Je vis tu vis c’est étrange

Kent Miles - Wien - 1990
Kent Miles – Wien – 1990

Premier essai avec le nouveau éditeur fait de blocs et de « briques » 🙂 (je n’ai trouvé à diminuer la lettrine J – code CCS introuvable) Et un lien : https://wordpress.com/fr/support/editeur-wordpress/


Je vis au ciel bleu de ton écriture à la profondeur d’une ancre à quatre mille huit cents quatre brasses et je plume tes mots un à un comme une volaille ébouillantée après l’avoir occis à l’ancienne et je reprends un bol bien rond bien plein de mon whisky préféré et d’une traite je bois tel un boit-sans-soif et dégurgite malproprement sur ma raison d’être…

Tu vis assise sur le promontoire de mon indifférence tu me jettes l’éponge à moi-même t’abandonnes la lutte tu fuis avec la clé des champs qui se change en marguerite géante et plante son avis devant toi et te nargues comme un récif prêt éventré la coquille de ta raison d’être …

Tu vis la vague et son écume à l’âme telle une trame d’une mauvaise ligne de vie que l’exploration te fait vomir au premier pas qui te déboîtes la boîte crânienne sur le devant l’arrière scène aveugle de naissance et qui s’impose comme une ogresse qui charrie les intestins de l’angoisse au carré de l’identité de soi de ta raison d’être …

Je vis entre deux eaux de mon alcoolisme dépositaire de ma non consistance à l’image de toi en blonde un soir à Rocamadour dans cette chambre qui a été témoin d’un craquement aussi inattendu que la livraison de la panoplie papale à dix-sept heures heure sidérale au sous-sol d’une église qui sermonne une messe bien étrange … celui de mon pantalon à la couture de l’entre-jambe … de ma raison d’être …

© Max-Louis MARCETTEAU 2020

Manifeste en point‐virgule

Par ce manifeste il est temps de faire le point … et de prendre position ; il n’est pas dit que nous les points-­virgules épouserons l’errance de la marge plus longtemps ; ignorés de la masse des lignes, dédaignés des têtes d’encre, balayés, écartés, méconnus, rejetés, négligés, en un mot : délaissés … dans l’indifférence générale et dépointés par les virgules, les nu­-tête.

Il est le devoir de chacune et chacun d’entre nous de poser le socle de notre survie de point­virgule ; nous en appelons à tous les points-­virgules d’ici et d’ailleurs ; mais aussi et surtout à la virgule toute fière de nous porter trop souvent l’estocade en snobant ce grain de beauté tout en nuance en leur profil ; au point qui de final est une brute épaisse et s’impose en dictateur.

En tout état de cause, nous n’oublions pas la genèse de notre histoire, celle d’une virgule et d’un point dont l’amour nous a formés en cette alliance. Le divorce de ces deux entités a eu pour effet de nous abandonner à notre triste sort.

Nos sept résolutions
1) Opposable à tous le point­-virgule est à la demi­ pause comme la demi-­heure est à l’heure et le demi à la bière ;
2) Tout point­-virgule a droit de cité même dans la campagne des lettrés ;
3) Le point­-virgule est le fer de lance de toute construction (voyez une maison sans faîtage,
l’arrogance de l’indécence à son plus haut faîte);
4) Il n’y aura pas de point­-virgule en faire­ valoir ;
5) Le point-­virgule doit grossir les rangs de toutes phrases dignes de le transcrire et pas en cache­
misère ; (ni en cache-­sexe non plus)
7) Toute phrase se doit d’apporter soutien, réconfort mais surtout le boire, le manger et le toit à tout point­-virgule errant.

Voici les signatures
;;;;;;; ;;;;;;;;;
;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;
;;;;;;;;;;; ;;;;;;;;;;;;;
;;;;;;;; ;;;;;;;;;
;;;;;; ;;;;;;
;;;; ;;;;
;; ;;
;;

A ce sursaut de conscience collective pour la défense du point­-virgule ; à son devenir pérenne, nous vous invitons et souhaitons ardemment une réconciliation entre virgule et point ; à vos stylos, crayons, plumes, ordinateurs et autres moyens pour ainsi retrouver de nos couleurs et de notre place (qui valent bien celles des autres).

Note : et quand la fiction rejoint la réalité : ICI

©Max-Louis MARCETTEAU

Renaître

Oeuvre de Andrew Belle

Oeuvre de Andrew Belle

Faut-il savoir renaître autrement,

Dans ce monde-ci, au seul crédit,

D’ouvrir son âme au bien présent,

De partager, entier, sans compromis !

©Max-Louis MARCETTEAU 2015