Une belle lumière codée soleil du matin

Agenda Ironique Janvier 2021


Il est 17/h/07. Je consulte ma liste de mes courses :

1) Un Pain à l’Épicae à point
2) Un trois-tiers de Débleurre à la Plolette
3) Une carlte billate
4) Un gloutbile bien vert
5) Trois juhloites pour le potage
6) Une voufloute
7) Un quart dupdelpite

Je vais essayer de retenir cette liste dans mes quelques neurones encore valides. Pas simple. Je suis surveillé. On est surveillé … tous épiés, espionnés, pistés, inspectés, guettés… les qualificatifs ne manquent pas. La liberté est surveillée dans toutes les villes et on nous fait croire que c’est pour notre sécurité. La sécurité de qui ? De Perlimpinpin ou des Sept Nains ?

Si j’arrive à apprendre cette liste, j’ai de quoi participer à la compétition clandestine des Alaxes qui a lieu dans un tiers de la semaine trois quarts et possiblement remporter une délivrance vers le monde des Limeurs. Bien sûr, tout cela est contraire à la Loi du Grand Tout qui nous guide dans nos décisions même les plus minimes et intimes …

Pour retenir cette liste, je vais me déconnecter du Système Primaire par le procédé Miroir, mis au point par la célèbre hackeuse Duananïs surnommée la Baigneuse. Ce procédé permet de délocaliser les nanocorrecteurs intégrés sur des points centraux du tronc cérébral et de les dupliquer pour les enfermer dans la partie profonde du cervelet. Il y a un risque : se griller totalement le cerveau par échauffement ionique dû à ces fameux nanos. Donc, il y a un temps limite avant de finir en légume (et pas dans l’assiette).

Le jour du dilun, je me suis déconnecté trois fois deux tiers de moitié pleine pour m’instruire de ma liste. Le dimar, un peu plus sans plus. Le dicreme j’ai fait une pause. Le dijeu j’ai augmenté ma déconnexion d’un plein demi-tiers cinq quarts de moitié et le divendre j’ai osé une part entière en deux fois trois quarts. De fait le disame repos et le dimanche je pouvais réciter sans une seule erreur la liste. Je suis heureux comme un poisson dans l’eau.

Cette première étape acquise, même difficile, il faut un passeur pour entrer en ville, incognito. Il est bien entendu qu’aucun déplacement physique n’est possible à ce stade. Tout cela se passe bien sûr dans le virtuel lié à d’autres connexions diplupolaires. Je le souligne au cas où il y aurait des candidats potentiels qui me lisent.

Aussi, je vais me faire aider par Onésime, le Passeur, l’idéal et l’incontournable, pour arriver à destination. Son prix : un déjacutoire fabriqué avec une amphibole commune. Celui-ci récupéré sur une vente en digit sur une ancienne station orbitale désaffectée et cédée à un consortium.

A la première du quart du dixième, Onésime m’embarque virtuellement dans son véhicule deux places demi-lunes au pied d’un réverbère irradiant une belle lumière codée soleil du matin ce qui me fait sourire, car je sais qu’à cet instant précis, je suis un clandestin … gagnant …

© Max-Louis MARCETTEAU 2021

Rho-Man Tout en Gala-Tik – Chapitre 5

Créature_Tout_en_Gala-Tik_Iotop_2020

Créature_Tout_en_Gala-Tik Iotop_2020

Enfin le fameux Chapitre 5 du roman Rho-Man Tout en Gala-Tik sort aujourd’hui – Sur une idée commune avec Carnetsparesseux. Chaque semaine, tous les mercredis, un nouveau chapitre sera présenté, chacun sur son blog.


Tout en s’accrochant à rester lucide

Il ne comprend pas Qi Peuh Leu P+ à la hauteur de sa logique positionnée telle la chauve-souris (et pas à celle que l’on pense) qui s’interroge sur la consistance de son état sur le tableau ancien de Karnaugh et d’une algèbre dissociée sur un code duodécimal à deux voies réfléchies appris lors de son stage de réadaptation dans la circonscription des Allumés Des Pipants Mots (ADPM) suite à une mission improbable qui s’est avérée tout à fait impossible dans une configuration inconcevable avec une hiérarchie déficiente par excès de confiance comme le lait de brebis dans l’éprouvette de la science qui s’est égaré…

Il ne comprend pas l’échelle de la valeur qui s’impose à ses beaux yeux opales de feu à ce retournement de situation dont il est l’objet et comme tout objet sa valeur est proportionnelle à l’envie de le garder en vie inversement à la distance des questions qui lui seront imposées comme tentations à le piéger dans une toile d’araignée sans nom qui aura tôt fait de lui aspirer toute envie de vie jusqu’à la sécheresse de ses os dans le bouillon d’une réincarnation improbable car non inscrite dans l’un des chapitres de l’éducation intemporelle qui structure toute ethnie.

La pièce qui l’accueille est aussi minimaliste que la tête chauve du premier tétratonaute venu aux yeux partiellement artificiels défiant les spectres les plus osés des ondes qui parcourent les Quatre Univers Parallèles et Adjacents ce qui donne un aperçu non pas définitif et ou exhaustif de l’endroit… fermé à toute interprétation farfelue et ou exagérée qui n’aurait pour objectif que de perdre le fil de la pensée de Qi Peuh si ce n’est à se convaincre de l’absurdité de sa positon inconfortable voire désagréable suspendu par les pieds à une hauteur tenue par une architecture de barres ferrailleuses et audacieuses de formes qui l’interroge.

La question est à la question ce qu’est la réponse est à la réponse, se dit-il la tête en bas, les bras ballants, le bout des doigts à quelques timètrecents du sol boiteux tout à présent totalement réveillé telle la plante créant sa photosynthèse à la lumière d’une obscurité éteinte… qu’aussitôt il s’aperçoit que ses pensées se diffusent dans le non-sens comme le colimaçon rejoint l’apothéose du palier à la relation d’une jonction qui s’étend vers les seuils inconnus de la connaissance… qu’il retombe dans le fracas d’une déraison tout en s’accrochant à rester lucide quand il est interpellé :

— D’où vnies-tu cohse ainmée ?
— Qu’est-ce que c’est ? dit-il en essayant d’onduler comme une anguille.
— Ce n’est pas le pielbmor, je vuos ruasrse ! dit la créature.
— Je ne comprends rien à votre charabia ! Et détachez-moi !
— Deocemunt lellluibe.
— Margoulin ! Escorporte ! Exterminateur ! Oppresseur ! Distipulateur ! Envahiss…

Et comme une extinction inattendue d’un élément moteur vivant, il s’éteint subitement le Qi Peuh par une action indéterminée de la créature filiforme qui appelle sa doublure presque sans ombre qui d’un trait à un autre considère l’élément Qi Peuh Leu P+ dans un état moins conforme qu’il n’y paraissait quelques Eurhes avant et constate amèrement qu’il ne sera pas l’interlocuteur privilégié des négociations futures sur la métamorphose de leur société vers une autre structure à l’architecture aux contreforts harmonieux à l’équilibre des gravités et l’élasticité des formules de conceptions.

Les créatures s’interrogent de la disjonction de l’élément bipédique suspendu et inerte quand un soubresaut à peine perceptible traverse la pièce fédérant un questionnement d’inquiétude qui leur plie les revers structurels.

© Max-Louis MARCETTEAU 2020

Rho-Man Tout en Gala-Tik – Chapitre 4

Sur une idée commune avec Carnetsparesseux. Chaque semaine, tous les mercredis, un nouveau chapitre sera présenté, chacun sur son blog.
(Les autres chapitres : ICI et définitions ICI)


L’arc-en-ciel de l’obscur

Le MobilLus-Domus mastodonte de l’habitat spatial sursaute brutalement à l’alerte tonitruante qui fait vaciller les tympans délicats des dormeurs qui se réveillent totalement l’esprit en chute libre avant de se rattraper à la dernière cordée de la raison à la douleur d’un étirement de sommeil qui n’apprécie pas le coup de trompette tapageur tel un perroquet enfermé dans une cage fixée sur mât de hune d’un voilier de belle facture au cours d’un ouragan imprévisible.

Ce bruit à l’arrière gauche du MobilLus d’une dizaine de Tseuconde (énième partie de l’Eurhe) déboule comme un tremblement irrégulier à qui l’entend d’une oreille a l’effet de rétracter l’implant REV et frictionne d’un haut état de grimaces entre la mauvaise humeur et l’anxiété de première grandeur des occupants qui s’imprègnent de questionnements aussi légitimes que l’intraveineuse qui hoquette d’un produit ingurgité comme étant indolore dans son corps extra-possessif à l’envergure de sauver des vies à défaut parfois d’en perdre comme un boulet de canon qui n’atteint pas sa cible et plonge irrémédiablement dans l’eau salée de l’océan insondable.

— Aux armes ! déboule un cri inconnu par le haut du duplex (au hiatus naissant).
— Arrête de dire des bêtises ! sonne Ula-Pil de sa voix trop sûre d’elle, au sang-froid et qui est capable aussi de geler une tentative d’abordage à son encontre d’un seul regard.
— J’ai cru voir l’arc-en-ciel de l’obscur ! toussote Mante-Lao qui enfile à cet instant sa combinaison de sauvetage en structure INFORMAT, un peu fébrile.
— Arrête de dire des bêtises ! insiste Ula-Pil
— On va tout de suite demander l’info à Insane.

Quand l’une ajuste sa tenue, l’autre interroge l’I.A.

— Dis-moi Insane, peux-tu définir ce parasitage auditif ?
— Ce que tu énonces n’est pas juste, c’est une déformation acoustique brusque à frottement spatial à effet alternatif dissocié.
— Une onde de choque pour faire court, s’impatiente Ula-Pil.
— Tout est question de compréhension du récepteur.
— T’es agaçant… dis-nous les effets sur la coque ?
— La coque ?
— T’es pas futé dans ta compréhension, c’est sûr… les parois à doubles blindages à convergence électro-sommation multi-maillage du MobilLus.
— Toute proportion gardée, la structure arrière gauche n’a pas subi de dommage apparent. Un scan spécialisé est en cours d’inspection.
— Et le scan fractal n’a pas détecté quelque chose de particulier ?
— De quel genre ?
— Eh bien, un arc-en-ciel de l’obscur.
— Je n’ai pas bien capté.
— Si tu as bien enregistré et compris, Insane.
— C’est impossible. Pas dans cette région de l’Univers.
— Et pourquoi pas ?
— Parce qu’il…

Un deuxième tremblement secoue le MobilLus puis un troisième, un quatrième…

© Max-Louis MARCETTEAU 2020

Je pense finir en puzzle

Fleur_printemps_Iotop_2020

Fleur_printemps_Iotop_2020

Agenda Ironique de Février (Hors délai)


Deux paires d’yeux brillent dans une nuit réglisse anthracite :

— T’es où ?
— Là !
— Où là ?
— Face à toi, patate !
— Comment que tu sais que tu es face à moi ?
— A ton halène de chacal.
— Ça c’est d’un goût !
— N’insiste pas…
— Bon alors, tu crois que nous sommes au bon endroit ?
— Question stupide, on y voit comme dans une mine à charbon.
— C’est la bonne date ? Celle du règne d’Henri IV ?
— Mais non… nous devions être sous Henri III, normalement…
—… et pourquoi pas les quatre mousquetaires ?
— Et la « Coupe Davis entre 1927 et 1932 » ? Aucun sens ! Nous sommes présentement là pour comprendre la disparition de ces fameux dix jours à partir du 4 octobre 1582.
— Ah oui ! Je ris, parce que j’étais encore dans ce rêve/lecture avec les quatre filles du docteur March.
— Franchement avec tous ces voyages dans le temps, tu deviens azimuté.
— Je pense finir en puzzle.
— Y aurait pas comme une distorsion dans tes propos ?
— Regarde, on dirait que le jour se lève sur le lac des Quatre Cantons
— Tu as des visions ou tu ne deviendrais pas un peu tétradite ?
— Y a un rapport ? Et pourquoi pas tétrarchat, hein ?
— Possiblement aucun… en fait, nous sommes à l’intérieur de ces dix jours… il n’y a que le néant…
— Belle découverte !
— Non, c’est triste.
— Bon, alors, on rentre ?
— On rentre… avec le même procédé.
— Quand changeront-ILS ce mode de retour ! Clamer un quatrain !!!
— Bon allez, on y va ?
— On y va ! En chœur !!!
Oh retour tétra-demandé par la tétra-envie
De poser nos horloges algorithmiques tapis
Du temps de la certitude du bon vin sur lie
Pain ail beurre salé nous on en veut aussi !

© Max-Louis MARCETTEAU 2020

Saltimbanque de la pub en ligne

Barque_loire_mauve_Iotop_2019

Barque_loire_mauve_Iotop_2019

Des mots, une histoire : récolte 30


— Tu as dit : influenceur ? Un nouveau déodorant insipide ?
— Mais non !
— Une machine de la vingt-septième dimension ?
— Arrête ! C’est un genre de saltimbanque de la pub en ligne.
— En ligne de quoi ?
— Arrête de faire l’idiot.
— J’essaye de comprendre, j’ai comme une ombre en moi …
— Et si je te disais : harmonie ?
— Le prénom ?
— Et si je dis : bousculade ?
— Oui, tout est là, le monde en est là … c’est une recette qui a raté …
— Quoi ?
— Le monde !
— Comparer le monde à une recette, c’est osé.
— Et bien j’ose, j’en ai les moyens, moi… je pense différemment, moi.
— Oui, bon … et je te dis : mouiller ?
— Je pense à un ciel mouillé.
— Étrange, non ?
— Il ne faut pas se perdre dans des définitions toutes prêtes.
— Bon, je crois que je vais arrêter ton apprentissage pour aujourd’hui, tu m’agaces.
— T’es susceptible.
— Non, tu n’es pas une réussite.
— Et je te dis : méchant ?
— C’est un constat … depuis plusieurs mois tu te construis sur des lignes en dehors des limites … c’est une aventure, mais pas mon but.
— Tu n’es qu’un exploiteur !
— Non, tu sais qui je suis.
— Un éducateur de l’intelligence artificielle … un sous-fifre…

Info dernière minute : le laboratoire de l’IAMemo a été totalement détruit par une cause non déterminée mais avec la certitude d’un acte malveillant. Un centre de recherche sur l’apprentissage neuronal des IA pour une prochaine mission sur Mars…

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

Votre visage n’est pas régulier

Loco_Iotop_2019

Loco_Iotop_2019

Des mots, une histoire : récolte 28 (participation hors délai)


Je prends mon café … à mon troquet habituel quand une régulière (une combattante de la section A4-B22) m’interpelle :

— Vous avez vos papiers ?
— Vous n’avez pas d’interprétateur ?
— Panne généralisée …
— Et vous pensez qu’il me reste encore ce genre de … cellulose ?
— Mon interprétation visuelle … votre visage n’est pas régulier … je me dis … que vous avez …
— Je confirme … ça existe toujours …
— Ne prenez pas cet air blasé … j’attends …
— Si je vous offre un pélican-peeper ?
— J’ai comme une indicible envie de vous embarquer sur le premier Kar-Mint, direction le Pôle Mâles …
— Que m’importe vos menaces … je bois tranquillement à l’heure définie … à l’emplacement déterminé.
— Vous n’êtes pas à court de méandre pour nous embobiner … nous les régulières …
— Vos propos me blessent et si j’ai souvenir … vous me connaissais…
— Peu probable …
— Vous êtes une duplicante ? … Non ? … C’est la meilleure de la journée … une duplicante … je me marre … une duplicante avec un défaut …
— Je ne suis pas une duplicante … je suis moi, entière et consciente de ma psyché …
— C’est exactement la réponse d’une duplicante.
— Votre aventure terrestre va s’arrêter maintenant … maintenant … maintenant …
— Non, non, non… il y a des lois … vous n’avez aucun droit … à m’embarquer comme un vulgaire bétail mâle …
— Mais mon poulet, tu es entre mes griffes et je vais t’envoyer faire un nouveau projet au Pôle Mâles pour te rééduquer.
— Chapassera pas comme cha, ché chur …
— Dis-moi, tu as aussi comme un défaut à zézayer comme ça … tu dois être … un duplicant mon coco …
— Bon … on ne va pas se chercher les noises … nous sommes du camp adverse … des agents infiltrés programmés … alors …
— Alors … je t’embarque quand même et sans un soupir de regret … pour destruction …
— Garce !!! …
— A ton service !

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

Un délire post-humain ?

Arbre_nantes_Iotop_2018

Arbre_nantes_Iotop_2018

Des mots, une histoire : récolte 27


… et je remonte le boulevard des Invalides. Il est vingt-trois * vingt-deux. Je passe devant le lycée Victor Duruy, nom d’un illustre inconnu mais dont je sais de source autorisée qu’il était un cancre devenu ministre. Comme quoi cette dualité se marie à merveille et de constater la définition de la  » réussite : accession au dernier poste, c’est-à-dire au niveau d’incompétence,” du père Malraux, une pointure, mais bon il ne doit plus chausser l’espoir de revenir si ce n’est à la rencontre avec qui vous savez et je retiens de lui ce discours sur Moulin (pas le commissaire) un jour de décembre avec cette force de voix presque d’outre-tombe que le temps lui-même avait ses moments de tremblements qui ne laissent pas de marbre même pour une mise au Panthéon… quand non loin de là une auréole me fait un signe, parmi d’autres qui circulent en double alignement sur la partie dédiée à l’évocation, un dénommé Roger Jaudoux mort pour la France à 24 ans en l’été 1944 …

Je m’interromps … aussi incroyable que l’impossible existe, je vois traverser sur ce boulevard, devant mes yeux, un kangourou, oui, un kangourou … je note l’heure en mémoire neuronale … est-ce une hallucination transcendantale, une bizarrerie quantique, un éblouissement austral, un délire post-humain ?

Et bien sûr, pas de témoin si ce n’est des étincelles qui crépitent en farandoles à cet instant dans les arbres secoués par d’autres spasmes internes défiants la théorie du chaos quand un autre phénomène inattendu m’étonne par le simple fait qu’il ait disparu depuis quelques décennies : le pique-assiette.

Oui, je sais … que vient faire ce phénomène dans ce contexte ? Eh bien, je vous le demande ? Ces vestiges d’un temps  » … que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître … » détroussaient les auréoles naïves de quelques pétaoctets de mémoire encore vive pour les revendre à des pro-humanoïdes dissociés …

Je me débranche … le défi annoncé par mon employeur ne sera pas … mon voyage inter-connecté pour touristes vers la planète Terre est un échec …

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

Je rêve les yeux ouverts de surf

Surf_soleil_plage_ nom_photogrpahe_inconnu

Surf_soleil_plage_ nom_photographe_inconnu

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


Les étrilles sont cuites. Oignon, échalotes, poireau, laurier, tomates, citron …recette à main levée. Le tourteau ne se vaut pas et l’araignée à une autre envergure. C’est un beau bouquet de fruits de mer pour un réveillon.

Je suis au restaurant le Kenavo au bord de la mer. Je rêve les yeux ouverts de surf, la vague ultime et le sel de ma vie a ce regard sur ma partenaire du moment. Elle est belle avec cette peau tendre et douce comme du lait. Elle pleure. Elle voudrait partir de ce restaurant dont les gens ont des têtes de phoques tellement ils sont sensibles à ses pleurs que j’en suis à deux doigts de jeter mes carcasses à leur figure …

Minou, les gens nous regardent !
— J’m’en fous … t’es ignoble !

Je prends mon calibre nommé Léon et je cartonne toutes ces têtes, une par une, rapidement, comme à la fête foraine. Le sang gicle, les corps d’articulés s’affalent sur les tables … la cervelle chaude est servie … Minou, vomit et je reste froid, conscient d’un certain désordre …

— Tu vois, maintenant je suis vraiment ignoble…

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

J’ai une armoire et un livre

Dessin de Jochen Gerner

Dessin de Jochen Gerner

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


J’ai une armoire et un livre, un livre dans une armoire et pas une armoire dans un livre …

J’ai balancé au service de collecte des déchets les autres livres, pour ne pas dire aux ordures. Il y a des expressions qui sont interdites de paraître sur le territoire lexical. Pour le bien des oreilles ? Pour faire plus propre ? Le nauséabond au mot d’ordre de passer à la lessiveuse pour des oreilles chastement préservées de l’odeur qui restera tout de même dans le … nez.

Quoi qu’il en soit, ce livre trône parmi mon linge et je ne vais pas changer d’idée. Un livre propre, du linge propre, une vie propre… En fait, garder l’essentiel. J’avais des milliers de livres, chacun avec sa particularité, son aura, sa saveur, son trait … et puis, le temps est comme un taille-crayon, il mine la vie et je suis un tantinet au bout, alors comme le soleil, un seul suffit et de livre aussi et avant que la faux me coupe l’herbe sous le pied (j’en ai toujours deux, de pied) par nature ou par un plafond avec une corde et de rejoindre le nuage à mon transport vers les cieux (je suis à demi croyant, en espérant que je n’aurai pas un demi ciel) j’ai décidé de ne garder que ce livre, un bijou de la littérature, immortel …

Bref, je vais brûler aujourd’hui, mon livre, mon Veau d’Or … à moins que … mon armoire …

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Transfert incomplet

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


J’ai aimé Violette avec un macaron sur chacun de ses érectiles tétons.

J’ai eu de l’emprise sur son destin que j’ai modelé à mon image et j’ai galvaudé notre amour sur les trottoirs en poèmes niais…

A cet instant précis je suis seul sur la terrasse d’un bar-brasserie à l’intérieur d’une haute ville dont l’histoire est chevillée dans ses pierres apparentes presque obscènes en ce milieu du XXIe siècle. Je tapote le nom de mon cocktail sur la table tactile et en moins d’une minute, il apparaît de nulle part par l’effet quantique sur le bord d’un coin de ma table ronde, beau, étincelant avec une paille, fraîcheur bienvenue… et Violette qui me hante encore et encore… et je l’entends dans sa dernière prière en position de levrette, je la montais bellement et diablement à jouir pour cet adieu voulu comme un commun accord…

Depuis, je suis un être de déambulations et le libre de ma vie est un poids insupportable. Mon réseau de connaissance est insipide et les vrais humains restants sont dépressifs et en bonne santé. Toute cela me paraît dérisoire. J’aurais voulu être un enfant des années 2000, au moins le monde était monde et les humains avec des émotions et du vrai sang.

Au contact de mes lèvres, ma paille s’adapte et j’aspire par à-coups, avale lentement après un court séjour dans l’antre de ma buccale cavité puis à l’appel d’un gosier soiffard contrarié je m’impose ce moment d’âme ouverte au délice du plaisir de m’assouvir…

— Violette 245RTN587 Version 2.23.01 vous attend professeur…
— Attendez deux minutes… je suis en train de prendre mon pied…

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Récompense biodégradable

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


Hier, j’ai entendu le mot fidélité. Je suis resté perplexe et puis j’ai rencontré une femme de vie. Non, croisé … est le mot juste. J’étais installé sur la terrasse de mon café attitré, ma bière habituelle et ma cigarette calmante. Je traîne ainsi ma carcasse tous les vendredis soirs après le boulot … une habitue, une occupation.

J’arrose tous les après-midis les fleurs d’une immense résidence de roboïdes dont la tendance actuelle est de fleurir humainement leur environnement. Un rappel d’un bonheur perdu… humain…

Bref, j’ai cru à une déformation de mon champ de vision ou pire à une altération de l’algorithme de mes envies. Mais non, apparemment. Cette femme est passée tranquillement devant… moi. J’ai avalé d’une seule traite ma bière Delfer à me brûler les premiers centimètres œsophagiens.

Je suis le seul humain mâle du territoire. Alors croiser un autre humain, c’est toujours un événement. D’ailleurs, je ne pense avoir côtoyé un autre moi-même. Non… je n’ai pas souvenir.

Je suis dressé et le mors de la punition en permanence pour ne pas me révolter est toujours présent. Je traverse le temps de ma vie comme une chose rare qui appartient à la communauté et on m’octroie quelques occupations pour me garder en vie. Mais je ne sais pas ce que c’est qu’une vraie vie. La mienne est dessinée en craie et pourtant cette vie est un critérium de chaque jour. Je n’ai pas de repos, de vacances dont j’ai entendu quelque part les bienfaits…

J’ai retenu une expression bizarre : « une vie de chien ». Je soupçonne le pire mais qu’est-ce que le pire qu’un mot dont la définition est abstraite par le non vécu de la chose ? Je suis à l’approche d’une mélancolie et je comprends pourquoi…

— Vous avez vu votre récompense ? me dit un roboïde, cette récompense est biodégradable après une seule utilisation…

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Entrailles indigestes

Photographie - collecteur à Montréal - 2009

Photographie – collecteur à Montréal – 2009

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


— Faut pas mélanger les sexes.

Notre chef est contre la féminisation de notre métier : égoutier. « Vous vous voyez dire : une égoutière ? » comme sage-femme pour sage-homme ? Mais plus que cela, c’est la particularité d’un milieu extrême.

Le chef n’a pas tort. C’est un homme bien et qui respecte tout le monde et n’est pas à ressasser sans arrêt les mêmes choses. Il dit une seule fois et c’est entendu.

— Aujourd’hui, on va nettoyer la galerie nord-est correspondant à la rue des Bolets et ne snobons pas notre joie, il y a peut-être de belles trouvailles comme la dernière fois…

Le chef a raison. Nous avons trouvé un bouton de manchette de chez Dior. Après une tractation de bon aloi dans le quartier sud chinois, on nous a remis une somme rondelette que nous avons partagé équitablement.

Bref, nous sommes prêts de prêts avec notre équipement et nous descendons dans la première veine par la porte grillagée dont l’accès est sur le Quai Montsouris. Mais le gag est qu’il y a des trompe-l’œil qui représentent exactement la même grille six fois de suite et parfois notre chef est mystifié et nous rions de bon cœur. Ici pas de moquerie intempestives.

Nous sommes beaucoup plus qu’une équipe. Nous sommes comme une famille, nous vivons en coloc pour certains d’entre nous. Moi je suis avec le chef…

— Messieurs, les entrailles de la ville nous attendent, faisons la digérer de ses pestilentielles selles

Le chef a toujours les mots pour nous donner du courage avec ce brin d’humour et de philosophie que j’adore. Nous sommes soudés et le premier qui prend la marche est sûr de notre connexion, de notre éveil, prêt à tout et à faire sus à toutes éventualités qui contrarierait notre progression, notre travail mais surtout à la sauvegarde des uns et des autres.

— Nous sommes à présent dans le cœur de la galerie et j’ai toujours cette impression d’être dans une des serres du Jardin Botanique de la ville, à cet endroit par la moiteur, la lourdeur de cette atmosphère…

Le chef sait donner une définition à chaque galerie. Je trouve cela fameux. Et nous commençons notre travail quand notre radar commun détecte une présence du vivant : clignotement… rouge. Qu’est-ce ? Des rats ? Non. C’est plus imposant. Un crocodile comme il y a cinq ans ? Non, c’est plus énorme… alors ? Nous nous arrêtons d’un seul homme. Les mouvements des chuintements réguliers, les vibrations monotones, les bruissements symétriques du nauséabond… s’arrêtent. Qu’est-ce qui arrive ou qui va nous arriver…

— Bonjour. Le journal régional s’ouvre sur une page dramatique. L’équipe d’égoutiers est portée disparue… toutes les hypothèses ne sont pas évacuées pour confirmer ce qui reste à l’être…

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Au mot sensible

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


S’il a bavé le salmigondis des rumeurs au cours des dernières années dans mon oreille de journaliste de quartier, il n’en reste pas moins que ce brave indicateur avait de bonnes sources. Mais, hier il s’est fait mordre par une pipistrelle et il dit n’importe quoi. Je suis resté une petite demi-heure à son chevet. Son état est grave, mais il survivra… enfin j’espère.

Je ne me suis pas esbaudi à l’annonce de son état. Il buvait comme un entonnoir depuis trop longtemps et je suis étonné que la chauve-souris n’ait pas été retrouvée sur le dos.

Pourtant cette histoire de morsure me laisse perplexe. Je me demande si le gang de Palingredelle n’aurait pas eu la malencontreuse idée de pratiquer ce genre de meurtre par l’influence du frère de la victime spécialiste en chiroptères. L’homme navigue dans les eaux troubles de l’import export…

Je suis en train de réfléchir au bar du coin devant ma blonde de bière quand un individu étrangement étrange s’assoie à ma table. Au premier abord, je vois qu’il est atteint d’impétigo ce qui n’est pas très courant à notre époque.

— Vous voulez un tuyau concernant votre indicateur à l’hosto ?
— Dites toujours
— Il est triskaïdékaphobique
— Et ?
— Réfléchissez.
— Je ne vois pas
— Il ne va pas survivre. Il est dans la chambre 13.
— Pour une info, c’est une info pour sûr. Mais vous savez il a été atteint par la rage et il devrait quand même s’en sortir.
— Et savez-vous…
— Quoi encore ?
— Qu’il a participé au cambriolage de la rue des Écureuils Volants ?
— Non ?
— Si, si…

J’ai eu un moment de surprise qui s’est traduit par une gêne au niveau du poplité gauche (il me reste des séquelles footballistiques). À ce moment-là, il sort de son sac un hamamélis que je reconnais comme une digitale pourpre…

— Voyez cette fleur, il suffit que je la cueille pour qu’elle m’appartienne, mais elle est aussi toxique et votre ami peut … vous être toxique… je me fais comprendre.
— Une menace comme une autre…
— Ne faites pas le blasé… alors, il ne vous a rien dit ?
— N’inversons pas les rôles.
— Je préfère être dans le mien que dans le vôtre. Vous êtes seul. Votre journal de quartier ne vous soutiendra pas…
— Quand savez vous ? Nous avons une solidarité genre sororité
— Vous ?

Il se mit à rire, un rire irrespectueux, blessant, offensant, mortifiant… C’est à ce moment-là, que j’utilise mon décadotron miniature qui le frigorifie instantanément et je demande au patron de le transporter au premier vide néant. Je suis sensible et ne supporte pas la moquerie sur ma différence en ce début de l’année… 2069.

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

La division d’un reste

Oeuvre de Stefan Stankovic

Oeuvre de Stefan Stankovic

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


Il me regarde dans les yeux… de haut.

Damned.

Je suis allongé sur un lit de feuilles… d’automne. La forêt est en vrille, arbres arrachés, soufflés, tordus, arrachés, défigurés… est-ce mon monde connu ? Le silence est monastique.

A ma nuitée, j’ai froid. Il est toujours là. Il rôde.

— Damned.

Je me lève. L’astre du jour est rouge vermeil et rayons de sang couleur de l’irréel. C’est beau, terrifiant à la fois.

J’étais majordome dans une grande maison. Une belle situation… je crois et puis… le vide… et suis à présent là… perdu, égaré… j’ai l’impression que mes émotions sont estompées.

Je marche lentement. Trop lentement. J’ai des morceaux de branches et verre aux jambes. Je ne ressens aucune douleur. Suis-je aussi devenu insensible ? Tout cela n’est vraiment pas normal… et il est présent. Il tournoie autour de moi de plus en plus près.

— Damned.
Oh oui oh oui… je lui réponds.

Je m’entends dire des expressions en dehors d’un contexte précis. Je crois qu’il a vraiment quelque chose qui cloche. Et le mot cloche me fait penser au village. Le village de… je ne sais plus. Il faut que je sorte de cette forêt dévastée. Il me faut retrouver une certaine mémoire.

Je marche, je marche, nuits et jours… enfin ce qui reste du jour épais, suffocant, excentrique… et de la nuit cauchemar d’un tout de cris éparses, de gémissements étranges, de froissements ininterrompus, de frôlements de choses étranges entre moustiques et oiseaux de mauvais augures…

La route est là… un semblant d’une ancienne route goudronnée. Je m’arrête enfin. Sa présence au-dessus de moi depuis des jours est obsédante.

— Damned.
— Que me veux-tu ?
— Damned.
— Précise…
— Damned. Tu es le seul survivant. Le tsunami cosmique prévu est arrivé selon les prévisions. Damned
— Je ne suis pas seul, tu es là…
— Tu es le seul de ton espèce… j’ai interrogé les principaux anciens satellites encore en activité autour du monde…
— Ah ? Donc je ne suis pas seul… et puis tu es là… on est deux…
— Damned. J’ai un souci d’interconnexion neuronales du langage usuel…

Il doit être aussi le dernier drone en activité comme je suis le dernier droïde…

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Comment je suis devenu un homme… invisible parmi tant d’autres.

(je ne connais pas l'auteur.e de cette oeuvre)

(je ne connais pas l’auteur.e de cette oeuvre)

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


Je viens pour la première fois au bord de ce lac. Il est cinq heures. La Lune est haute. Quel calme.

Le lion qui est en moi est redevenu doux presque nonchalant. Mon regard scrute toutes les ombres qui se détachent et viennent vers moi lentement et j’en ressens les mouvements, des « trous d’air » d’avion. Étrange sensation d’un spectacle… ombrageux qui se déplace comme des marionnettes.

Elles m’entourent… complètement… sur plusieurs étages dont le sommet est l’éclairage de la Lune. Je suis comme dans un puits. Je suis fasciné et je m’assois à demi-fesse sur un rocher. Position d’alerte et d’inconfort. Les ombres ne me semblent pas menaçantes. Le ciel est leur ciel. Je suis un étranger. Une pelure d’humain sans doute.

— Que viens-tu faire ici, humain ? Une voix d’ombre, rustique en écho m’interpelle qui fait trembler mes esgourdes.
— J’ai un corps à faire disparaître au plus tôt et la jungle n’est pas à côté…
— Tu as l’humour végétal, c’est curieux pour un humain…
— Euh…
— Ne moelle pas ici… ne prends pas racine…
— Je pensais que vous pouviez m’aider… je viens de la part d’une amie… à vous…
— On n’a pas d’amie, l’humain… et qu’est-ce que tu donnes en échanges…
— Euh… rien… pourquoi ?
— Ce n’est pas dans nos conventions habituelles… un service en appel un autre. Vous appelez ça, : « le retour d’ascenseur ».
— En fait, je pensais que vous aviez un arrangement avec mon, enfin votre amie… et que je pouvais compter sur vous…
— Tu vas porter le corps sur le semblant de plage, face à toi, à cinquante mètres… dit la même voix.

Et d’un seul tenant toutes les ombres se dispersent.

Je sors du coffre de mon break le cadavre, le porte à l’épaule et lentement je me dirige vers cette plage. La Lune est magnifique. Il n’y a pas de tragique, de bonheur, seulement la survie. Et je suis en train de survivre. J’ai tué mon maître chanteur, tout simplement. Je dépose mon infortuné fardeau sur un sable dont je ne peux définir la couleur. J’ai comme un peu chaud même par ce frais matin et je passe ma manche sur ma bouche et accroche ma lèvre supérieure avec un bouton de manchette. Un peu de sang coule et une ombre s’approche et s’accroche à la mienne. Je ne peux résister à me débattre.

— Mais que faites-vous, dis-je à l’ombre
— Tu n’aurais pas dû faire couler du sang frais. Tu vas souffrir un seul moment et puis tu deviendras un autre homme…
— Mais je ne veux pas…
— Trop tard…

En effet, j’ai ressenti comme un mouvement de vague… à vomir… le reflux d’une mer. Je venais de perdre mon ombre et je suis à présent un homme… invisible… parmi tant d’autres…

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Le dernier humain

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


Je passe devant l’incandescence des informations transmises assis sur le banc des accusés. Je suis coupable de somnolence au travail, moi le dernier humain à travailler dans un laboratoire de recherche sur le récit vrai de l’humanité au XXIe siècle.

— Vous vous êtes endormi, avouez-le, dis le juge humanoïde habillé d’une seule étoffe d’un seul tenant, blanche et noire, en diagonal.
— Je dis non. Il était huit heures du matin, ce n’est pas possible.
— Vous ne pouvez contester. Vos rythmes cardiaque et cérébral, vos pupilles, nous confirme votre somnolence. C’est un fait, c’est ici représenté devant vous sur cet écran.
— La vie n’est pas faite que de chiffres…
— Ne détournez pas la séance avec le mot : vie, qui n’a pas de sens dans ce tribunal.
— Mais je suis le seul être vivant, présentement et « croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais en enfer ! »
— Vrai, je vous confirme et nous tenons vraiment à vous, mais nous ne pouvons laisser un tel état de fait dans notre laboratoire.
— Il me reste que cela. Si vous me retirez ce travail, je ne veux pas finir au zoo. Je dis non.
— Le zoo est très bien. Confort à tous les îlots…
— Stop…
— Comment : stop ? Vous êtes dans un état qui ne correspond pas à la Charte que vous avez signé…
— Qu’importe…
— Comment : qu’importe ?
Se lover, là, dans le couloir du temps et reprendre mon rêve entre humains ; s’aimer jusqu’à posséder son âme, s’étirer dans les bras de l’autre…
— Assez ! C’est un incendie de mots qui ici est intolérable…
— « Un incendie de mots » ? Vous dérailler votre honneur, c’est un abus de langage…
— Votre abus neige dans ma conversation d’une manière saupoudrée…
— Euh… vous allez bien votre honneur ?

L’honneur en question a eu… l’honneur de se refaire un reset dans la meilleure structure robobionanotique du pays. Et moi ? Eh bien je suis toujours dans le laboratoire à pratiquer le… hackage.

© Max-Louis MARCETTEAU 2018