turlupinade : Plaisanterie basse, de mauvais goût, fondée sur quelque froid jeu de mots.


Voici les mots et définitions :

BOÎTIER : personne qui boîte de la jambe droite après avoir votée à gauche, mais certains discourtois disent que ce n’est que baliverne.

VOILIER : ancienne expression de la prison de la Bastille qui concerne particulièrement les hommes qui cherchent à se tabuter.

OREILLE : mesure de longueur d’architecte troglodyte qui a eu un rimbobo particulier suite son invention venue jusqu’à nous :  » Les murs ont des oreilles ».

CRAYON : n’est pas de taille à écrire un livre seul, mine de rien et quoi qu’on en dise, sans s’affolir.

HABIT : à part coqueter, c’est un tissu qui se fait passer pour anonyme et qui n’a pas d’adresse au contraire de son cousin : « habite ».

DIMANCHE : n’est pas le jour que l’on croit même si un nommé Jésus a joué, tel un amusoire, à « croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais en enfer ».

FEMME : nom commun qui se ne prononce pas comme il se vit et ce n’est pas une friolerie, quoi qu’on pense.

DENTIER : prénom du frère jumeaux de Dante (attesté sur un vélin retrouvé par hasard au château du roi Thibault) inventeur de l’expression : « Qui dante rien, n’a rien », disait-il en toute sapience.

NOUS : erreur souvent commise de l’Amour qui se voit : deux, mais contenant tous les pronoms personnels et ne soyez pas éplapourdi.e, vous êtes prévenu.e.es.

QUILLE : se voit toujours dans l’eau mais certaines finissent dans un lieu étrange nommé bowling, salon de tortures, pour délasser les humains qui aiment chamboler après avoir eu les boules sur une piste d’atterrissage.

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

La naïveté a toujours pignon sur rue ?

Porte_route_du_paradis_a_la_chapelle_Iotop_2019

Porte_route_du_paradis_a_la_chapelle_Iotop_2019

Participation à l’Agenda Ironique de Septembre 2019


— Il est mort ?
— Il paraît.
— Noyé ?
— Jusque là.
— Et la police ?
— Innocente.
— Et le reste du monde ?
— Écœuré.
— Et maintenant ?
— J’attends le mot justice.
— Vous y croyez ?
— J’ai foi en la démocratie notre Reine.
— Ce n’est pas Marianne ?
— L’essentiel est cette féminitude.
— La naïveté a toujours pignon sur rue ?
— Désobligeant, ne me prenez pas pour une grue, changez de registre.
— On est bien, là, non ?
— Cette bitte d’amarrage est confortable, c’est vrai.
— Vous portez souvent la jupe fendue ?
— J’aime l’aération sous-jacente.
— Le calme du fleuve m’intrigue et vous ?
— C’est un bon acteur, ce fleuve.
— Un fleuve, un acteur ?
— Il n’a pas de tabou.
— Et vous ?
— Vous pouvez me tester.
— A mon risque et péril ?
— Être un homme c’est aussi être joueur.
— Je suis taquin et vous me semblez libre ?
— Je vous vois comme un guéridon tout rond ne sachant pas sur quel pied danser quand vous en avez qu’un seul.
— Vous êtes moqueuse ?
— Il est bientôt midi et le soleil luit entre vous et les pavés.
— Vous déraillez ?
— Non, j’ausculte votre impatience et votre atout à me mener en bateau.
— Je suis votre conscience ?
— Empêchez moi de rire jaune sur le devant de la scène macabre qui s’est déroulée ici.
— Je crois que je prends l’eau et vous aussi ?
— Je sens la brise sur mes épaules et votre souffle indélicat sur ma patience.
— Vous commentez à merveille l’indésirable ?
— Le désirable triomphe de l’indésirable ainsi soit la vérité.
— Vous êtes la vérité ?
— Prenez moi la main et partons.
— Le fleuve vous aurait-il avouer son secret ?
— Vos yeux brillent.
— Les vôtres ne brillent-ils pas non plus ?
— Ils sont le reflet du fleuve, rien de plus.
— Alors, les jeux sont faits ?
— Qui sait ?

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

En direction de la direction du hasard

Chaussée_beaulieu_Iotop_2019_01

Chaussée_beaulieu_Iotop_2019_01

Participation à l’Agenda Ironique de Mai 2019


 

Nuage de mots -site wordart- texte max-louis marcetteau 2019

Nuage de mots –site wordart– texte max-louis marcetteau 2019

 

A la configuration d’un Temps qui mesure la hauteur de son pouvoir, j’ausculte le bitume de mon avenir au regard cyclope d’un coquelicot rescapé au contre-fort d’une civilisation chaussée de l’intention du progrès qui s’ouvre lentement … les veines.

J’étais l’énergumène de service à servir de distraction comme le clown mais mon cirque à moi c’était le monde. Et puis, un jour, On m’a enfermé et On m’a renommé, d’un mot étrange : schizophrène.

J’ai voulu m’évader et me déguiser en maringouin pour contenir les voix qui m’interpellaient comme des sirènes pour aspirer quelques phrases à me saouler accroché au bar de la délivrance à l’alcool-test de la résignation j’ai percuté La volonté des Ont qui voulaient définir un processus de guérison car prisonnier de mes entités supérieures.

Mes quatre murs s’entendent telle une lambrusque à m’essorer les neurones et je crie à l’invasion au démantèlement de mon territoire que l’un d’eux m’annonce l’air hautain et docte qu’une comète à la Olbers en juillet 2024 s’interposera en sa haute magnitude et de sa cour de météores gagneront la partie.

D’un effet tilte, je m’évade par la sortie de secours comme un appel à l’aide vers un extérieur plein de trop plein d’un tout qui ne ressemble à rien de cohérent et je cours cours cours en direction de la direction du hasard qui m’interpelle à l’aide d’un sifflet et d’un képi qui s’impose en tête de liste de ma répulsion telle la blouse blanche aux discours d’un obtus qui n’ose franchir ma frontière de peur d’être happé par le trop de vide qui se peint à l’intérieur d’un moi qui s’essouffle après une course poursuite sur cette immense rue vide … je m’écroule.

Et ce coquelicot de bitume m’hèle dans sa beauté éphémère de parfum en coup de vent dépoussiéré, je ressens la pointe de son appel comme une occurrence cosmologique et respire ce signe…

— Alors ? dit l’ambulancier
— Je ne comprends pas, dit le médecin urgentiste.
— Et moi donc, rajoute le pompier

Tous trois penchés dans le cercle du questionnement devant une dépouille de vêtements … sans corps.

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

Ses yeux noirs et profonds comme deux puits en prolongement

Participation à Agenda Ironique d’Avril 2019


Rien n’est moins sûr que la certitude.

Un jour des épis de pereskia se présentent à une heure tardive à l’entrée de ma hutte d’hôtes au bord du fleuve. J’ai cru à quelques graines sans importance qui demandent asile pour la nuit toute fraîche de nos contrées. Je ne vais pas germer longtemps dans cette fameuse certitude qui taraude même les meilleurs. Elles s’installent comme des habituées et réclament audacieuses et en chœur un spectacle à casser la graine. Jean Fu serveur de bons vins, de mes employés fidèles et intéressé par la prime du quintal de blé de l’année, outré du ton et de la couleur des propos, s’oppose tout de go avec le jeu de ses yeux noirs et profonds comme deux puits en prolongement verticaux d’une telle demande qui n’est pas de belle facture.

Elles s’opposent, crient, s’excitent, glapissent, s’égosillent, tempêtent, meuglent, tonnent et enfin protestent fermement au rempart en seuil déposé comme un bouclier tenu courageusement par Fu qui tient haut sa position comme une graine de champion. Il n’est pas dit que son dernier mot prennent le chemin le plus court pour porter l’estocade à ces mégères qui s’étalent, de-ci de-là aux tables conquises telles des Amazones contre Priam. Et pourtant, à l’évidence, elles s’égrainent tant et si bien qu’il perd patience, affronte son désarroi et passe au travers d’un doute, d’un flottement, d’un embarras, d’une incertitude et flanche comme une flèche qui n’atteint pas sa cible.

Et, là, défiant l’impensable situation, l’abdication de Fu, je m’interpose et menace, j’exhorte à la raison et la dignité du lieu. Ici, on respecte la coutume et l’ordre. Ne vient pas en repos repas par des impositions, des exigences, des revendications. Les mauvaises graines, par ce coup, deviennent migraineuses, se figent comme dans une gélatine refroidie à fort tempérament. Et puis par un élément déclencheur dont je n’ai toujours pas compris l’once d’une logique graineuse, un grain de folie s’empare des épis comme un enchantement maléfique, dans un tohu-bohu, saccage ma hutte.

Alors, une graine de moutarde me monte au nez, je fais intervenir sur-le-champ les gardes : des fourmis tambocha, qui sont du genre à vous piquer de hannetons si vous prenez latitude d’un maître de céans alors que vous êtes désigné gueux par effet de caste, d’obligation, de résignation ou par convenance personnelle, voire par déplaisance d’attitude. L’épicentre fait onde de choc sur la totalité des épis qui s’éparpillent comme un coup de vent, balaie mon plancher, vers une direction dont la rosace conductrice sait m’éloigner de ces hôtes indésirables.

Rien n’est moins sûr que la certitude.

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

Agenda Ironique Mars 2019 – Résultats

lampadaire_beaulieu_2019

lampadaire_beaulieu_2019_iotop_2019


Nous voici au troisième volet de cet Agenda Ironique Mars 2019 avec pour thème : le lampadaire.

Les différents liens : ICI et ICI

1) Gagnant :

 – Il apparaît à la majorité des voix que la gagnante est :  Anne Coquelicot .

Cette mouture a apporté des univers  aux horizons divers et variés et tous avec une luminosité différente et attractive.

 

2) Organisateur

 – A une forte majorité, le nouvel organisateur de l’Agenda Ironique d’Avril 2019 est une … Organisatrice … (si elle accepte cette mission) :  Anne Coquelicot que nous ovationnons avec enthousiasme.

Merci à tous : lectrices, lecteurs, auteures, auteurs, et pendant que j’y suis le … monde entier et l’univers (soyons fous).

Mise à jour le 03/04/2019 :

Et pour participer à l’Agenda Ironique d’Avril c’est ICI   chez Anne 🙂

iotop 2019

Agenda Ironique Mars 2019 – Voter

Lampadaire_sh_herblain_Iotop__2019

Lampadaire_sh_herblain_Iotop__2019


Bon jour à tous,

Merci à vous tous …Une superbe participation … cet Agenda Ironique de Mars est d’une grande diversité où l’imaginaire a pris une place toute particulière 🙂 La genèse ICI

Votation du 28 au 31 mars :

– Pour le meilleur texte (ou les meilleurs) …

– Qui organisera l’Agenda Ironique d’Avril …


(Pour celles et ceux qui ont des soucis pour voter car problème d’affichage, ils peuvent le faire en écrivant un commentaire).


Voici les textes :

1) – Le 03 mars 2019 => Texte de Jobougon : Le dessus des mots

2) – Le 08 mars 2019 => Texte d’Adrienne : F comme Flaubert

3) – Le 08 mars 2019 => Texte d’Anne Coquelicot : En attendant le bus

4) – Le 08 mars 2019 => Texte 1 de CarnetsParesseux : Sa soeur, l’étoile en plein ciel

5) – Le 09 mars 2019 => Texte de Patchcath : Les maux sans dessus-dessous

6) – Le 11 mars 2019 => Texte de Palimpzeste : Réverbères blancs de nuit

7) – Le 12 mars 2019 => Texte/Commentaire de La Plume Fragile : Sous les feux d’un lampadaire   Chez CarnetsParesseux

8) – Le 13 mars 2019 => Texte de Victorhugotte : Melo sous les lampadaires

9) – Le 18 mars 2019 =>  Texte de Iotop : Ce n’est pas du pavé de bœuf

10) – Le 18 mars 2019 => Texte de Les Petits Cahiers d’Émilie : L’effet réverbère

11) – Le 18 mars 2019 => Texte de Chachashire : Le lien de Chesterfield

12) – Le 20 mars 2019 => Texte 2 de CarnetsParesseux : De graves et gros personnages

13) – Le 26 mars 2019 => Texte 1 de Écri’turbulente : Indomptable nature

14) – Le 26 mars 2019 => Texte de Palette d’expressions : Je rêvais les étoiles

15) – Le 27 mars 2019 => Texte 2 de Écri’turbulente : Le Lampadaire et la loupiote

16) – Le 29 mars 2019 => Texte/commentaire de Tout l’opéra ou presque 655890715 : Ses purs ongles