Impression de sable mouillé dans le cerveau

Couple_photographe_inconnu

Couple – photographe_inconnu

Agenda Ironique Août 2020


Un couple naturiste sur la plage au mois d’août … parmi d’autres…

14h03

— Tu es bien, là ?
— Je suis bien, sur cette plage de sable fin et chaud.
— Ton corps est de plus en plus beau.
— Il en fait qu’à sa tête… pourtant …
— Tu es programmée pour bien vieillir, à pas mesurés.
— Vieillir ou pas, quelle importance.
— La vie ne demande pas ton avis.
— Et si mon suicide était un acte libérateur, un pied de nez à la vie, hein ?
— Alors, ce suicide serait injuste.
— Pourquoi ?
— Y a tant de vies qui veulent se vivre.
— Que m’importent les autres.
— Et moi, je suis les autres ?
— Tu es ce blablabla qui me tient à flot… possiblement.

15h23

— J’ai une impression de sable mouillé dans le cerveau…
— Cerveau ensablé ?
— Hein ?
— Et les oreilles aussi ?
— Non … dimension de tes mots en argile qui se déforment et s’envolent tels des parasols décolorés …
— L’ouïe en noir et blanc ?
— Avalanche de mots sur une onde outragée… je nadir …

16h31

— Je veux entendre ce monde respirer…
— Respirer autrement ?
— Non, respirer avant qu’il meure !
— Ou avant que tu meures ?
— Non, le monde ! même le vulgaire des poissons comme la perche
— Et tu n’es pas de ce monde ?
— Si …
— Alors ?
— Je veux entendre ce monde respirer.
— Et moi ?
— Et toi ?
— Oui, moi !
— Rien …
— Comment rien ?
— Tu ne respires pas.

17h53

— Si j’étais ton horloge ?
— Tu es toujours en retard, alors …
— Si j’étais ton Monoï ?
— Je ne suis pas une pièce mécanique qu’on trempe dans l’huile … tu le sais, ça ?
— Si j’étais ton eau ?
— Tu es déjà tari, mon pauvre …
— Si j’étais une page de ton livre ?
— Tout juste un sixième de ligne…

 

© Max-Louis MARCETTEAU 2020

Quel cirque !

Oeuvre de Chagall - Le Cirque Bleu

Oeuvre de Chagall – Le Cirque Bleu

Agenda Ironique d’Avril 2018 lateliersouslesfeuilles


Tête de poisson et tête de cheval, la constellation se déploie au-dessus d’un océan livide de décomposition possédé à la couleur humaine comme une mauvaise soupe à la grimace à vomir sur la plage des écumes bleues douleurs et griffures de Lune en crise à sa grise évolution de soutirer les démons de nuits bleues noires…

Et la sirène écorchée s’écaille et s’éventre en cette nuit comme une offrande à offrir à l’œil Lune possédé de sa mort comme une révélation de vie torturée et cendrées aux sangs des innocents rêveurs dépecés sur les montagnes terrestres des prières…

Et tout ce monde attend le premier chant du coq comme un premier tour de chant d’un trompettiste sourd et aveugle de connaître l’amour des notes à la caresse de l’onde d’une contre-basse de cordes en larme et pose toute timide dans le coin d’un feu bleu froid…

Et puis un trait de lumière diaphane, une voie lactée enfante enfin le tableau qui se joue du peintre et se rit des dimensions de son imaginaire à la prière retroussée d’un rêve grognant dans son jus jusqu’à l’abîme menottée et pourtant libéré dans une toile prison pour les regards carnassiers… humains…

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Bourgeons tétons boutons …

Naomi Tami dans La Vie Secrète de Madame Yoshino - 1976

Naomi Tami dans La Vie Secrète de Madame Yoshino – 1976

Blog de girlkissedbyfire Défi 52 semaines N°12  le mot : printemps


Bourgeons tétons boutons j’en pince,
Vous mes princesses printemps au revers
De feuillages vous aguichez en vos eins
Le juteux à venir en ma bouche journalière

De taille à la taille vos embranchements
Aux emmanchements de fleurs à fruits
Couleurs et rondeurs je suis votre amant
Lubrique de chairs goûtées inassouvies

Vous êtes à l’onde jouissive du butinage
A l’extrême de l’onction de la nuit tombée
A vos pieds sur le brûlant du vrai pillage
De mourir à plusieurs bombées… bouche bée
© Max-Louis MARCETTEAU 2018

La vieillesse

Oeuvre de Magnus Zeller

Oeuvre de Magnus Zeller

La vieillesse courbe tous les horizons,

Momifie le passé, abandonne la raison.

L’aujourd’hui est une pendaison,

Lente, convulsive, jaunie, garnie

De râles à la succion du poison

Des heures au linceul de l’agonie !

Fuir la mort, subir la vie,

Ouvrir son sac du passé,

Chavirer sur l’onde bleuit,

Briser son miroir et nier

Son existence d’un cri !

La vieillesse aigrie suppure sur les rides

Des regrets pendus dans le crâne, vide !

©Max-Louis MARCETTEAU