10ème mois avec Toi

Ouvres tes mains, ton âme est là, perversion de Vie,
Combles mes nuits en plein jour, à mes heures roussies,
Tout étourdie de ce manque officiel qui suce mon hystérie,
Outrage du temps mon maquillage verbal est supercherie
Bouge toi Mon A, avant que le mot fin se fasse hara-kiri,
Rougisse notre Livre, dépose sa gerbe de fleurs d’ironie,
Entend ces mots qui glapissent sur le verni de l’agonie.

©Max-Louis MARCETTEAU 2017

Rouge et noir

Anna de Rijk - Tar Magazine 2012

Anna de Rijk – Tar Magazine 2012

Rythme ta lucide

Overdose de moi

Unique amant livide

Générateur de lois

Endiablées par mon choix.

 

Enlace ma cuirasse,

Taillée dans la masse.

 

Nage en moi, dans ma soie.

Ouvre tes mains, à ma croix.

Irrespectueux, viens, ma proie,

Régale-toi de mon corps en émoi !

 

©Max-Louis MARCETTEAU

 

Et pour le plaisir en code Morse.

Et suite à une demande (voir commentaire ci-dessous) pour une version sonore, hélas pour intégrer du MP3 ou autres, c’est payant. Donc, voici un lien pour traduire du texte en Morse : http://laura.proftnj.com/morse.htm

Dernière information, grâce au conseil et méthode de Francis, voilà en sonore la chose sur une strophe :


 

·−· −·−− − ···· −− · − ·− ·−·· ··− −·−· ·· −·· ·

−−− ···− · ·−· −·· −−− ··· · −·· · −− −−− ··

··− −· ·· −−·− ··− · ·− −− ·− −· − ·−·· ·· ···− ·· −·· ·

−−· ··−·· −· ··−·· ·−· ·− − · ··− ·−· −·· · ·−·· −−− ·· ···

· −· −·· ·· ·− −··· ·−·· ··−·· · ··· ·−−· ·− ·−· −− −−− −· −·−· ···· −−− ·· −··− ·−·−·−

 

Viens, maintenant

Oeuvre de Anna Razumovskaya

Oeuvre de Anna Razumovskaya

Viens. Le temps n’arrête pas les souvenirs. Baignes toi dans mes mains.

Je viens te chercher. Ne court pas. Prends le premier rêve, à la station

Des fleurs soleils en coquelicot. Ouvres tes desseins sur la ligne destin.

Pousses tes crayons à l’invention. J’aime quand tu ris, au fruit de la passion !

Du bleu pour tes yeux. De l’orange pour ta langue. Du vert pour tes pieds.

Délire en toi. Emotion dans ton cœur. Un vent apaisant entoure ta chevelure.

Délasse ton corps au massage de mes mots câlins, de ma voix de destrier,

De mes histoires qui te hamac, lentement, un sourire amoureux te fait parure !

Un nuage, une corolle, se vrille à ton regard. Ton ciel est comme le mien.

Ne cherche pas d’issue. Je suis cette issue. J’ai créé ce sable mouvant pour toi.

Mon bras attrape ta robe. Tu cries de plaisir. Viens. Le présent est plus malin

Que NOUS, il marche au travers de son avenir et NOUS, à nos chemins de croix !

©Max-Louis MARCETTEAU