La Mort… Grande Garce…

Dessin animé - Les Pingouins de Madagascar - Kowalski

Dessin animé – Les Pingouins de Madagascar – Kowalski

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


Rien de moins sûr que nous soyons des héros si ce n’est de potentielles poules mouillées goinfrées gavées d’informations sur le bord de nos routes quotidiennes au rôle du mort voyeur alimentaire aux yeux d’une pseudo-liberté embastillée criarde loin de la chérir de l’ébat elle se débat des griffes de lois bornées malavisées ineptes de l’Arcane sans nom qui a son cou porte l’insigne des gibiers humanoïdes et au coup de chaque milliseconde sonne le sommeil au mot éternité qui se déboyaute bidonne se tire-bouchonne son restant de harde la gueuse chante quand même l’hymne de la déchéance décrépitude déclin délabrement et nous sans refuge voix éraillée… elle aura notre peau mais pas notre âme… cette Grande Garce … la Mort …

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Comme un refus

Contes et lumière, une voix d’ombre se pose.

Ouvrage de la parole qui cimente et s’impose,

Mémoires des personnages surgissent figurés,

Métal de mots s’imprime aux visages cirés.

Enfant d’autrefois, tu portes en toi ce grandiose.

Une à une les années passent au fil du rasoir,

Nos vies séisment les légendes et grimoires.

Régenté par le monde consommable avide,

Entraîne dans son sillage l’éphémère au vide,

Facile et insatiable, le cortège de tristes héros,

Usés à la seconde qu’ils existent par l’info.

Souriez enfants d’hier, vous êtes les seuls lucides.

 

© Max-Louis MARCETTEAU

Au futur parfait

Oeuvre intitulée Over The Edge de mrssEclipse

Oeuvre intitulée Over The Edge de mrssEclipse

Mon visage sera ton drapeau à la peine

De me conquérir sur ma terre, tu seras

Mon glaive à mon excitation, tu avoueras

Ta passion pour moi, soldat de Camerone !

Ton corps entier tracera sur ma peau blanche

Les frissons d’une fièvre jusqu’en mes tréfonds !

Tes mains en étau bloqueront mes hanches !

Ton sexe pourfendra mon sillon, mon dragon !

Tes jambes piliers de mon corps empalé

Trembleront sans plier à mon excitation !

Tes mains menotteront mes bras cristallisés

Par ta puissance à tenir mon rythme d’Alcyon !

Ton torse écrasera mes seins aux tétons saillants !

A deux doigts de m’évanouir, tu tenteras ceux-ci

A pénétrer un orifice impatient de s’ouvrir à l’interdit,

Je résisterai par envie et te l’offrirai à toi, mon amant !

A ma croupe tu donneras les derniers assauts !

Mon corps tout entier vibrera, mon ventre édredon

Enfantera un volcan au magma qui inondera le long

De mes colonnes abattues, je me viderai mon héros !

Ton corps m’appartiendra et à ma demande

Le garde à vous de ton sexe pliera à l’amende

De ma bouche, au profond de ma gorge tu sèmeras

En cascade ton abandon, en moi tu abdiqueras !

© Max-Louis MARCETTEAU