Croire, oui et après ?

Oeuvre de Kenton Nelson

Oeuvre de Kenton Nelson

Le Temps est un poignard !

L’œil interprète son espace ,

Découpe sa nuit au phare

D’un mot et meurt d’angoisse !

Le Temps de croire est parti !

L’existence d’ici est de vivre

A la seconde, demain est pris

Dans le vertige de survivre !

Le Temps de respirer est révolu !

Il faut gloutonner l’oxyde carboné,

Civiliser sa consommation sangsue

Et mourir empalé par un cancer paumé !

Le Temps d’écrire ne sert à rien !

Tout est déjà écrit, nous reposons

Les opérations comme des gamins

Et nous croyons avancer dans nos prisons !

Le Temps de fermer ces lignes,

Mon esprit sera vide, mon destin

Recopié mille fois par le signe

De l’incertitude d’humain tragédien !

©Max-Louis MARCETTEAU

Distorsion d’amour

Douma "bourgeon rouge", Graphite et crayon de couleur sur carton tonique, 40 x 30 cm

Douma « bourgeon rouge », Graphite et crayon de couleur sur carton tonique, 40 x 30 cm

Il était une fois une jeune femme qui croyait au mot Amour.

Elle avait décidé de portraiturer une toile vierge, représentante

De cet état impalpable. En fonction de ses pulsions vagissantes,

De son humeur, elle se dépossédait de ses visions vautours !

Les nuits se goinfrèrent d’une odeur de peinture, une odeur

D’intimité jouissive, une odeur possédée du secret dévoilé,

Une odeur d’instinct, une odeur palpitante, une odeur bonheur

S’étalait sur les longues nuitées, qui de silence ruisselé !

Un genre de puzzle, qu’elle modifiait aux fils du temps, prenait

Disposition, s’amplifiait, débordait vers l’extérieur de son espace,

Limité, alors que par définition l’Amour est illimité, surfait

Parfois, vain à contrôler, qu’elle devait tenir dans cette impasse !

Étrangement, elle posait des masques comme si elle cachait

Sa pudeur, ses envies, ses pensées, ses phantasmes, ses peurs.

Voulait-elle les découvrir, un à un, chacun leur tour, au trajet

De sa vie d’adulte, déjà écrite, pas encore vécue, sans erreur ?

Avait-elle plusieurs personnalités ? Composait-elle vraiment,

La sincérité de son Amour ? Avait-elle impliqué le mot trahison ?

Avait-elle peur d’accéder à ce gouffre ? Était-elle dramatiquement

Incapable d’assumer ? Avait-elle droit à vivre l’Amour par la raison ?

Elle aimait les femmes ! Elle aimait son corps ! Elle était prude !

Elle flambait à la première caresse de ses doigts, sur l’élément

Capuchonné de son intimité ! Elle faisait l’amour à la solitude

De ses désillusions : son tableau, son miroir inavouable, son amant !

©Max-Louis MARCETTEAU