L’homme qui s’offre des mots à haute définition

Michael Collins – training – Apollo 11- Nasa

Challenge Lune et des participants


21

… d’antan d’une Mer de la Tranquillité en apparence les images gravées aux pixels des empreintes de l’homme qui s’offre des mots à haute définition à l’heure de la Pleine Lune tout reste encore à créer …

© Max-Louis MARCETTEAU 2021

Tolérance… définition

Oeuvre de Jules Lefèbvre

Oeuvre de Jules Lefèbvre

Blog popinsetcris contrainte écriture.


 

Je pose ma valise sur le bord de la route. Il est tard, il fait beau, le ciel est bleu.

Est-ce vraiment ma valise que je pose ? Je recommence.

Hier j’ai posé ma tolérance sur le bord de la route. J’exergue : toute vie commet des erreurs et l’erreur est une tare.

Pas de consensuel possible.

Il manque quelque chose ? Je recommence.

Hier j’ai posé ma tolérance sur le bord de la route et l’ai… tuée.

Mais est-ce hier ? Il y a peut-être dix ans, vingt ans. Ma confidence est-elle anachronique ?

Demain l’aube sera pendue en même temps que moi, haut mais pas court. Agonie en perspective ?

Ma plume ne tremble pas, mon encre s’éparpille et griffe mon incompréhension.

Je l’ai tuée ? Possible. Je suis coupable ? Possible. Je n’ai pas fait exprès.

Pour certains, mes propos vont de l’intolérable à l’outrance… l’outrancier. Intolé… comme intérieur, entôler ? Prison. Enfermement.

J’ai voulu enfermer la tolérance et son effluve sur le parvis de la société qui impose son diktat, car cette tolérance n’est pas celle de ma définition. À la tolérance, il ne faut qu’une seule définition.

En filigrane est inscrit son acte de foi et rien ne sert de creuser même avec une formation en spéléologie. Faut-il le mettre au jour et dire seulement que la tolérance ne doit pas être défigurée. Voilà notre seule définition.

© Max-Louis MARCETTEAU 2018