D’un éther a la rondeur de mon aimée – 4/12

Nicolas-François Gromort 04 1837

Nicolas-François Gromort 04 1837

Agenda Ironique Avril   (en 12 épisodes) – Pour la lecture des 12 épisodes déjà écrits le lien ICI

Les illustrations de Nicolas François Gromort (Fondeur en caractères, actif à Paris vers 1830)


4/12

Nicolas, bien avant Dante

— Qu’est-ce ? Où suis-je ? Ô l’En Faire à cette Lucie d’un François frère de lait aux fers de me provoquer aux songes d’une porte aux Satans venins a fait chavirer le genre humain et… j’ai froid… et j’entends le Géryon qui s’approche à triple galop et se poser sur mon épaule par le miroir de Simon j’entends des voix qui s’enlèvent de mon corps grillagé à mon purgatoire je rôtis à l’envie de tenir mon tison au bord des lèvres de la Mort qui sourit comme une nourrice à la faux affûtée du désir d’une sève printanière …

« Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie ;
J’ai chaud extrême en endurant froidure :
La vie m’est et trop molle et trop dure.
J’ai grands ennuis entremêlés de joie.

Tout à un coup je ris et je larmoie,
Et en plaisir maint grief tourment j’endure ;
Mon bien s’en va, et à jamais il dure ;
Tout en un coup je sèche et je verdoie. » (Louise Labé)

— Qu’est-ce ? Où suis-je ? Ô je suis sourd aux cris qui s’étirent aux rires de luxure dont je suis l’innocent de l’Harpie qui me serre me soulève m’enlève m’envole et me secoue par les épaules qui se détachent de son lourd fardeau de tête et me voilà à rouler des yeux sur la route des airs d’un songe aux feux de sang dans les corbeilles à fruits de l’Échidna et Dieu joue aux osselets sur la peau d’Adam qui attend le pardon prit au piège de l’Eve qui s’en donne à cœur joie de tenir une taverne de maudits…

© Max-Louis MARCETTEAU 2020

Envies …

Oeuvre de Michael Creese _Black Swan _ 2013

Oeuvre de Michael Creese _Black Swan _ 2013

Envie de fuir ;
… envie de magicienne ;
… envie de lèvres à lèvres ;
… envie de détruire les miroirs de ses hésitations ;
… envie de pousser les murs de sa prison ;
… envie de saliver sur un sein ;
… envie de souffrir pour sa cause ;
… envie de silence, la tête posée sur un ventre soyeux ;
… envie de trahir sa propre image réelle ;
… envie de construire son monde aux yeux des autres taillés dans la norme, déformée par la famine des désirs inassouvies ;
… envie de plaire à une femme ;
… envie de connaître les lignes d’une Eve ;
… envie de caresser l’univers insondable d’autres lèvres verticales ;
… envie d’élever une stèle à ses doutes ;
… envie de comprendre le sourire d’une femme magnétique ;
… envie de promettre la Lune et d’offrir sa terre ;
… envie de jouissance à toute heure ;
… envie d’assouvir les désirs de son corps enfermé dans un cachot ;
… envie du fruit goûteux ;
… envie d’ardeurs à la démesure d’un ciel ;
… envie d’aguicher les naïades de ses rêves provocateurs ;
… envie d’une autre identité à la signature de sa soumission ;
… envie de plaire à la dictée d’un ordre ;
… envie de se donner pour le plaisir d’être croquée à vif ;
… envie de fertiliser son ventre d’une jouissance vraie ;
… envie de cristalliser son réel dans un placard ;
… envie de rituels, d’initiations ;
… envie de symboles comme des bouées de sauvetage ;
… envie de livrer ses envies en vrac à la première femme au regard dominant ;
… envie de naître sur la bonne planète ;
… envie de saler sa vie, de pimenter ses relations ;
… envie de flageller son corps enfoui dans la vase de ses envies ;
… envie de cribler de mots la femme de son idéal ;
… envie de troubler le désir d’une autre elle-même ;
… envie de rassembler les meubles de ses désirs dans un grand feu et ouvrir la vanne de ses cris ;
… envie de hurler son encombrement dans cet espace réel ;
… envie de casser ses chaînes pour d’autres chaînes ;
… envie d’étaler ;
… envie d’une église-femme à profaner ;
… envie de butiner un sein sur la tombe d’une dévote ;
… envie de courir et s’empaler ;
… envie de sentir des mains s’attarder sur ses envies ;
… envie d’instantané ;
… envie d’effeuiller la plante veinée de son sang ;
… envie d’agrafer sur son coeur son amante ;
… envie de spontanéité ;
… envie de cueillir la fleur d’une autre femme ;
… envie de tisser ses mots sur la chair promise ;
… envie de religion sans guerre, sans politique, sans prière;
… envie d’endosser son excitation permanente ;
… envie de se précipiter du haut de son unité de femme entière ;

envie de rassembler le puzzle de sa consistance cravachée. Elle jeûne sur son bûcher, offerte, prisonnière sur le parvis, liée à ses envies comme une botte de paille, elle se consume à la flamme du manque.

©Max-Louis MARCETTEAU