Au coin de l’œil de la nébuleuse de l’affection

Maurographoto Mauro Ph
Photographie Maurographoto Mauro Ph

Challenge Lune et des participants


16

… déesse au regard maternel sur la Mer des Nuées une traîne au coin de l’œil de la nébuleuse de l’affection teinte le pourtour de la rondeur en demi-lune d’une Lune qui navigue sans perdre la face …

© Max-Louis MARCETTEAU 2021

Une déclaration devant le monde

Rose_nuageuse_Iotop_2018

Rose_nuageuse_Iotop_2018

Le Marathon de la Nouvelle (merci à Sabrina de cette découverte)


— Vision d’outre-tombe les mots s’étiolent et le silence est devenu sourd… il y a comme un os. Je rentre les épaules et mes funestes pensées dans le frigo sidéral de la Mort et pose mon céans sur le banc du marché du mercredi celui des Indigents où la solitude se vend toute l’année au prix de quelques mots engagés sans engagement ou en abonnement gratuit de présence les mains vides mais le cœur au présent à l’avenir … tu es partie … décédée sur le papier sur ton lit d’hôpital … dans le cercueil … je suis réfrigéré à vie de ta mort comme l’évidence de l’impermanence perméable pénétrée pénible et pourtant pétrifié à la conservation d’une nuit d’étoiles tellement lointaines mais une seule à la magnitude si présente … je retiens mes larmes j’ai voulu retenir tes mains trop glaciales … tu m’as dit « prends soin de toi » mais à présent comment réaliser ce vœu dit dans un dernier souffle d’humanité … je suis comme un bâtiment qui subit un tremblement de terre les failles invisibles s’ouvrent au grand jour d’un soleil d’été au ciel trop bleu comme un œil fixé à la fenêtre de ma vie qui s’effondre … ma structure est sur pilotis comme ma croix mais je ne suis pas Jésus et pourtant ma couronne d’épines est mon quotidien ..

— T’as pas fini de faire ton cinéma …. une déclaration devant le monde et te plaindre par-dessus le marché … vient ramasser les caisses de pommes de terre, feignant… ta gueuse de fiancée ne reviendra pas, pour sûr … feignant !
— Oui, maman !

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

Lumière de l’étonnement au tonnement de l’éclair

Film de René Clair - La beauté du diable - 1950

Film de René Clair – La beauté du diable – 1950 – (traduction : « L’enfer est moins cruel que les humains« )

 

Blog de girlkissedbyfire Défi 52 semaines N°45 le mot : lumière


Lumière de l’étonnement au tonnement de l’éclair
Les pupilles se dilatent affrontent la nature d’effets
Fermentés a son histoire salée d’essais à décoiffer
Ce premier regard défiant et d’un tout assoiffé

L’humain s’agenouille sur la terrasse herbeusement
Figurée des organismes naturels aux cellules kyrielles
Et dessine dans son primaire cerveau les enlacements
Et liaisons intelligentes qui s’imposent au surnaturel

La divulgation de secrets le dresse maître alchimiste
Aux âmes peureuses et indigentes salivent la fable
A ce dieu à ce magicien qui d’un coup d’oeil liste
Ses proies a un contrat de vie éternelle … en diable !

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

L’œil du cœur

Dessin de Pochiyo

Dessin de Pochiyo

Toute sensation est une épée qui traverse de part en part l’aulne du corps,

L’onde choque la parcelle des larmes qui se vibrent à la Beauté déployée,

Et trempe le buvard des yeux qui impriment l’émotion du Bel accord,

Au cœur de la rétine qui teinte crescendo les fibres vocables émerveillées !

©Max-Louis MARCETTEAU