L’accusateur destin t’a condamnée

Film LILITH -1964 – Jean Seberg

Blog Antiblue06 : défi septembre


Bord de l’imbuvable
Lèvres s’ouvrent aux caresses
La soumission

Épitaphe de mon H ma drogue gravée sur le sable de la plage … il y a quelques jours l’accusateur destin t’a condamnée… j’ai tracé sur le sable défiant le temps entre l’impermanence et la permanence un no man’s land qui ne dit pas son nom …

Je veux mettre les points sur les I au fameux destin qui s’étend s’éprend s’en prend et prend … et traîne avec le vent girouette et le mauvais garçon nommé hasard qui ne s’émeut pas d’un parcours trop tôt cisaillé …

Je vais ainsi rouler les R par vibration de message à l’appel d’une partie de l’indécence de la Vie qui se moque de la voie prise et de celle de la voix éprise qui d’un sanglot se bloque sur l’aiguillage d’un cœur brisé …

Je sais que je suis en train de tourner en rond dans l’O d’un lasso tel l’indécis devant une belle pomme à croquer là sur la table de l’envie bellement juteuse à la vue de sa forme tellement à en mordre la chair à la fois tendre et ferme au désir … poison …

Et puis je me retiens aux mors de l’amour à la N de mes remords qui me brassent vers les vagues de mes larmes diluées au cœur de l’acide de mon mouchoir à carreaux brisés me griffent l’âme en zigzagues …

Alors je retourne sur mes pas et je lance mon unique D sur la plage de mon amour à déchiffrer le pourquoi de ta mort sur le rebord de la fenêtre défigurée d’un paysage déchiré par mon incompréhension de toi …

Et j’entends le grondement d’une ELLE un spectre qui dessine sur les flots un tsunami de mots qui s’abat sur mon égoïsme et me rappelle ma promesse de tenir une bougie allumée d’Amour jusqu’à mon dernier souffle …

Toi mon Amour entre bleu ciel et azur océan …mon Hirondelle.

© Max-Louis MARCETTEAU 2020

Agenda Ironique Août 2020 – Résultats

Plage_ile_Reunion_2008_famille_Iotop

Plage_ile_Reunion_2008_famille_Iotop


Nous voici au troisième volet de cet Agenda Ironique Août 2020 avec pour thème : la plage.

Les différents liens : ICI et ICI

1) Gagnant :

 – Il apparaît à la majorité des voix que le gagnant est :  Carnetsparesseux

Cette mouture a apporté des univers  aux horizons divers et variés et tous avec une luminosité différente et attractive.

2) Organisateur(rice)

 – A une forte majorité, le nouvel organisateur de l’Agenda Ironique de Septembre 2020 est une … Organisatrice … (si elle accepte cette mission) :  Véronique que nous ovationnons avec enthousiasme.

Merci à tous : lectrices, lecteurs, auteures, auteurs, et pendant que j’y suis le … monde entier et l’Univers (soyons fous).

iotop 2020

Agenda Ironique Août 2020 – Voter

Plage_ile_Reunion_2008_famille_Iotop

Plage_ile_Reunion_2008_famille_Iotop


Bon jour à tous,

Merci à vous tous … belle participation … cet Agenda Ironique d’Août en plage aux différents degrés est d’une belle eau …  🙂 La genèse ICI

Votation du 26 au 31 août :

– Pour le meilleur texte (ou les meilleurs) …

– Qui organisera l’Agenda Ironique de Septembre …


(Pour celles et ceux qui ont des soucis pour voter car problème d’affichage, ils peuvent le faire en écrivant un commentaire).


Voici les textes :

1 ) Le 02 août 2020 => texte de Chachashire : Age des gens d’Août onirique.

2 ) Le 06 août 2020 => texte de Iotop : impression de sable mouillé dans le cerveau

3 ) Le 06 août 2020 => texte de Gibulène : Les vacances d’Onésime

4 ) Le 10 août 2020 => texte de Jean-Louis : L’agenda Ironique d’Août 2020  (Haïkus)

5 ) Le 11 août 2020 => texte de Régis : Le sable noir des Marquises (Acrostiches)

6 ) Le 11 août 2020 => texte de Solène : Souvenirs proustiens

7 ) Le 11 août 2020 => texte de Carnetsparesseux : Où est passé la plage ? (1ère partie) (2ème partie)

8 ) Le 14 août 2020 => texte de Rowane : Brise-larmes

9 ) Le 19 août 2020 => texte de Victor Hugotte : Danser sur la plage en temps de pandémie

10 ) Le 23 août 2020 => texte de Sabrina : Plage de rêve

11 ) Le 23 août 2020 => texte de Laurence : Sur la route des vacances

12 ) Le 25 août 2020 => texte de Véronique : Coquillages et coquecigrues

13 )  Le 26 août 2020 => texte de Lyssa : Laisser trace

14 )  Le  26 août 2020 => texte de Gérard : Avoir une vraie vie de chien

15 ) Le 26 août 2020 => texte d’Emmanuel : La page blanche

Résultats des votes : ICI

 

Impression de sable mouillé dans le cerveau

Couple_photographe_inconnu

Couple – photographe_inconnu

Agenda Ironique Août 2020


Un couple naturiste sur la plage au mois d’août … parmi d’autres…

14h03

— Tu es bien, là ?
— Je suis bien, sur cette plage de sable fin et chaud.
— Ton corps est de plus en plus beau.
— Il en fait qu’à sa tête… pourtant …
— Tu es programmée pour bien vieillir, à pas mesurés.
— Vieillir ou pas, quelle importance.
— La vie ne demande pas ton avis.
— Et si mon suicide était un acte libérateur, un pied de nez à la vie, hein ?
— Alors, ce suicide serait injuste.
— Pourquoi ?
— Y a tant de vies qui veulent se vivre.
— Que m’importent les autres.
— Et moi, je suis les autres ?
— Tu es ce blablabla qui me tient à flot… possiblement.

15h23

— J’ai une impression de sable mouillé dans le cerveau…
— Cerveau ensablé ?
— Hein ?
— Et les oreilles aussi ?
— Non … dimension de tes mots en argile qui se déforment et s’envolent tels des parasols décolorés …
— L’ouïe en noir et blanc ?
— Avalanche de mots sur une onde outragée… je nadir …

16h31

— Je veux entendre ce monde respirer…
— Respirer autrement ?
— Non, respirer avant qu’il meure !
— Ou avant que tu meures ?
— Non, le monde ! même le vulgaire des poissons comme la perche
— Et tu n’es pas de ce monde ?
— Si …
— Alors ?
— Je veux entendre ce monde respirer.
— Et moi ?
— Et toi ?
— Oui, moi !
— Rien …
— Comment rien ?
— Tu ne respires pas.

17h53

— Si j’étais ton horloge ?
— Tu es toujours en retard, alors …
— Si j’étais ton Monoï ?
— Je ne suis pas une pièce mécanique qu’on trempe dans l’huile … tu le sais, ça ?
— Si j’étais ton eau ?
— Tu es déjà tari, mon pauvre …
— Si j’étais une page de ton livre ?
— Tout juste un sixième de ligne…

 

© Max-Louis MARCETTEAU 2020

Agenda Ironique d’Août de l’An 2020

Plage_ile_Reunion_2008_famille_Iotop

Plage_ile_Reunion_2008_famille_Iotop


Bon alors, je m’y colle pour la troisième fois mais par défaut cette fois-ci et donc moins fébrile en me basant sur le même format. Quoi qu’il en soit je suis heureux d’apporter ma pierre à l’édifice de cet Agenda Ironique qui dure depuis plusieurs années.

Je ne suis pas très prolixe sur ce genre de domaine et pour informations voici des liens (la genèse) : ICI ou ICI
Et celui du mois de Juillet chez : Emmanuel Glais

Le thème : plage

J’explique : je n’aime pas le contenant plage (bord de mer) en général mais j’apprécie son contenu. Cependant, il est intéressant d’élargir le champ : plage, comme par exemple : plage horaire, plage de mots, plage d’un navire, plage de bouteilles, plage de livres, plage de naturistes, plage arrière d’un véhicule … etc etc

Je vous propose de composer un texte (prose ou poésie – long ou court) avec la plage de votre choix (réelle ou imaginaire) et dans le genre qu’il vous plaira (fantastique, utopique, commun, amoureux, journalier, carnet de bord, romantique, animalier, érotique …) le tout … Ironique.

Et pour « faire » bonne mesure, quatre mots imposés :
– Flot
– Argile
– Perche
– Monoï
(vous pouvez les placer dans le désordre ou l’ordre et même en faire des anagrammes ou les triturer selon votre bon vouloir).

Vous avez jusqu’au :
– Du 1er au 26 août 2020
– Vote du 27 au 31 août de la même année.

Faites savoir par un commentaire et un lien quand votre œuvre est en ligne sur votre blog.

Et je fais un récap juste en dessous …

À vos ancres … euh vos encres bien trempées … 🙂

Iotop 2020


1 ) Le 02 août 2020 => texte de Chachashire : Age des gens d’Août onirique.

2 ) Le 06 août 2020 => texte de Iotop : impression de sable mouillé dans le cerveau

3 ) Le 06 août 2020 => texte de Gibulène : Les vacances d’Onésime

4 ) Le 10 août 2020 => texte de Jean-Louis : L’agenda Ironique d’Août 2020  (Haïkus)

5 ) Le 11 août 2020 => texte de Régis : Le sable noir des Marquises (Acrostiches)

6 ) Le 11 août 2020 => texte de Solène : Souvenirs proustiens

7 ) Le 11 août 2020 => texte de Carnetsparesseux : Où est passé la plage ? (1ère partie)

8 ) Le 14 août 2020 => texte de Rowane : Brise-larmes

9 ) Le 19 août 2020 => texte de Victor Hugotte : Danser sur la plage en temps de pandémie

10 ) Le 23 août 2020 => texte de Sabrina : Plage de rêve

11 ) Le 23 août 2020 => texte de Laurence : Sur la route des vacances

12 ) Le 25 août 2020 => texte de Véronique : Coquillages et coquecigrues

13 )  Le 26 août 2020 => texte de Lyssa : Laisser trace

14 )  Le  26 août 2020 => texte de Gérard : Avoir une vraie vie de chien

15 ) Le 26 août 2020 => texte d’Emmanuel : La page blanche

 

Pour voir les votes => ICI

La locomotive à cylindres pifométriques inversés

Horaires_solaire_Iotop_2020

Horaires_solaire_Iotop_2020

Emilie 6.20 Les petits cahiers d’Émilie.


Tous les Horaires sont en réunion extraordinaire suite à une plainte portée à bras le corps par une locomotive à cylindres pifométriques inversés au carré de la constance de Bielle. L’Horaire principale prend la parole à la seconde où les fermetures des montres à gousset s’installent dans un arrêt de circonstance :

— Je ne vais pas passer dix secondes sur ce sujet dont la variation hypertrophique est patente. Aussi…

Un horaire de gare de campagne à la fois Vosgienne et Jurassienne, interpelle l’orateur :

— Hyper… quoi ?

Un remous fait des vagues et l’écume des horaires confirmés font brouhaha à piston polymorphe.

— Hypertrophique… en gros… une augmentation…
— On va être augmenté ? dit plein d’entrain l’horaire de gare de campagne.
— Non, non, ce n’est pas le sujet… mesdames, messieurs… du calme, du calme… dit l’orateur de sa toute haute estrade installée sur le quai prêté par la compagnie des Rails qui appartient à une forte personnalité : Madame Vana Dium.
— Allons, allons, dites-nous vite de quoi il retourne, avant que la lune ne fasse des siennes, intervient un vieil horaire au cadran grisonnant.
— Je ne vois pas le rapport avec la Lune, dit son voisin une soi-disant jeune horaire fraîchement repeinte.
— Oh, vous… rétorque, une vraie jeune recrue au teint clair-voie assise sur le ressort sinusoïdal arrière.
— Il suffit, siffle l’Horaire principale… vous commencez à me chauffer la soupape de sécurité, dit-il enfin à l’assemblée qui commence à s’enflammer comme une poudrière qui n’attend que son maître pour s’attendrir…
— Moi, ce que je dis, une seule oscillation mal interprétée peut charbonner l’ensemble de l’engrenage supérieure, d’où les retards qui se succèdent… raconte, le secrétaire de la réunion extraordinaire confortablement assis sur le rebord du cercle d’emboîtage juste à l’arrière de l’Horaire principale, à son homologue secrétaire bis qui hoche du dynamographe.
— Tu as sûrement raison mais je pense pour ma part au va-et-vient du fuseau horaire du garde-temps qui a…

Les horaires n’avaient plus la glucydur attentive pour l’Horaire principale qui se tenait les ressorts comprimés pour ne pas exploser sur le champ d’un vent de colère déguisé entre mascaret et cyclone solaire magnétique à forte consonance radioactive bien légitime que, de son tout constitué, il eut un trait de génie au trait tout court à l’élan d’un crayonné en 4B qu’il ne s’en laissa pas plus conté qu’il carillonna violemment un seul mot devant cet agrégat d’horaires indisciplinés :

Plaaaaaaaaaage !!!

Et le silence… un grain de sable n’aurait pas soufflé un seul mot de sa présence…

— Bon, alors, je reprends… nous sommes réunis pour comprendre les différents aléas qui assombrissent notre réputation… et cette plainte qui nous fait prendre conscience que nous sommes dans le premier brouillard de l’indicible aveu qu’il faudra sortir par la peau de notre première clepsydre. Et c’est avec un grain… d’inquiétude qu’il vous faudra prendre acte que nos propres structures sont en danger… et pire, nous risquons de rater la fameuse syzygie qui se marre déjà de notre décadence…

— Déca… quoi ?
— C’est…

Quand un ferrailleur de service, ancien pêcheur et chef de gare, fait main basse sur cette masse d’horloges avec un énorme filet à pêche pour les faire fondre dans la première chambre à combustion venue… celle de la locomotive à cylindres pifométriques… qu’elle avait embauché…

© Max-Louis MARCETTEAU 2020

Au sud de l’Imaginaire en tenue d’Adam

Charlie Chaplin - Charlot

Charlie Chaplin – Charlot

Les petits cahiers d’Émilie – Les plumes d’Asphodele – du 03 au 07 juin 2019


Je suis tailleur de mots sur mon balcon du dixième étage avec vue sur un paysage d’histoires au sud de l’Imaginaire en tenue d’Adam à l’ombilic de l’Idée …

Et j’entends au loin …
… taille le mot tailleur à l’heure de l’ailleurs…

… à la verticale des ailes tu t’enroules sur la pelouse minée à l’antipersonnel des éclats de mots à la plage horaire d’un conte couchant au trois-quart stabilisé par effet d’optique à se perdre sur le devant de la scène …

… taille une part d’audace juteuse a la nostalgie d’un paléoprotérozoïque qui s’admirait aux angles avantageux de ses rayons verts et roses couleurs de cigale inconnue dans nos contrées à l’heure de la lumière L.E.D. genre de luciole dégénérée …

… vois l’arbre généalogique de l’histoire s’enraciner à la croix croisée sans brassière de croisés en croisière des chemins à l’accueil souriant de te recevoir en hôte à l’âme honnête au coeur azur le tout sur l’ardent devoir de l’aimer … la page qui s’encre à la création …

Je suis tailleur d’histoires sur mon balcon du dixième étage et fabrique ma réalité … et je m’y suis perdu …

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

La découverte ultime n’est pas actée

Les Gardiens des Univers Ludiques – personnages de Numenéra

Les Gardiens des Univers Ludiques – personnages de Numenéra

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


Voyage, voyage” et Desireless, “Et moi, et moi, émoi ” et Dutronc, tout est aventure entre le sac de voyage et moi le convoyeur de sac qui sur mon dos fait la feignasse. Et pourtant, si le Vietnam m’est connu, l’avion d’autant, et la rizière pareillement … tout cela dans les livres, je préfère la plage de Bretagne sous mes pieds nus et mon corps sait de quel soleil il a à faire.

En fait, seul le voyage intérieur fait rencontrer toute une population d’ici et d’ailleurs, de l’univers, la richesse de chaque contrée créée est d’autant fabuleuse que l’imaginaire de la langue n’a pas de frontière et la découverte ultime n’est pas actée, elle reste chaque jour à se dévoiler … par les mots …

Mots qui s’improvisent histoires, contes, mémoires, récits, anecdotes, chroniques, poésie, … la beauté attend sa plume comme l’encre guette la page comme les mots le talentueux …

Je m’attends moi-même …

© Max-Louis MARCETTEAU 2018/2019

Le poisson dans mon désert qui me donnait soif

Oeuvre de Maciel Cantelmo

Oeuvre de Maciel Cantelmo

Agenda Ironique Septembre 2018 – Double thème


Une connaissance, aujourd’hui, a fait référence à un mot que je ne connaissais pas : métropolitain. Tout le long de la conversation, je suis resté bloqué sur ce mot. Debout, je fixais l’interlocuteur avec cette fausse attention de l’intention d’écoute de tentation de l’interrompre pour une intervention avec cette prétention de poser ma question sur ce mot.

J’étais fixé comme ces pingouins en muraille sur la banquise par grand froid à se protéger les uns les autres jusqu’à l’abnégation. En fait, je me trouvais dans cette position étrange et tout à la fois inconfortable d’être à l’intérieur d’un milieu humain et à la fois à l’extérieur comme si j’étais à siroter une boisson de monteuse en bouche dans une brasserie “La Rotonde” que ne je connais pas, d’ailleurs et même d’ici, c’est dire toute la fausseté et l’incarcération de ma posture…

J’avais tenté une sortie et demie vers l’extérieur du bord gauche, sans succès comme pris au piège par une autre connaissance sensible à ma présence silencieuse et intéressé comme pour légitimer sa présence par ma présence. J’en étais presque confus dans un deuxième intérieur de moi-même et j’ai cru même m’entendre dire avec moquerie : “salsifis, mon gaillard, tiens-toi tranquille, fait semblant …”.

Et les minutes se multipliaient comme le pain et le poisson dans mon désert qui me donnait soif dans la nuitée de ce qui était devenu un monologue et je n’avais pas le projet d’entendre les mots : “ici l’Aube !” car je commençais à bouillonner au crépuscule de mon impatience. Je faisais un mini pas vers la droite, puis un autre vers l’avant, mine de rien, l’air de boire les paroles avec cet égard hypocrite, l’infinitésimal habituel de ma personne prenait une dimension monstrueuse. Je le ressentais comme le lait qui passe par-dessus la lèvre de la casserole dont le tatouage d’un lait brûlé défiait la nature même l’élément métal dans sa noble structure par l’élément alimentaire débordant de sa propre nature, rivalisant ainsi avec le génie de l’art culinaire en prenant l’avantage d’une improvisation artistique …

Une invasion d’adrénaline me porta directement à la surface consécutivement à une perte de contrôle de mon métabolisme outragé par l’inaction et les deux événements se percutant, je repris contact avec une réalité qu’un nommé Jacques Lacan n’aurait pas rejeté sur le ballast de l’incompréhension tandis qu’il impose que “Le réel n’est pas de ce monde”, mon infarctus n’aurait eu aucun impact sur ma personne et mon entourage proche …

Bref, le mot métropolitain m’avait porté dans une dimension comme une promenade sous terre, la mienne finirait sans doute sous perfusion …

Tandis, que je reprenais une nouvelle vie dans une autre ville qui ressemblait à celle de … Barbie … je posais un nouveau regard sur ma personne qui avait été modifié par des éléments incorrects qui me définissait en tant que … femme. Je devais me rendre à cette évidence, Jacques n’était pas l’homme qui me redonnerait confiance en moi dans cette forme toute particulière et inconfortable …

Je me cherchais un abri, un logement pour me cloîtrer peut-être dans un meuble, une armoire mais pas un lit, je ne devais pas de l’horizontal perdre pied et en prendre un sans avertissement préalable même si l’on m’offrait le meilleur pinot gris de Bourgogne …

Je ressentais en moi des interrogations de formes imprévues et je sortais pour me dégourdir les neurones intoxiqués par des angoisses existentielles. A la sortie de mon immeuble, je croise sur le parking extérieur, une brebis qui a l’air aussi égaré que moi. Je m’approche. Je mets un genou à terre. Je lui caresse le pelage. Elle se pétrifie aussitôt. Et, c’est à ce moment précis, que ma joue gauche ressenti le salto d’une larme se marquer durablement et puis une autre larme et encore une autre, de centaine et aussi étrange que cela puisse paraître que d’un œil comme si une poussière indésirable s’était incrustée …

Je m’écris avec cette voix indéfinissable à la luette minette avec une octave de mâle : “Bernique ! » Il est des situations entre le comique et le tragique. Une valeur au-dessus de la moyenne qui semble en dehors du temps comme une parallèle entre deux dates dans une année qui n’est pas inscrite sur le calendrier inflammatoire d’une année civile.

Je dois ouvrir les yeux. La ville rose est vide. Elle est ce cauchemar qui m’ouvre les veines comme un pipeline explosé au bord d’un océan de vie qui hurle sous les cendres d’une fin du monde qui se marre sous cape des têtes de morts aux sourires pleines dents irradiés et puis j’entends au loin la cloche du Jacquemart de Dijon. Je prends dans mes bras la brebis et je cours les poumons plein air vers la plage de sable rose, je cours vers la vie, je cours vers l’improbable retour à la normale et devant moi sur cette plage enfin décidée à se laisser voir un ballet de dauphins bleus … et ciel pavé de lumière …

— Alors ? Pas de secours ? Le monsieur va mourir de son malaise ?
— Je crois bien qu’il est trop tard. Calancher sur le quai Bonne Nouvelle … c’est presque de l’humour noir … quelle ironie …

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

L’été ironise des corps organisés en mi-nudité

Photographie de Louise Dahl-Wolfe – Vogue - January 1959

Photographie de Louise Dahl-Wolfe – Vogue – January 1959

Blog de girlkissedbyfire Défi 52 semaines N°25  le mot : été


L’été ironise des corps organisés en mi-nudité
Épilés défrisés empilés estampillés puis édités
Sur plages empaillées de grains dépilés agités
Chairs tissus chairs polies ou dépolies d’identités

Inconnues se déploient aux pointes des rayons
Aux bleus cieux des eaux des yeux en jeu teinté
A la pause posée du repos ajouré comme clayon*
Les uns les unes aux privés en commun enceintés

De naître bronzés arraisonnés à l’empreinte demain
Après congés l’effet steak grillé ou langouste excitée
A la nudité intégrale de soi faire croire aux copains
Collègues la crème pâle de l’utilité d’une …. fatuité !

Et le maillot de bain sablé salé … rigolard au … placard !

* Sorte de petite claie en jonc ou en paille, servant à différents usages…

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Comment je suis devenu un homme… invisible parmi tant d’autres.

(je ne connais pas l'auteur.e de cette oeuvre)

(je ne connais pas l’auteur.e de cette oeuvre)

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


Je viens pour la première fois au bord de ce lac. Il est cinq heures. La Lune est haute. Quel calme.

Le lion qui est en moi est redevenu doux presque nonchalant. Mon regard scrute toutes les ombres qui se détachent et viennent vers moi lentement et j’en ressens les mouvements, des « trous d’air » d’avion. Étrange sensation d’un spectacle… ombrageux qui se déplace comme des marionnettes.

Elles m’entourent… complètement… sur plusieurs étages dont le sommet est l’éclairage de la Lune. Je suis comme dans un puits. Je suis fasciné et je m’assois à demi-fesse sur un rocher. Position d’alerte et d’inconfort. Les ombres ne me semblent pas menaçantes. Le ciel est leur ciel. Je suis un étranger. Une pelure d’humain sans doute.

— Que viens-tu faire ici, humain ? Une voix d’ombre, rustique en écho m’interpelle qui fait trembler mes esgourdes.
— J’ai un corps à faire disparaître au plus tôt et la jungle n’est pas à côté…
— Tu as l’humour végétal, c’est curieux pour un humain…
— Euh…
— Ne moelle pas ici… ne prends pas racine…
— Je pensais que vous pouviez m’aider… je viens de la part d’une amie… à vous…
— On n’a pas d’amie, l’humain… et qu’est-ce que tu donnes en échanges…
— Euh… rien… pourquoi ?
— Ce n’est pas dans nos conventions habituelles… un service en appel un autre. Vous appelez ça, : « le retour d’ascenseur ».
— En fait, je pensais que vous aviez un arrangement avec mon, enfin votre amie… et que je pouvais compter sur vous…
— Tu vas porter le corps sur le semblant de plage, face à toi, à cinquante mètres… dit la même voix.

Et d’un seul tenant toutes les ombres se dispersent.

Je sors du coffre de mon break le cadavre, le porte à l’épaule et lentement je me dirige vers cette plage. La Lune est magnifique. Il n’y a pas de tragique, de bonheur, seulement la survie. Et je suis en train de survivre. J’ai tué mon maître chanteur, tout simplement. Je dépose mon infortuné fardeau sur un sable dont je ne peux définir la couleur. J’ai comme un peu chaud même par ce frais matin et je passe ma manche sur ma bouche et accroche ma lèvre supérieure avec un bouton de manchette. Un peu de sang coule et une ombre s’approche et s’accroche à la mienne. Je ne peux résister à me débattre.

— Mais que faites-vous, dis-je à l’ombre
— Tu n’aurais pas dû faire couler du sang frais. Tu vas souffrir un seul moment et puis tu deviendras un autre homme…
— Mais je ne veux pas…
— Trop tard…

En effet, j’ai ressenti comme un mouvement de vague… à vomir… le reflux d’une mer. Je venais de perdre mon ombre et je suis à présent un homme… invisible… parmi tant d’autres…

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Main dans la main

Oeuvre de Yuliya Vladkovska

Oeuvre de Yuliya Vladkovska

Main dans la main, le vertige soude les cœurs,

Pieds sur terre d’amour, les rimes déforment

La réalité, construisent notre monde de bonheur

Qui se lie à notre Temps sublimé, multiforme !

Viens ! Viens ! Dégrafe ton corsage, prenons

A témoin les herbes folles, roulons nos corps

Sur ce tapis offert, soyons ses derniers flocons

D’amour vrai dans ce monde de croque-morts !

Bâtissons nos vies d’une seule trame, courons

A perdre le souffle jusqu’à nos sierras bleues,

Enfantons nos rêves sous l’édredon, au biberon

Cocktail pétillant de passion, en un ciel radieux!

Viens ! Viens ! Nageons dans nos caresses,

Brûlons nos tabous sur la plage de l’audace,

Mourons ensemble pour ne pas fracturer,

Même un seul instant, notre union sacré !

Le corps déshabillé de ses fournitures habituelles,

Le tissu à la coupe érotique, émerge de son sommeil !

Femme, tu éclos telle une fleur aux pétales flanelle,

Telle une constellation mystérieuse, tu m’émerveilles !

©Max-Louis MARCETTEAU