La loi de Murphy a bon dos

Photographie de Julien Eveno
Voile de brume

Blog de Sabrina


Assise sur le bord du fleuve
Baignant son chagrin épreuve
Colette belle comme le jour
Devait décider quel parcours
Elle devait prendre pour sa vie
Finalement pas rose qu’elle se dit
Grognant au vent toujours rude
Hélant ses pensées d’inquiétude
Implorant le hasard du destin
Jurant qu’il ferait tout pour rien
Kopeck il lança pile ou bien face
La loi de Murphy a bon dos passe
Misère connaît pas le pile sourit
Nonobstant les quolibets endurcis
Ouvre une nouvelle et belle voie
Possible à la noble Colette de soie
Quitte sa mouise et dévale le cœur
Râpé mais encore solide à c’tte heure
Sur la bonne route pour de vrai
Toute guillerette enfin si fait
Use ses sentiments à son prince
Voleur de cœurs qu’elle en pince
Willy son ange gardien le vaurien
Xérès au goulot l’animal coquin
Y-a-qu’à dit-il à Colette défaite
Zigzaguant de chagrin plongeant la tête … la première dans le fleuve ….

© Max-Louis MARCETTEAU 2020

Bien vouloir venir me mettre en nuit – Chapitre 3/4

Clôture_drain_Iotop_2019

Clôture_drain_Iotop_2019

(Sur une idée de Carnetsparesseux … une suite de l’Agenda Ironique Décembre 2019 – « Origine – ICI » – Chapitre 2/4)


La Dame du Seigneur et sa dame de compagnie s’étaient rapprochées pour mieux s’entendre dans ce genre de confession qui parfois mine de rien a des oreilles … présentement sous le lit comme notre Rongeur Urkrokuf qui entendait tout, prenait note dans sa cervelle de rat, et rongeait en attendant un morceau d’étoffe qui traînait sur le sol dallé de pierres polies et peintes.

— La Princesse n’a-t-elle pas une vengeance à concevoir ? Il faudrait s’en informer sur le champ.
— J’ose demander à la Princesse … voyez ma position …
— Oui, ce n’est pas faux. Demander à l’une de ses femmes de compagnie…
— C’est une idée. Mais, la Princesse ne se déplace pas si facilement.
— Il faudrait la tenter à se déplacer … comme la peste…
— Ma Dame, vous êtes dans l’excès. Pourquoi, ne pas l’inviter au prochain tournoi par l’entremise de son mari le Prince Vikloux ?
— Oui, excellente idée … mais regardez là deux brillants rouges sur mon étoffe près de l’alcôve…

Et le Rongeur était tout à son affaire quand l’étoffe s’étira vers le haut l’emportant dans les airs qu’il ne lâcha pas sa prise qu’au dernier instant par le cri strident telle une herse devant l’ennemi farouche ici la Dame qui s’épouvanta d’un tremblement et se reprit aussitôt à la vue du rongeur qui tomba lestement et se faufila sous le baldaquin.

— Quand on parle du rat … il n’est jamais loin celui-là.
— Ma Dame, votre houppelande a été grignotée sur le côté, voyez.
— Demandez à la femme de chambre de bien vouloir venir me mettre en nuit et pour demain matin faire reprise.
— Bien, ma Dame.
— En attendant, prenez patience et apportez moi le témoignage de la trahison de votre époux.
— Cela se fera sans tarder, je vous promets.
— A ce moment-là, nous aviserons.
— Une dernière question, ma Dame.
— Laquelle ?
— Avez-vous souvent des rats, ici ?
— Non, rarement à l’étage et puis à cette saison.
— Étrange, vous ne trouvez pas ?
— Étrange ? Comment ça, étrange ? Expliquez-vous ?

( … à suivre)

© Max-Louis MARCETTEAU 2019