cabossée sur l’aile droite

Defile-zuhair-murad-automne-hiver-2016-2017

Defile-zuhair-murad-automne-hiver-2016-2017

Une longue série de dialogues avec pour socle le dialogue en bleu. Ce dialogue en bleu n’est pas de moi mais d’un défi d’écriture (2019) dont je ne me souviens plus à quel endroit du Web il se situe. Si vous avez l’adresse, n’hésitez pas à me l’écrire en commentaire, pour rendre à qui de droit ce qui appartient.

— Oui ?
— Tu me cherches ?
— Non.
— Ah ? … Je peux prendre ta voiture ?
— Mais, comme tu veux !
— Elle est un peu cabossée sur l’aile droite, comme toi d’ailleurs.
— Ah bon !
— Je t’assure … et puis sa couleur est passée … toi aussi, tu changes.
— Mais non !
— Et pourtant, il y a quelque temps tu n’aurais pas discuter pour que j’emprunte ta voiture … comme pour te dire je t’aime.
— Non
— La preuve …
— Pas cette fois.
— Tu es de mauvaise foi quand je te regarde dans les yeux. Tu viens avec moi ? Je t’emmène ?
— Pourquoi pas.
— Tu prends un maillot bain, on va à la plage de Saint Marc.
— Ah, non !
— Il fait trop froid ? … comme pour me prendre la main ?
— En effet.
— Tu n’as plus confiance en moi ?
— Peut-être.
— Bon, j’y vais seul alors… je te ramène un souvenir ?
— Fais pour le mieux.
— Un coquillage qui à l’oreille raconte une histoire d’amour ?
— Oui.
— Et puis, je refais le plein de Ta voiture.
— D’accord.
— Je t’embrasse d’ici à cet endroit.
— C’est ça.
— Et toi, tu m’embrasses pas ?
— A tout à l’heure.
— Ou peut-être à jamais … Mon Amour.

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

Sur un banc

mickey postier du ciel 1933 - the mail pilot - avec minnie et pat hibulaire

Mickey postier du ciel 1933 – the mail pilot – avec Minnie et Pat Hibulaire

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


Sur un banc :

— Un soupir vaut mieux qu’un silence.
— …
— Tu ne crois pas ?
— …
— Enfin ! fait bon souvenir pour notre réconciliation !
— …
— T’es bornée … tout de même … allez, prends-moi la main !
— …
— Ou un baiser, là, sur ma joue ?
— …
— Tu fais l’enfant. C’est pénible …
— J’attends la nuit
— Des mots … enfin des mots … et pourquoi … la nuit ?
— Pour sentir le jasmin …
— Le jasmin ? Quel jasmin ?
— La larme de jasmin qui coulera de tes yeux pour le pardon et son parfum en sa signature nous réconciliera …
— Mais … mais je rêve … comment vais-je pleurer des pleurs de jasmin, moi …?
— Tu vois, tu ne fais pas d’effort …

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Elle devait piper tous les mâles

Photographie - Audrey Hepburn

Photographie – Audrey Hepburn

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


Elle devait piper tous les mâles du café comme tous les soirs. Et comme tous les soirs elle se déculotte, le désir entre lèvres, l’indécence intérieure à composer les ultimes outrages. A quand un cunnilingus ? Question s’existentielle qui l’amène « au bout de la nuit …Chaud Que c’est chaud ! Ta bouche Soufflant sur mes mots  » dit Mylène tout en nylon sur sa scène entre la douche saphique et la descente de lit possédée des atouts de soie veloutée comme une plage de soir au sable chaud dévergondé de l’écume à venir …

Avenir tel est le mot que Bégonia (pseudo) avait au plafond de sa pensée à cet instant précis au regard de sa nudité d’une troisième fraîcheur (elle a trente-trois ans). Elle soupesait sein droit de la main gauche et sein gauche de la main droite et puis des deux mains en disant d’un ton de violoncelle enrouée :

— Mes Beaux, vous êtes encore toujours à l’affiche et votre tenue est irréprochable et pourtant, il faut vous affranchir. Mon ami clito a cette mesure qui le fait frétiller du capuchon. Il va falloir que j’avise, car de queue c’est bien beau mais faut-il que je s’assume une fougue dont le frein risque de lâcher à tout moment et de goût d’une langue nous attendons : « Comment pourrais-je dormir ? Comment pourrais-je me coucher ? Ce soir ma main, dans tout mon lit, n’a pas trouvé sa main chaude. » comme le dit si bien ce Pierre Louÿs dans les Elégies de Mytilène et solitude je suis en vous et d’aimer à tout corps de forme et de douceur, j’en pince… Allons, reprenons, mes Beaux à vous aimer de caresses j’en oublie qu’il faudrait que femme satisfasse aussi toutes les autres femmes …

Elle s’engage ainsi à quelques mois de là à ouvrir le premier Café Cunni à … Sainte Verge.

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Cul et chemise ?

Photographie de George Hoyningen-Huene - 1929

Photographie de George Hoyningen-Huene – 1929

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


Je ne vais pas faire l’autruche. Non, non… Il faut sortir du quotidien et ouvrir les yeux… mais tristesse et corde sont dans chaque paluche.

Le temps de relever la tête avant de la perdre. Le temps du pourquoi est à enterrer… attention tout de même à la fosse déjà bien creusée… un faux pas est vite arrivé et le bonheur de l’asticot n’est jamais vraiment loin.

Je vais goûter l’abricot de la vie… ce qui en soi ne veut strictement rien dire.

— Tu fais quoi ?
— Je goûte l’abricot de la vie !
— Ah ? Et… je parie que ta copine t’as largué ?
— Non, non… c’est une expression nouvelle !
— Tendance ?
— Oui, c’est ça !

En fait, cette expression est l’arbre qui cache la forêt.

— Un abricot devenu arbre qui cache une forêt !
— Wouaaaah, c’est la fumette du matin et l’intoxication de la pensée ?

Bref, c’est le mystère. Comme quoi, il ne faut pas s’éterniser sur des expressions dont l’invention est douteuse, mais qui peut porter son fruit… unique.

Aujourd’hui, je sors de mon quotidien. Je vais prendre le frais et me prendre en main à défaut de me donner ce fameux « coup de pied au cul » encore une expression qui me rappelle celle-ci, aussi fameuse, d’un général : « Donnez-moi quinze jours de dictature, je vous décentralise la France à coups de pied dans le cul. » (et pour les puristes, il s’agit du général d’Amandine dans Le Bœuf Clandestin de Marcel le Bien Aymé).

Quoi qu’il en soit, je vais de ce pas à la piscine (une fosse d’eau) noyer mon ennui de vie et y mouiller ma chemise à défaut de la perdre si ce n’est provoquer une rencontre appropriée et devenir… cul et chemise…

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Sur des terres fragiles

Oeuvre de Ron Ulicny

Oeuvre de Ron Ulicny

Une encre au goutte-à-goutte, pose le premier mot,

Une première larme d’amertume les yeux troublent,

Une ligne sans marge apparaît sur l’horizon fuseau,

Une forteresse se dévoile au premier cri de son double,

Intérieur feutré de rouge sang, de ce trop plein de soi,

Blessé, cassé, lambeaux et parcelle de vie se défait,

De ses images, se décharge au cœur, odeur de désarroi,

Cette main radeau redouble sa pression sur ses abcès,

Signe sa première signature douleur sur cette page,

Et les mots suivants, donnent cet engrais qui de rage,

Fait pousser les portes de la souffrance plus loin,

Sur des terres fragiles à labourer jusqu’en ses confins !

© Max-Louis MARCETTEAU

Sommeil

Actrice Robin Virginia

Actrice Robin Virginia

S’ouvrir au seuil d’un vide, aux rêveS

Omniprésents, à la seule vie d’une O

Mutine, androgyne, une voix slaM

Mille mots en vous le quidaM

Emprisonné dans son îlE

Irréelle et crie un jolI

Lève-toi MarceL

Sentir les doigtS

Ostentatoires de cet O

Masculine bande le taM

Majestueux du membre neM

Endurcit au va-et-vient et postE

Illuminé des jets saccadés au crI

L’autre main, vite, vite, vite, MarceL !

©Max-Louis MARCETTEAU

Main dans la main

Oeuvre de Yuliya Vladkovska

Oeuvre de Yuliya Vladkovska

Main dans la main, le vertige soude les cœurs,

Pieds sur terre d’amour, les rimes déforment

La réalité, construisent notre monde de bonheur

Qui se lie à notre Temps sublimé, multiforme !

Viens ! Viens ! Dégrafe ton corsage, prenons

A témoin les herbes folles, roulons nos corps

Sur ce tapis offert, soyons ses derniers flocons

D’amour vrai dans ce monde de croque-morts !

Bâtissons nos vies d’une seule trame, courons

A perdre le souffle jusqu’à nos sierras bleues,

Enfantons nos rêves sous l’édredon, au biberon

Cocktail pétillant de passion, en un ciel radieux!

Viens ! Viens ! Nageons dans nos caresses,

Brûlons nos tabous sur la plage de l’audace,

Mourons ensemble pour ne pas fracturer,

Même un seul instant, notre union sacré !

Le corps déshabillé de ses fournitures habituelles,

Le tissu à la coupe érotique, émerge de son sommeil !

Femme, tu éclos telle une fleur aux pétales flanelle,

Telle une constellation mystérieuse, tu m’émerveilles !

©Max-Louis MARCETTEAU

Blanc drap

Photo de Michael Pependieck

Photo de Michael Pependieck

Au blanc drap, l’odeur d’hier.

Passage d’une vie cimetière,

Les fleurs fanent à la pierre,

Du Temps, le froid en bière !

 

Au blanc drap, l’hôpital vit.

Les patients de chair prient.

La guérison passe en croix,

Les yeux délavés sont lois !

 

Au blanc drap, la mariée rit.

Le couple s’épanche, jouit.

La naissance et premier cri.

L’humain survit de ses fruits !

 

Au blanc drap, et la vierge.

La dot accompagne le cierge,

Le futur arrive, tend sa verge.

Un peu de sang pur, émerge !

 

Au blanc drap, et le battoir.

Dos et genoux pour la gloire,

Lessiver a user le purgatoire,

Les mains pressent l’espoir !

 

©Max-Louis MARCETTEAU