Déconstruire

Chat_conducteur

Chat_conducteur

Déconstruire sa vie ; ouvrir l’écluse, goutte à goutte, de l’encre noire sur le lac bleu de son cœur ; arracher à la racine chaque mot aux larmes de la rosée du matin déjà condamné ; retenir l’envie de crier au creux d’un mot en forme de nid ; poser un signe de rédemption, au souvenir qu’il ait existé, même un instant.

© Max-Louis MARCETTEAU

Top chrono ! Chapitre 2

Quand je regarde l’heure qui passe et le fleuve, de son eau de la ville, qui traverse d’un versant à l’autre, je me dis que la vie charrie bien des choses dont les plus mauvaises.

Il faut se dire alors que les ponts sont heureux d’être là pour le bien de nous tous.

En fait, j’aime marcher pour le plaisir sur ces ponts qui sont en végétaux. Et mes pieds toujours nus, profitent de ces moments pour respirer et se masser tranquillement. Ainsi, je respire mieux, je me sens vivre autrement comme loué par la Nature à être en osmose.

Bien peu de gens prennent ce genre de pont, car ils pensent qu’ils ne sont pas très solides. Mais comme une goutte d’eau n’a pas de force, plusieurs millions de gouttes peuvent vous noyer dans un verre d’eau que vous aurez avalé de travers.

En fait, je reste toujours attentif à être dans le milieu de cette Nature qui impose naturellement ses Lois comme des faits certains et ne se fie pas à la mathématique des humains pour savoir comment réagir devant les événements assez extraordinaires qui peuvent survenir.

Cependant, on comprend aussi que l’humain sait s’adapter à différentes situations pour survivre.

©Max-Louis MARCETTEAU

Contemplation du vide

Oeuvre de Wlop

Oeuvre de Wlop

Cédille d'un espace
Ouvre à l'immobilité
Nutritive une vision
Tellurique d'images
Empalées à dessein
Mûries à l'air ambiant
Posées au vol insufflé
Libéré des tourments
Agitées à l'encre salée
Tendues sur une toile
Ionique des pupilles
Ondes déchiffrées à vif
Nomades par son vertige
Division du temps rétif
Une goutte de seconde
Vulnérable au plein
Indissociable au rien
Délassé de la nudité
Entier et malléable à tout.
© Max-Louis MARCETTEAU