Mon repas est le tien et je vomis ton sourire

Statue d'une fille au cimetière de Staglieno à Gênes

Statue d’une fille au cimetière de Staglieno à Gênes

Blog de girlkissedbyfire Défi 52 semaines N°37 le mot : repas


Mon repas est le tien et je vomis ton sourire
Ta condescendance ta maison ta vie au pire
Ton désir cette avalanche qui attend de faillir
A la voix du mâle à la courbe je suis au nadir

Et ton regard qui se m’éprend à me séduire
Encore et encore je suis ton infirmité à jouir
Tu le sais et mes refus est le nœud à souffrir
Qui t’étouffe jusqu’à l’orgasme et là à cuire

Devant moi comme anéanti tu devrais t’enfuir
Loin au-delà de ce territoire de toi du mentir
Qui t’habilles maintenant en fantôme tu mires
Tes défaillances jusqu’aux craquement à vieillir !

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Tu te rappelles ? dit ? de ce chemin

Photographed by Greg Kadel - Lais Ribeiro in “Fasten Your Seatbelt” for Vogue Brazil - February 2017

Photographed by Greg Kadel – Lais Ribeiro in “Fasten Your Seatbelt” for Vogue Brazil – February 2017

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


Tu te rappelles ? dit ? de ce chemin qui menait nulle part et pourtant qui nous a conduit naturellement à une… impasse éclairée d’un amour aussi grand qu’il nous a détruit par ce manque de confiance qui nous a fait alliance pour nous séparer comme un delta nous restons liés noyés par nos ressemblances…

Tu te rappelles ? dit ? ce coquelicot dessiné sur ton sein droit, je tétais le pistil au moment même où un autre permanent de l’orgasme dont tu n’avais en vérité que l’usufruit pincé en étau entre mon index et pouce souffrait la volupté à une autre tu me possédais d’une tentative de m’embrocher la bouche avec ta langue bachique tu me pénétrais enfin…

Tu te rappelles ? dit ? de ce vide qui entourait notre peau et qui prenait de la morphine pour déposséder le mensonge d’enfler dans nos gorges et ce train de vie en pointillé aux aiguillages incertains nous menaient dans les lieux les plus inattendus de nos personnalités dégoulinantes de Nous tout en Ego…

Tu te rappelles ? dit ? de ce quai sur notre… route dont j’ai pris le premier appel tu es devenue orpheline et ton incompréhension a été notre fin la mienne de colère et ce Nous huis clos nous a transfiguré en statues ennemis…

Tu te rappelles ? dit ?… on ne s’est jamais pardonné…

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

7ème mois avec Toi

Oeuvre de Frederic Soulacroix

Oeuvre de Frederic Soulacroix

J‘arpente tes lignes d’horizons sous ton regard félin,
Unis, Nous le somme du levain de l’Amour ma catin
Intransigeante et florentine je suis ton beau païen
Labourant tes courbes tu orgasmes perds tes moyens
Libères tes tensions et en relâchement soudain
Et soubresauts incontrôlés ton corps devient pantin
Ton inconscient s’échappe tumultueux, aérien !

©Max-Louis MARCETTEAU 2017

A Vous

Oeuvre de Steve Hanks

Oeuvre de Steve Hanks

 

Qu’il est doux de vous voir ainsi.

Les mots ne sont plus et les yeux,

Vous caressent d’une courbe à demie

Découverte à l’autre dessinée en creux.

Et je vous vois émoustillée, mouillée,

De ce désir qui flambe tout en vous,

Dessous, dessus votre peau frissonne,

Étoilée de mille baisers gondoliers,

Par cet inconnu, ce humble parolier,

Et ce pouls qui s’accélère, secoue

Vos fibres à ces mots qui papillonnent,

En farandole autour de votre corolle

Qui s’ouvre au matin câlin, se donne,

Vagues crescendo puis qui s’envolent,

Là où les orgasmes vous font lionne !

© Max-Louis MARCETTEAU