LA lAngue du souffle, de l’effet …

Photographie de Marcel Mariën - 1954

Photographie de Marcel Mariën – 1954

Sur une idée de A de Jobougon


LA lAngue du souffle, de l’effet, de lA pAuse, Au plAisir de l’Aliment du mot goûté, exprimé, Affectionné, et puis dévoré : Amour dont le A est un élément pArmi un escAdron de lettres, cheffe de file en sA hAteur de A s’éclAire de phAre ou de porte-voix en mégAphonie, lettre mAjestueuse cousine d’une tour A l’Eiffel, déboulonne l’AlphAbet d’Aimer et plAque sA vibrAtion sur lA peAu …

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Rapport de… force ?

Moi, moche et méchant

Moi, moche et méchant

Blog popinsetcris contrainte écriture


— Tu viens ?
— Tu dis ?
— Tu rappliques ?
— Non.
— J’abîme.
— T’abîmes ?
— J’écume.
— Tu écumes ?
— On va pas conjuguer, là, hein ?
— Langage de soie pour un langage de sourds…
— Je préfère le silence
Abroger ! Entre Nous.
— Non.
— Alors pourquoi tu me cherches ?
— Le parfum de nos dialogues…
— Un labyrinthe
— Une plage de sable…
— Un tatouage
— Alors, tu viens ?
— Je me mets du bleu aux yeux et je suis tout à toi, Mon Amour…

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

A

Blog de girlkissedbyfire : défi 52 Semaines 2018 (8 ème semaine : A)


A déborde dévore l’Arc-en-ciel de ce nous Argile tombeau tu viendras bien assez tôt A ta couronne offrir la comédie bossue déchirure de vies à l’issue sourire de l’Ange déchu Amuseur des corps ravisseurs d’orgasmes A la position d’un tout possessif signé en bas de page du lit d’une Âtre flambant nos voix nos doigts nous étions déjà cadenassés au bord du gouffre les peurs de ventre à ventre de sexe à sexe à éjaculer tout ce A en nous d’égoïste de sa dictature d’Aimer totalement de tout son poids nous A écrasé par la foi Accolade froide du croyant de la passion Agneau toujours égorgé au mauvais moment aux tremblements des doutes peuplades qui parades de coupe-coupe à nos estafilades pirates de toi à moi A la grâce de nous nous sommes froissés entre papiers à mots décousus et draps aux ébats aujourd’hui trépassés nous sommes sur la terrasse de notre crépuscule A l’impasse de la grimace du A ce vorace qui entasse non loin de là les souvenirs vivaces qui gangrènes nos heures Abandonnées sur le parvis d’une église à la chorale de mon cierge pris en main A Abdiqué à ta langue de chatte satinée A l’endroit incliné nous étions à nous bénir A nous dominer A nous buriner A nous déraciner et puis le souffle nous A manqué au dernier degré de notre ciel illuminé orages sans pluie A claqué … et Nous Aussi …

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

8ème mois avec Toi

Wild West by Igor Sapozhnikov

Wild West by Igor Sapozhnikov

Aucune vie ne viendra nous faire revivre ce qu’hier
Otage des souvenirs Nous donna à ciel ouvert
Une part précieuse, infime mais intense lumière,
Tenue un instant de ce A de l’Amour tout solaire !