Une conversation en outre égarée par le délire de plaire

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


Par conséquent, il ne faut accepter quelqu’un comme ami et ne se lier avec lui qu’après avoir constaté des deux côtés qu’on est digne d’amitié et de confiance » nous dit Aristote (1). De fait, je constate que sur Facebook par exemple les amis sont légion et ne correspondent pas, à l’évidence, aux propos du philosophe antique. Et quoi que antique, ses dires sont toujours d’actualité et je ne veux pas mettre mon grain de sable ou de riz dans le rouage d’un avis personnel pour le diffuser par conscience d’une possible erreur de ma part et d’une sagesse incertaine qui m’honore car je suis actuellement dans un endroit un peu particulier voire un peu fou, là où on enferme des gens pas très bien dans leur tête quoi que ce n’est pas toujours vrai car qui n’a pas eu un jour des propos confus même devant un ami je vous le demande et qu’une conversation en outre égarée par le délire de plaire à une amie un peu déphasée par de l’alcool de cette amitié rassure tout le monde et le calme peut revenir sur le devant de la scène de sa propre vie ce qui ne porte pas trop à conséquence au regard d’une amitié solide de part et d’autre et que le désir de se lier ainsi non par défaut mais par sincérité …

— Alors, docteur, que pensez-vous de ce cas ?
— Rien … une logorrhée suite à une rupture amicale… il reviendra à lui … ou pas.

(1) Éthique de Nicomaque – Livre VIII – Chapitre IV

© Max-Louis MARCETTEAU 2018/2019

Elle est partie ce matin …

Psylocke de la bande annonce du Super Bowl X-Men Apocalypse

Psylocke de la bande annonce du Super Bowl X-Men Apocalypse

Blog de girlkissedbyfire : défi 52 Semaines 2018 (4eme semaine : bleu)


Elle est partie ce matin avec son sac et nos souvenirs. J’ai brandi l’anathème, elle m’a souri une dernière fois avec un petit signe de main comme un sémaphore qui dit adieu.

J’ai fermé la porte et celle du cœur, aussi. Je vais me recoucher, attendre demain, … peut-être … pour revivre.

Il est déjà demain et je me lève, le cœur lourd comme du plomb chaud, à blanc. Je prends une douche et mes pensées savonnées sont toujours présentes. Je tourne en rond dans la salle de bains, deux fois nus : corps et psyché.

Je reste ainsi toute la journée ensoleillée entre mon salon et ma chambre, la baie vitrée chauffée à blanc, je vais boire … encore et encore … de l’eau, drapé de blanc.

Je suis lasse de penser, obsession, oui un bleu obsession ainsi je nomme mon état actuel.

Elle aime le bleu, j’aime le violet. Nous étions incompatibles, nous étions inséparables. Cherchez l’erreur.

© Max-Louis MARCETTEAU 2018