L’aube s’approche de mon visage

Port_st_nazaire_Iotop_2019

Port_st_nazaire_Iotop_2019

Le Marathon de la Nouvelle (merci à Sabrina de cette découverte)


Je marche aux rues nuiteuses de la ville qui se gargarisent des sommeils aux ronflements des rêves et incontinences aux réveils d’un sursaut de coeur au matelas déformé par la voix d’un rêve barbelé de barbe à papa mais dont le sucre-glu emprisonne les gestes de délivrance …

Je marche en compagnie de ma fidèle bouteille de whisky valorisée par mon adoration aux degrés de mon réchauffement corporel et des débordements de mes plages fixes sur les boulevards à refaire le monde comme un dessinateur créateur d’un autre vivant humain jusqu’à l’os de l’orbite à la spatiale conquête de l’harmonie ente lui-même et sa conscience à la disparition de son animalité …

Je m’assois sur le banc bois à multiplace dans l’unique but de m’envoler au premier allongement d’un nouveau rêve pour oublier qu’ici je ne suis qu’une quantité négligeable négligé à néantiser en un mot à nettoyer de la place des indésirables comme une feuille morte sur le mauvais tableau …

L’aube s’approche de mon visage et mon allongement s’étire encore et encore sur des landes de rayons cosmiques d’un soleil flamboyant découpant l’horizon à la hache d’un jour à l’ombilic abricot quand un oiseau d’eau à la rencontre inattendue me dit :

— Alors soûlot un autre seau pour te réveiller complètement ?
— Ignoble, dis-je étendu sur le bord d’une parenthèse.
— Ignoble ? Je suis ta sécheresse de ligne de vie.
— Tu me parais trempée d’un sacré caractère.
— Je suis ta dernière ligne de flottaison mon coco.
— T’occupes, ma vie m’appartient.
— Eh bien, prends soin de ne pas laisser de trace.
— Je suis déjà invisible.
— Que tu dis …

Devant moi, des visages inconnus, des propos défilent …

— Monsieur ? …. monsieur ? …
— Il revient à lui…
— … vous êtes hors de danger … tout va bien … vous avez bu la tasse des baïnes …

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

L’aube au creux de mon ventre

Photographie de Jordan Matter

Photographie de Jordan Matter

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


Je suis dans une montgolfière à quelques centaines de mètres de haut, le vertige dans mon sac à dos, je respire cet air comme le lama sur son territoire des Andes.

Impossible de s’évader de cette nacelle et pas de parachute. Rien. Oui, j’ai peur. Cette peur qui s’est calée depuis l’aube au creux de mon ventre. Ce ventre en tablette de chocolat, ne me sert, ici, à rien. Et je voudrais être, ce rien en ce moment. Je crois que je vais virer au jaune dans pas longtemps.

J’essaye pourtant de me concentrer. Le jour se lève en de bouillantes couleurs de jaune et d’orange sur des nuages laiteux aux dessins improbables. Je capte un silence sur cette Terre des airs en vadrouille, une toupie qui s’oppose à l’univers et épouse toutes ces forces. A ce moment-là, je suis humble devant Sa Grandeur, cette Terre, qui m’a donné naissance, qui nous a fait Homme. J’ai en moi une embellie à cette pensée qui ne frôle pas le conducteur de l’engin atmosphérique, technicien qui vapote dans un nuage de locomotive à pleine … vapeur.

Et au frôlement de la seconde suivante où jouir du spectacle de cet environnement d’exception l’était à la seconde d’avant, un déchirement qui me semble de toile me claque dans les tympans. Nous sommes de la surprise, et d’une peur qui n’a pas de nom, si ce n’est le terrifiant de notre situation, tous avec ce désir irrépréhensible de sauver sa peau et de sauter dans un vide qui n’a de distance qui se rapproche à une allure dont la formule ne m’est pas venue de suite en tête que nous percutons le sol dans un fracas d’osier, de flamme, de ferraille, de terre … les cris se sont envolés en fumée …

Et puis, maintenant je danse avec les morts, histoire de m’intégrer dans ma nouvelle communauté… l’air de rien.

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Le poisson dans mon désert qui me donnait soif

Oeuvre de Maciel Cantelmo

Oeuvre de Maciel Cantelmo

Agenda Ironique Septembre 2018 – Double thème


Une connaissance, aujourd’hui, a fait référence à un mot que je ne connaissais pas : métropolitain. Tout le long de la conversation, je suis resté bloqué sur ce mot. Debout, je fixais l’interlocuteur avec cette fausse attention de l’intention d’écoute de tentation de l’interrompre pour une intervention avec cette prétention de poser ma question sur ce mot.

J’étais fixé comme ces pingouins en muraille sur la banquise par grand froid à se protéger les uns les autres jusqu’à l’abnégation. En fait, je me trouvais dans cette position étrange et tout à la fois inconfortable d’être à l’intérieur d’un milieu humain et à la fois à l’extérieur comme si j’étais à siroter une boisson de monteuse en bouche dans une brasserie “La Rotonde” que ne je connais pas, d’ailleurs et même d’ici, c’est dire toute la fausseté et l’incarcération de ma posture…

J’avais tenté une sortie et demie vers l’extérieur du bord gauche, sans succès comme pris au piège par une autre connaissance sensible à ma présence silencieuse et intéressé comme pour légitimer sa présence par ma présence. J’en étais presque confus dans un deuxième intérieur de moi-même et j’ai cru même m’entendre dire avec moquerie : “salsifis, mon gaillard, tiens-toi tranquille, fait semblant …”.

Et les minutes se multipliaient comme le pain et le poisson dans mon désert qui me donnait soif dans la nuitée de ce qui était devenu un monologue et je n’avais pas le projet d’entendre les mots : “ici l’Aube !” car je commençais à bouillonner au crépuscule de mon impatience. Je faisais un mini pas vers la droite, puis un autre vers l’avant, mine de rien, l’air de boire les paroles avec cet égard hypocrite, l’infinitésimal habituel de ma personne prenait une dimension monstrueuse. Je le ressentais comme le lait qui passe par-dessus la lèvre de la casserole dont le tatouage d’un lait brûlé défiait la nature même l’élément métal dans sa noble structure par l’élément alimentaire débordant de sa propre nature, rivalisant ainsi avec le génie de l’art culinaire en prenant l’avantage d’une improvisation artistique …

Une invasion d’adrénaline me porta directement à la surface consécutivement à une perte de contrôle de mon métabolisme outragé par l’inaction et les deux événements se percutant, je repris contact avec une réalité qu’un nommé Jacques Lacan n’aurait pas rejeté sur le ballast de l’incompréhension tandis qu’il impose que “Le réel n’est pas de ce monde”, mon infarctus n’aurait eu aucun impact sur ma personne et mon entourage proche …

Bref, le mot métropolitain m’avait porté dans une dimension comme une promenade sous terre, la mienne finirait sans doute sous perfusion …

Tandis, que je reprenais une nouvelle vie dans une autre ville qui ressemblait à celle de … Barbie … je posais un nouveau regard sur ma personne qui avait été modifié par des éléments incorrects qui me définissait en tant que … femme. Je devais me rendre à cette évidence, Jacques n’était pas l’homme qui me redonnerait confiance en moi dans cette forme toute particulière et inconfortable …

Je me cherchais un abri, un logement pour me cloîtrer peut-être dans un meuble, une armoire mais pas un lit, je ne devais pas de l’horizontal perdre pied et en prendre un sans avertissement préalable même si l’on m’offrait le meilleur pinot gris de Bourgogne …

Je ressentais en moi des interrogations de formes imprévues et je sortais pour me dégourdir les neurones intoxiqués par des angoisses existentielles. A la sortie de mon immeuble, je croise sur le parking extérieur, une brebis qui a l’air aussi égaré que moi. Je m’approche. Je mets un genou à terre. Je lui caresse le pelage. Elle se pétrifie aussitôt. Et, c’est à ce moment précis, que ma joue gauche ressenti le salto d’une larme se marquer durablement et puis une autre larme et encore une autre, de centaine et aussi étrange que cela puisse paraître que d’un œil comme si une poussière indésirable s’était incrustée …

Je m’écris avec cette voix indéfinissable à la luette minette avec une octave de mâle : “Bernique ! » Il est des situations entre le comique et le tragique. Une valeur au-dessus de la moyenne qui semble en dehors du temps comme une parallèle entre deux dates dans une année qui n’est pas inscrite sur le calendrier inflammatoire d’une année civile.

Je dois ouvrir les yeux. La ville rose est vide. Elle est ce cauchemar qui m’ouvre les veines comme un pipeline explosé au bord d’un océan de vie qui hurle sous les cendres d’une fin du monde qui se marre sous cape des têtes de morts aux sourires pleines dents irradiés et puis j’entends au loin la cloche du Jacquemart de Dijon. Je prends dans mes bras la brebis et je cours les poumons plein air vers la plage de sable rose, je cours vers la vie, je cours vers l’improbable retour à la normale et devant moi sur cette plage enfin décidée à se laisser voir un ballet de dauphins bleus … et ciel pavé de lumière …

— Alors ? Pas de secours ? Le monsieur va mourir de son malaise ?
— Je crois bien qu’il est trop tard. Calancher sur le quai Bonne Nouvelle … c’est presque de l’humour noir … quelle ironie …

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Le conte authentique de la Galette des Rois. Chapitre 2/3

Oeuvre de Vincent Van Gogh - Moulin De La Galette -1886

Oeuvre de Vincent Van Gogh – Moulin De La Galette -1886

Un petit être des bois, nommé FliBo, qui vivait dans un végétal millénaire, un genre de magicien.

— Je ne sais si je peux aider ta Royale autorité.
— Tu as des pouvoirs… et tu es ma seule adresse… la possible bouée de sauvetage du Royaume.
— Je suis un indépendant…
—… avec beaucoup de pouvoirs…
— Pouvoirs, oui, mais ils ne font pas offices de sauvetage financier d’un royaume. Je fais avant tout dans la pâtisserie magique, et non de l’industrie monétaire.
— Enfin, quoi… tu peux… inventer une pâtisserie monnayable ?
— Sottise
— As-tu au moins essayé ?
— En vérité… non.
— Alors qu’attends-tu ? Je serais ton obligé !
— Et tu crois que j’invente comme ça ? D’un coup de baguette magique ! Je ne suis pas comme se nommer Potter. Non, monsieur !
— Enfin, ne fait pas ta tête des mauvais jours et fait œuvre d’humanité.
— Humanité, humanité… enfin… reviens dans trois jours.
— Comment te remercier ?
— Je ne promets rien. Je vais essayer.
— Je reviens dans trois jours, à la première lueur de l’aube.
— C’est ça… et ne t’égares pas comme la dernière fois.
— Sois rassuré.

Ainsi se passa, on le supposa, la conversation.

L’éminence grise fit son rapport avec une bonne mesure d’optimisme en évaporant le soupçon d’un échec. Le Roi était tout sourire et prenait cette première intervention de son éminence comme un succès évident, une chose acquise et qu’il devait être célébré sans attendre. Car pour une bonne nouvelle, c’était même une excellente nouvelle. Cependant, il se ravisa. Comment célébrer avec la gibecière vide ? Il prit la décision de faire un discours à l’ensemble de ses sujets, marquant par des mots choisis qu’une nouvelle ère était à naître et que les survivants de ce beau royaume profiteraient du confort matériel à…

Son discours l’essouffla et il dut se mettre au lit, la fièvre comme compagne. Quelle émotion, se disait-il dans ses draps d’un feuillage orangé. Et il y resta trois jours pleins, bien entouré et nourrit à la paille de lait de chèvre et de poule. IL fit quelque délire sans grande conséquence.

Quant à son éminence, elle était dans l’inquiétude et avait peut-être donnée un trop d’espoir avec insouciance. Il s’en voulait et prenait le fouet de lianes pour se châtier de bonne manière. Il se traitait de coquin, de vaurien, de fripouille, de gueux… jusqu’à ce qu’il s’écroula, inanimé. Heureusement, la grise éminence était elle-même bien entourée et les spectateurs à ce genre de flagellation avaient pu le réanimer de belle façon en le frottant avec de la glace pilée à la vanille. Remède ancestral et efficace.

A l’aube du quatrième jour, LiDou reprit le chemin vers FliBo, avec quelque angoisse légitime.

(à suivre …)

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Corps fêlé

Oeuvre de Mariano Peccinetti

Oeuvre de Mariano Peccinetti

Au delà des mots, les maux se dressent,

Jettent sur le corps craquelé de douleur,

Son feu démon et s’oublient aux serres

Des cris qui s’abandonnent aux heures !

Aux heures de sang chaud de fièvre,

Les yeux plongent dans ses larmes,

Le visage griffé des nuits trop froides,

Les maux jouissent de ses vacarmes !

Vacarmes au fond de l’être fourbu,

La peur de mourir à l’aube blanche,

Aux premiers sourires d’une ciguë,

Il attend, sans y croire, l’avalanche !

Avalanche dominatrice, d’un élan

Magistral emporte tous les doutes,

Les remords, les ciels des avants,

Les pourquoi, ce goutte-à-goutte !

Goutte-à-goutte indomptable,

Ouvrent les vannes du désir,

De connaître et implacable,

Nourrit le désarroi, le pire !

Le pire, vient, un jour,

Celui qui pousse, là,

Le suprême tour,

De l’heure, déjà !

©Max-Louis MARCETTEAU