Nuit déshabillée au seuil

Oeuvre de Fragonard - le verrou

Oeuvre de Fragonard – le verrou

Défi de Lili littérartiste Poésie de l’aléatoire N°2 (projet d’une lycéenne, à encourager, participer)


Nuit déshabillée au seuil
Tu es là le défi te cueille
D’un mot d’amour tu vis
Dans mes bras tu souris

Tu es Belle mon Amour,
Viens relevons le store
De nos tabous de jour
Pansons tous nos torts

Nos doutes égorgeurs
Et ce co-pilote de pleurs
Qui creuse en fossoyeur
Nos manques douleurs

Sortons nos funérailles
Promesses non tenues
Des tiroirs ferrailles
Et aimons Nous… corrompus !

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Au seuil inavouable

 

Photographie de James Ratelet

Photographie de James Ratelet

Des âmes ensevelies d’un autre temps, à la montagne

Du Haut Pieu, hurlent les vocables de la rédemption,

S’emportent au vent glacial vers la vallée, rejoignent

Une chapelle esseulée, déracinée des vivants de la dévotion !

 

Elles frappent la cloche au minuit des treize prêtres,

Réunis sur une empreinte à six branches d’or, l’alpha

A l’oméga, à chaque équinoxe, ces maudits êtres

Désignent l’un des leur à recevoir les ordres d’un au-delà !

 

L’élu drapé de rouge, main plaquée sur une minuscule

Broche antique, incrustée d’émeraudes, l’autre prise

D’un cierge à la flamme accrochée au néant, stimule

De sa voix de baryton la fresque des âmes soumises !

 

Au cœur de la nef, l’esprit feuillu d’un forestier,

Entrepreneur de bois sacrifiés à la foi religieuse

Des croix, ouvre le bal de la peur, au son haché

De l’instrument en action et de sa voix rugueuse !

 

A ce tintamarre la décoratrice de service, la Lune,

Flambe sa belle parure grisâtre, diffuse de l’ombre

A effrayer les plus audacieux, influe l’opportune

Envie des défroqués à augmenter leur voix sombre !

 

La prière en canon des douze exaltés, un seul a frémi,

Celui au centre, quand son cierge s’éteint au souffle

D’un démon enragé, une pluie de cendre sur le délit

Des profanateurs, interdits, arrête en chœur leur baroufle !

 

Le silence confesse les inquiétudes et de réagir se garde

De ralentir les cœurs de cette assemblée, jouissant du deuil

Imminent de sa perte prise au piège de leur action poularde

D’avoir invoqué, par erreur sans doute, le mauvais cercueil !

 

©Max-Louis MARCETTEAU

Nuit dévergondée

Oeuvre de Henn Kim

Oeuvre de Henn Kim

A la nuit dévergondée d’un feu sacré,

Des envies d’interdits, les corps nacrés,

Goûtent le blanc des chairs ensorcelées ;

Pénètrent les roses intimes du chaos,

Soufflent les bougies d’un équinoxe,

S’épousent aux bacchanales en écho,

Fusionnent dans les bras des hétérodoxes !

A la nuit dévergondée d’un feu sacré,

Des existences franchissent, fascinées,

Le seuil d’un au-delà aux tabous exprimés !

©Max-Louis MARCETTEAU 2007