Ici les dialogues téléphoniques à votre écoute … (2)

Photographie téléphone skype_: ici les dialogues ...

Photographie téléphone skype_: ici les dialogues …

Une fois n’est pas coutume, je viens vers vous pour exposer les dialogues des différents.es participants.es de ce thème improvisé : créer des histoires courtes avec une seule contrainte : exclusivement des dialogues… téléphoniques. Et j’avais précisé : si cela vous inspire … d’écrire sur ce genre de thème … « Plus on est de fous, plus on rit » … ou pas 🙂

Bref, vous avez été présents.es pour cette deuxième éditions et je tiens à vous remercier 🙂 … et en attendant les dialogues suivants …


Lili, littérartiste dit :

Tu n’as rien à me dire ?

— Salut.

— C’est toi?

— Qui veux tu que ce soit d’autre?

— Pourquoi tu m’appelles?

— T’as pas l’impression d’avoir oublié quelque chose ?

— Euh…non?

— Tu n’as rien à me dire?

— …

— Je vois…

— Mais enfin c’est quoi le problème? Pourquoi tu fais des devinettes comme ça?

— C’est quoi le problème? C’est quoi le problème?!! Tu te fiches de moi ou quoi? Ce matin c’était notre 5ème anniversaire de mariage et tu es partis au boulot sans même me dire bonjour!

— Oh ça va, pas la peine d’en faire tout un plat, on ne vas pas ce le souhaiter tout les ans… Et puis je ne voulais pas te réveiller pour rien…

— Pour rien?! Donc cinq ans passés ensemble ça ne représente rien pour toi? Je ne suis plus rien pour toi alors? Et bien puisque c’est cela, je raccroche!

 

[Le téléphone sonne de nouveau, et Marion  décroche sans regarder le numéro]

 

— Ce n’est plus la peine d’essayer de me joindre, je ne veux plus jamais te parler espèce d’imbécile égoïste!!!

— Euh … Madame, je suis votre dentiste…

 

manuraanana dit :

Interview au téléphone

— Allô ?

— Bonjour, vous nous aviez priés de vous accorder une interview, si l’heure vous est opportune, le Big Boss peut vous répondre maintenant. Je vous le passe ?

Le ton montrait quelqu’un de posé mais très influent, si tel était son secrétaire, interviewer son Patron allait certainement faire décoller sa carrière de journaliste. Le seul inconvénient il ne se souvenait pas du tout qui était le Big Boss.

J’accepte évidemment, c’est un grand honneur !

Beep – La ligne est transférée lui laissant à peine le temps de lancer l’enregistrement. Une voix grave reprend:

Bonjour Max, si vous me permettez de vous appeler par votre prénom.

— C’est un honneur, je vous remercie de m’accorder un peu de votre précieux temps. — Oh vous savez le temps c’est relatif, c’est surtout chez vous qu’il est compté, ici nous avons l’éternité.

—… Pouvez-vous parler de votre stratégie à court terme ?

— Fidèle à notre approche, nous allons intensifier certains évènements internationaux de grande envergure afin d’amener le public à se poser des questions sur leur propre quotidien.

— Ah oui ! Pourriez-vous donner un exemple d’événement que vous allez personnellement supervisé ?

— Ah mais je supervise toujours le moindre de nos évènements !

Cet interview devenait difficile, comment se faisait-il qu’il n’arrivait pas à se souvenir de la compagnie que dirigeait son interlocuteur. Tout en étant persuadé qu’il avait un réel lien avec lui !

Bien sûr, mais vous devez tout de même attacher plus d’importance à certains évènements !

— Oui… Alors que j’évite toute intervention dans des crises géo politiques, je suis souvent derrière le lancement de nouveaux concepts qui révolutionne la vie du plus grand nombre.

— Vous êtes sur le point de lancer un nouveau produit ?

— Produit ? Non, mais j’œuvre à la disparition de toutes les grands sages, dans les 10 prochaines années puis à l’émergence simultanée de la nouvelle génération de cerveaux qui seront doté d’un coeur.

— Attendez ! Je ne vous suis pas, vous parlez de cerveaux cybernétiques ?

— Vous êtes touchant vous savez ? Vos chercheurs mettent au point des intelligences artificielles, un peu comme si vous cherchiez à me copier…

— J’ai du mal à vous suivre, vous parlez d’un projet sur 10 ans avec à la clef une révolution de l’intelligence, mais cela fait combien de temps que le projet a commencé ?

— Commencé ? Hum… Le temps, toujours le temps… Vous courrez après le temps ! Enfant : vous êtes impatient d’être adulte. Adulte: vous rêvez de votre jeunesse. Jeune : vous gaspillez votre santé pour de l’argent. Une fois âgés : vous gaspillez votre argent pour ramener votre santé… Vous ne viviez jamais dans le présent !
Je vous l’ai pourtant dit : ici nous avons l’éternité devant nous. Nous ne sommes pas limités par les moyens. Seule la progression, celle des habitants compte !

N’y comprenant plus rien, le journaliste se résigne à demander à qui il parle, quand une tape amicale le fait sursauter.

Max ! Si le rédacteur en chef te voit en train de faire la sieste, il va te mettre à la porte ! Me dit pas que tu prépares tes interviews en dormant… Hahaha !

— Ben… Justement j’ai révé que j’interviewais…

— Hahaha ! Et qui ça ?

— Ben… je suis pas sûr mais je crois que j’interviewais… D.ieu

Imposture à la posture ?

Photographie téléphone skype_- Imposture à la posture ?

Photographie téléphone skype_- Imposture à la posture ?

Suite intemporelle de dialogues exclusivement … téléphoniques. Si cela vous inspire … d’écrire sur ce genre de thème … « Plus on est de fous, plus on rit » … ou pas 🙂


— Allô, c’est moi
— Oui, et ?
— Tu fais quoi, là ?
— Je mets mes bas …
— Tu ne portes jamais de bas
— Tu crois ça ?
— Certain, je n’ai jamais eu l’occasion …
— C’est vrai … ton travail, tes copains, ta voiture, tes sorties …
— Bon, on va pas se raconter nos vies, je t’appelle pour …
— Tu ne m’appelles jamais, chéri
— C’est que là, c’est un peu spécial
— Spécial ? Tu m’inquiètes Mon Schtroumpf
— Euh … c’est nouveau, ça !
— Quoi qui est nouveau ?
— Mais ce Schtroumpf
— Non, pas du tout … mais tu as quoi aujourd’hui, Mon Azalée Fleuri ?
— Euh … j’ai comme un gros doute ?
— Quel genre ?
—Tu es bien Patricia ?
— Moi non, je suis … Emma … et toi ?

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Ici les dialogues téléphoniques à votre écoute …

Photographie téléphone skype_: ici les dialogues ...

Photographie téléphone skype_: ici les dialogues …

Une fois n’est pas coutume, je viens vers vous pour exposer les dialogues des différents.es participants.es de ce thème improvisé : créer des histoires courtes avec une seule contrainte : exclusivement des dialogues… téléphoniques. Et j’avais précisé : si cela vous inspire … d’écrire sur ce genre de thème … « Plus on est de fous, plus on rit » … ou pas 🙂

Bref, vous avez été présents.es en nombre et je tiens à vous remercier 🙂 … et en attendant les dialogues suivants …


Voici que voilà, dans l’ordre d’apparition :

carnetsparesseux dit :

– Excellent !
– Excellent quoi ?
– Ben, ce que tu fais !
– Moi ?
– non, toi !
– merci
–…
– Mais, au fait, tu es qui ?
– Tu ne me reconnais pas ?
– Ben non. Je devrais ?
– Zut, je me suis trompé.
–…
– Désolé !
–…

 

iotop dit :

– CarnetParesseux ?
– Oui
– Merci !
– Merci ? Et pourquoi ?
– Pour ce retour
– Retour ?
– Oui, votre réponse dialoguée, diantre…
– Ah, oui
– Excellentissime
– C’est un plaisir… je vais raccrocher là, j’ai une recette sur le feu.
– Au feu ?
– (Il est sourd ou quoi ?) Non… recette… sur le gaz…
– Le gaz ? Vous avez appelé les pompiers ?
– Euh… non, parce que là… je vais raccrocher…
– Prévenez les pompiers, diantre…
– Oui, oui… (il est un peu incendié des neurones le Max-Louis)
– Soyez prudent
– Tuuut……

 

histoiredhumain dit :

– Allô.
– Allô.
– J’adore l’idée, je peux me permettre de reprendre la formidable idée ?
– Pardon mais qui êtes-vous ?
– Vous n’êtes pas…
– Non je ne suis pas… ce doit être un faux numéro monsieur.
– Pardon je suis désolé, mais sinon, je peux ?
– Je ne sais pas monsieur…
– Bon… bonne journée alors.
– Bonne journée a vous.

 

Lili, littérartiste dit :

– Allô ? Qui est ce ?

– Ton moi du futur !

– Pardon?!

– Tu ne crois pas qu’il serait temps de réagir un peu ?

– Mais enfin, qui êtes-vous?! Si c’est une blague vous n’êtes vraiment pas drôle !

– Parfois j’oublie à quel point j’ai été chiante plus jeune… Tu devrais respirer un bon coup et faire les bons choix de temps en temps ça te changerais un peu !

– Non mais je ne te permets pas ! !

– Et bien moi me le permets, de toute façon je ne t’ai pas appelé pour me disputer avec toi (enfin moi quoi…), simplement pour te dire qu’il est temps de prendre ta vie en main, de faire ce que tu veux faire TOI et d’arrêter de te laisser marcher sur les pieds !

– C’est ça, bien sûr ! Comme si j’allais écouter un illustre illuminé inconnu ! Adieux canular stupide !

Et Marion raccrocha, un peu vacillante. Il fallait vraiment qu’elle arrête de prendre des antidépresseurs. Comme si elle pouvait s’appeler elle-même… Ridicule !

 

lesfaitsplumes dit :

– Non mais dis donc, je suis vraiment en colère là !
– Heuuuu… Oui, Bonjour quand même…
– Tu ne pouvais pas nous le dire ?
– Bonj…
– Nous sommes tes parents quand même et non des étrangers, tu nous traites comme tel depuis que tu as rencontré cette (pff)… fille
– Mais…
– Quand je pense à tout ce que nous avons fait pour toi. Nous t’avons pourtant bien élevée. Tu oublies que tu es une fille de bonne famille tout de même. Nous avons souhaité le meilleur pour toi et voilà que… Oh non ce n’est pas vrai, comment as-tu osé !!!!
– Mais vous…
– Et ne me coupe pas la parole, laisse moi au moins te dire ce que j’ai sur le cœur ! ! Je suis tellement déçue Prudence ! !
– Prud…
-Oh oui je suis déçue. Je n’aurais pensé cela de toi (sanglots et raclements de gorge). Oh Prudence (les sanglots s’intensifient)
– Madame, je n’ai pas compris, vous êtes à la maison de retraite « les tilleuls maudits » quel résident souhaitez vous joindre ?
Bip…………………………………

 

Lasource dit : (je n’ai pas d’info de blog)

– Allô…
– Oui, c’est de la part de qui ?
– C’est internet qui vous écrit…
– Comment ? Mais nous sommes au téléphone !
– Vous oui, mais c’est un téléphone fictif… De la poésie en somme, nous faisons semblant…
– Sans blanc ? Sur fond noir comment pourrait-on lire sans écrire en blanc ?
–… (un blanc noir)
– Vous êtes là ?
– Oui…
– Et alors ?
– Alors quoi ?
– Que vouliez-vous me dire, enfin m’écrire, je ne sais plus ?
– Euh… Je ne sais plus bien. J’ai dû me tromper d’adresse ou de numéro. De toutes façons j’ai trop picolé, je suis complètement noir !
– ?
– ??????????????
– ???????????? (Il a raccroché ou mis un point final, on ne sait plus.)