Votre sérieux dans les orbites ne laisse pas de doute – Chapitre 1 sur 2

Mont_st_michel Iotop 2012

Mont_st_michel Iotop 2012

Le Marathon de la Nouvelle (merci à Sabrina de cette découverte)


Chapitre I

Il est vingt-deux heures avec les poussières qui s’enroulent à l’éclairage d’une Lune toute à son effet de projecteur naturel directrice de la photographie avant la lettre … quand un air de musique enfle dans la chapelle abandonnée dont j’ai élu domicile avec mon barda pour dormir après plusieurs kilomètres de marche qui s’inscrit au challenge que je me suis imposé soit dix-sept kilomètres par jour …

Les notes vagabondent d’une portée à une autre défiant le souffle de l’orgue de service qui dort en son intérieur fort calmement en ce début de nuit aux douleurs musculaires éparses et supportables qu’une angoisse me porte son avis à double tranchant et me réveille à demi puis complètement et assis au croisement de mes sens au coefficient cent sur l’échelle improvisée d’une peur réveillée et inattendue qui se signe sur le bord de mes lèvres en ses quelques mots :

— Y a quelqu’un ?

Les quelques vitraux moribonds restent muets si ce n’est un banc qui craque légèrement que mon entendement détecte comme une réponse possible.

— Y a quelqu’un ?

Ma respiration signe son départ et l’apnée a pris le relais c’est dire que tout cela est propice à un arrêt du cœur sans ordonnance mais l’instinct de survie qui veille me propulse de mon sac de couchage et les saintes pierres ainsi que l’autel me voient nu comme un ver car il est bien entendu qu’il faut dormir nature dans ce genre de tissu isolant …

Quoi qu’il en soit je crois faire une crise de tétanie à la vue d’un spectre qui me tourne le dos et avance en … marche arrière. Comme quoi, bien du monde se fait des propos comme quoi « il » marche en … marche avant. Bref, « il » va me bousculer et j’ose dire faiblement :

— Attention …

Quand … « il » se retourne … pousse un cri strident … ce qui m’achève d’un coup et tombe d’un seul homme dans … ses bras … enfin de compte sur le reste de mon barda ce qui fait un bruit de tous les diables …

Nous reprenons tous deux nos esprits … après plusieurs malaises conséquents et consécutifs et consternants par nos manques respectifs de sang froid … quand enfin nous stabilisons notre effroi réciproque :

(à suivre…)

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

Concevoir le miracle à la sève d’une idée

Visage_évolutif_Iotop_2019

Visage_évolutif_Iotop_2019

Les petits cahiers d’Émilie – Les plumes d’Asphodele – du 16 au 20 septembre 2019


Il fait silence. Silence qu’un même froid glacial prend peur. Cette peur qu’un même bruit n’ose affronter même effrontément. Effrontément un doigt surgit d’un vide qui semble né d’un néant ouvert à la concorde d’un accord sous-tendu par effet d’être animé par le pouvoir d’être. Être par ce crayon à dessein de composer la symphonie de la vie. Vie contraire de la discrétion s’émerveille de ce vide tel un océan avide de prendre toute ses proportions. Proportions se gardent d’être dépasser à la discrétion d’une ombre cuisse de nymphe émue qui s’impose en fond de teint apparaît l’esquisse d’un possible visage. Visage calme débordant de la toile qui se trahit à la déformation d’un excès une tentation de posséder d’activer d’oser s’affirmer sans moucharder à l’oreille d’un créateur divin quelconque que tout arrive. Arrive le déplacement d’une palette de nuancier aux pigmentations de concevoir le miracle à la sève d’une idée d’un mirage peut-être le culte d’un amour vrai. Vrai premier cri de cette toile qui gonfle d’orgueil à compromettre l’image du vivant à l’instantané d’une existence …

Mais chut … le peintre fait naissance …

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

A la verte prairie l’homme se sentait hygge et dépossédé

Photo de couverture du livre Hommes et Combats en Picardie de Jacques Beal

Photo de couverture du livre Hommes et Combats en Picardie de Jacques Beal

Blog de girlkissedbyfire Défi 52 semaines N°42 le mot : hygge


A la verte prairie l’homme se sentait hygge et dépossédé
A rouler sur la pente douce son corps meurtri dévêtu gris
Démobilisé de sentiments passionnels dévoré et obsédé
La lumière silencieuse de froid à ce soleil du matin apprenti

Comme chaque jour il mettait le pied à l’horizon intimidé
De vivre encore ce jour naissant sur la terre jeune choisie
Par le front commun d’une guerre de tranchées dévidées
De l’âme adulte dont l’extase à dentition juvénile cramoisie

Dessinait ce visage au fil du temps de l’orgie de chair évadée
De par son sang souffrait le cri muet de crânes crus engloutis
Par l’horreur en appétit de jour en jour de la mort dévergondée
L’homme aujourd’hui souriait à sa faim de fin … tout rougit …

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

La vieillesse

Oeuvre de Magnus Zeller

Oeuvre de Magnus Zeller

La vieillesse courbe tous les horizons,

Momifie le passé, abandonne la raison.

L’aujourd’hui est une pendaison,

Lente, convulsive, jaunie, garnie

De râles à la succion du poison

Des heures au linceul de l’agonie !

Fuir la mort, subir la vie,

Ouvrir son sac du passé,

Chavirer sur l’onde bleuit,

Briser son miroir et nier

Son existence d’un cri !

La vieillesse aigrie suppure sur les rides

Des regrets pendus dans le crâne, vide !

©Max-Louis MARCETTEAU