Le funambule vient de tomber

Oeuvre de Remedios Varo

Oeuvre de Remedios Varo

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


Le funambule vient de tomber. Quatre-vingt-trois mètres de haut. Ce n’était pas un bon chiffre pour lui. Au loto, peut-être : quatre, vingt, trois … il n’a pas eu le temps de jouer avant son vol plané, mon voisin de palier… Je prends l’ascenseur. C’est plus prudent. L’escalier c’est haut et j’ai mal aux jambes après cinq, six marches.

Je viens d’enterrer une amie. Enfin, enterrer est un bien grand mot. Dézinguée, volcanisée, calcinée, enflammée … incinérée. Le funéraire dans son œuvre, je me suis senti consumé …quand, j’ai vu ces enfutages, ces petites boites dans des étagères, à tous les étages, je pense à nous tous, dans nos appartements, cages à lapins, le futur est déjà notre présent dans ces urnes vivantes, il ne faudra qu’un seul élan pour nous rôtir, nous réduire en cendres …

La porte de mon appartement est ouverte. Étrange. Je pose mon sac de courses. J’ai été cambriolé quand je vois le désordre innommable devant mes yeux, j’ai des larmes, les enfumages de rigueur dans ce moment trop fort, trop dur à supporter … trois mauvaises nouvelles en cette semaine.

J’ai comme un viol en moi qui vient de se produire. Je reste assis à même le sol. Je ne crie pas, je reste prostré … la vie est une enfumeuserien de bon n’a été pour moi depuis que la terre porte ma carcasse … Je voyais le bonheur et il me riait au nez, le pédant … ma vie est un openfield mais rien n’a poussé vers le haut, vers le ciel bleu, vers un soleil prometteur … je me suis enterré bien avant les autres …

Je me lève … j’ai comme une odeur de refermée en moi … je me dirige vers mon aquarium … il est brisé … mes poissons … mes nénuphars … et mes plantes là sur mon balcon, comme elles, je suis déraciné d’un seul coup comme frappé définitivement dans mes fibres, mes funicules, mon âme …

Je vomis par-dessus le garde-corps du balcon et je bascule avec la rambarde et … m’écrase sur le trottoir entre deux voitures, empalé par l’attache remorque …

Je survis jusqu’à l’arrivée des secours … aucune action ne me sauvera, les funérales saisons ont trépassé et à mon tour de les rejoindre avec … ce sourire de délivrance inattendue …

© Max-Louis MARCETTEAU 2018