Le Paresseux – Chapitre XIII et fin

Photographie de Younn Hazo

(Les chapitres… ICI)


Une goutte d’eau, grosse comme le fruit d’un grenadier, de l’arbre à Ôssho, atteint le profil d’Apathu, étendu au milieu d’un nid géant de feuillage.

Se réveille en sursaut, lui indique clairement qu’il est encore vivant. Ce qui l’étonne d’autant, qu’il est dans une posture dès plus délicate devant le sourire béat… d’Ouatie.

Morale : rien ne sert de courir, il faut arriver à temps pour retrouver sa belle.

© Max-Louis MARCETTEAU

Années-lumière tatouées sur les épaules

Oeuvre de Vadim Sadovski

Challenge Lune et des participants


52

… années-lumière tatouées sur les épaules courbées du Temps voyagent à travers des fleuraisons de corps célestes qu’elles font naître pour chacun un Golfe des Iris et tracent ainsi un univers aux paysages que télescopent les humains

© Max-Louis MARCETTEAU 2021

Pickle Herring street a cessé de s’égosiller

Livre de Louis Enault 1876 – Londres – Gravure Gustave Doré – Pickle Herring Street

Blog : Éveil & Vous – Éditions (Challenge du 1er au 28 février)


D’un pas à un autre Pickle Herring street a cessé de s’égosiller pour défiler en strip-tease le temps qu’une avalanche de misère habille son sourire édenté de l’infortune et croasse dans une envolée à déterrer les derniers survivants de leur cave pour les exposer en trophées …. dans ses vitrines.

© Max-Louis MARCETTEAU 2021

Compréhension toute éberluée, le menton relevé

Marisa Mell smoking a cigarette disguised as a nun, circa 1963, nonne

Agenda Ironique Novembre 2020 : Laurence et Jean-Louis


Si on considère « une place pour chaque chose et chaque chose à sa place » cela sous-entend sans sonotone que « chacun chez soi et les moutons seront bien gardés » nous place devant des assertions qui portent sur le haut de l’Everest la raison en ces fameux mots : « dans la nature, tout à toujours une raison » selon Léonard (et pas Bernstein), ce qui permet d’approcher une certaine vérité qui a toujours dans son casier une très belle toile à la Jules Joseph Lefebvre de 1870.

Cependant, : « on passe une moitié de sa vie à attendre ceux qu’on aimera et l’autre moitié à quitter ceux qu’on aime » écrit le Père Hugo avec raison, et je vous vois hausser le sourcil gauche bien fourni à la Georges car vous cherchez avec désespoir le pourquoi du comment, tel le puits devant une eau qui s’évapore à son pied …

Eh oui, quel rapport ? Eh bien, s’il y a « un temps pour chaque chose » et « une place pour chaque chose et chaque chose à sa place » la citation du Père Hugo devient par effet caduque. Ce qui nous amène directement l’énoncé suivant : « En Normandie, poire de mouton, poire précoce bonne à manger ». Est-ce à dire que Hugo nous a pris pour des moutons depuis tant d’années ? Et, à la vérité toute décente et nue (voir Jules Joseph Lefebvre) le flambeau ne fait pas mine de prendre de la hauteur devant nos yeux et notre compréhension toute éberluée, le menton relevé, la raison vacillante mais non abattue, car n’oublions pas que le verbe aimer se conjugue au moins à deux et un divorce de l’être aimé.e devient par effet non avenu car l’attente a pris racine et feuillage jusqu’au ciel de l’espoir devenu lui-même un squelette méconnaissable…

La trahison est fière, devant nous, comme une statue à l’envergure antonyme de la Liberté, la larme bien salée de l’œil droit qui roule (ce n’est pas l’œil qui roule, suivez) comme un torrent de satisfaction car, il est écrit : « Il y a un moment pour tout, et un temps pour tout faire sous le ciel », en un mot : « tout vient à point à qui sait attendre »…

En cela, ne jurons pas outre mesure tel un fabuliste plagiaire trop connu qui : « jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus » au fond du tombeau sans ver luisant mais avec humour : « Bretzel liquide ! ».

Comme quoi, il y a bien : «  Un temps pour chaque chose ».

© Max-Louis MARCETTEAU 2020

La Boîte à Temps

Nuageux_Iotop_2020

Nuageux_Iotop_2020

Les petits cahiers d’Émilie. Émilie 16.20


La Précipitation du Temps dans le gouffre de l’insondable Tic-Tac de l’engrenage qui prend son pied … s’arrête d’un éclair

La Boîte à Temps informe le Courrier du Temps, tout à courir, de la glaciation inattendue de la Précipitation. Toute l’armée de Seconde, aux Têtes des troupes les unes à Vélo les autres à la pointe de l’innovation de leur aiguille quand d’autres à la Diligence, s’apprêtent à envahir le Territoire à la Minute jusqu’à Risquer la Disparition par un effet Sablier …

Si le Tout s’arrête, le Silence l’ennemi du Temps serait vainqueur sur la Totalité de l’Univers Visible et le Ralentir est la première victoire mais pas le Remède.

Le Néant sur le bord de la Route, lui, attend son Heure…

© Max-Louis MARCETTEAU 2020

D’un éther a la rondeur de mon aimée – 10/12

 

Nicolas-François Gromort 10 1837

Nicolas-François Gromort 10 1837

Agenda Ironique Avril   (en 12 épisodes) – Pour la lecture des 12 épisodes déjà écrits le lien ICI

Les illustrations de Nicolas François Gromort (Fondeur en caractères, actif à Paris vers 1830)


10/12

François et Nicolas aux unités du temps

— Quelle direction matelot ? Quelle étoile suivre ? Quel destin dans les flots incongrus ? Que ce bois trempé et courbé comme l’échine d’un esclave nous mène hors de nos chaînes de nos habitudes graisseuses de temps imparfait qui nous tiennent en chair le regard sur l’ailleurs et le ciel qui se grise sur fond de cale j’ai l’impression de m’ouvrir les veines sur le rebord d’un puits de colère enlisé dans ma gorge comme un premier vol de l’oiseau printanier empaillé pour faire décoration d’un souvenir qui n’a pas eu lieu tel un livre non imprimé… la mémoire se dessale…

« Qui de nous a changé ? Pourquoi dans la carrière
L’un court-il en avant, laissant l’autre en arrière ?
Lequel des deux soldats a déserté les rangs ?
Pourquoi ces deux vaisseaux qui naviguaient ensemble,
Désespérant déjà d’un port qui les rassemble,
Vont-ils chercher si loin des bords si différents ? » (Félix Arvers)

— Quelle direction matelot ? Quelle étoile suivre ? Quel destin dans les flots incongrus ? Nous sommes des évadés frère de nos terres nourricières et l’orage nous accompagne en tête les voiles sifflent et le vent danse la quadrille dans un solo infernal à la flamme de son désir des embruns comme de vagues larmes qui s’écrivent sur l’océan défait comme un lit de souffrance l’écume fait suaire et les grincements de notre goélette nous rappellent notre condition de terrien à la mesure de volonté de rester dans le chemin tracé… faut-il se l’avouer ?

© Max-Louis MARCETTEAU 2020

Un noyé sur le bord de l’aveu

Pont_divatte_Iotop_2018

Pont_divatte_Iotop_2018

Le Marathon de la Nouvelle (merci à Sabrina de cette découverte)


Dimanche à Paris un monde entre ce trottoir du cinq heures dix-huit du matin fraîchement lavé et les habitants en attente de se vidanger je marche seul une bouteille à la main comme une accolade vers un autre monde aux moments de hasards et de plaisirs minutes…

D’un pas à un autre j’essore ma pensée première de la première minute du jour et me délecte des images possédées sur un parapet debout devant la Seine m’observe je suis statue de chair à chair de poule je ressens le frisson de l’importance de ce fleuve et j’ose le défier à l’usure d’un temps au fil du temps qui se tisse à l’horloge d’un contre temps conséquence d’une pause à la note dévergondée d’un instrument à vent d’ouest épris d’une rosace à quatre et demi d’un monde qui a perdu le nord et la gare qui s’annonce je détourne la tête d’un mouvement de rouages je suis voyeur de l’événement je déraille à contresens à vent contraire la houle de mon humeur tapeuse ressemble à un noyé sur le bord de l’aveu à sortir la sirène hurlante qui s’étonne des voyeurs sangsues au brancard de l’illusion embarquer une demi-vie d’une masse atomique d’une vie scalaire au dernier cri d’un secours si ce n’est d’une voix commune reconnaissable à l’onde de choc vibrant défiant le mégaphone …

— Dis-moi, mon fils, tu comptes rentrer manger ou à présider ton avenir à picoler sur ce parapet … Emmanuel ?

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

Le froid pince comme un crabe

Porte_beaune_Iotop_2018_01

Porte_beaune_Iotop_2018_01

Les petits cahiers d’Émilie – Les plumes d’Asphodele – du 08 au 12 mai 2019


Il est minuit. Je suis sorti de mon duvet. Le froid pince comme un crabe. Je ressens l’horreur de ma situation pour la première fois. Une envie de vomir tous mes joyeux souvenirs d’aimer sur la plage du bonheur qui n’avaient rien d’autres à faire qu’à me procurer une vie aux pages savoureuses…

Et puis, il a suffi d’une fraction de temps qui a buté sur la partition de ma destinée et me voilà culbuté dans le dehors, le feu de la peur et le miaulement d’un chat égaré qui se frotte à mes bottes de cuir griffées de trop de chaussées délavées, de lits de fortune, de cartons déformés et crasseux …

Je suis pris de ce vertige qui semble venir du fond de mes entrailles qui se révulsent comme un volcan trop longtemps contenu de sa lave de rage et de tourments, j’avale quand même un sirop d’air étouffé de ville qui vient de se réveiller sur les parvis de la misère, au froid des peaux qui recherchent le réconfort, un peu d’attention pour continuer à frôler un semblant de vraie vie …

Et puis, je commence à me faire un film d’espoir, je me souris à moi-même, je respire ma nouvelle condition de quelques semaines et vais rejoindre la rue de l’espérance. Ce soir, je ne vais pas jouer à la roulette russe. Non, non. Je ne vais pas prendre ce risque pour gagner un semblant d’argent, un semblant de survie, un semblant de rien. Je veux avoir ce réflexe de celui qui se noie. Ce soir, je vais me prostituer…

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

Les nuages saoulés au whiskey sour sur ce tout enfariné

Film Dr Jekyll et Mr Hyde 1931- Acteur Frédric March

Film Dr Jekyll et Mr Hyde 1931- Acteur Frédric March

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


… la folie, la folie, la folie … le faux de la vraie faux se lit sur le champ de blé perdu dans une campagne aux horizons multiples et au temps suspendu comme un jambon de Bayonne au marché branché de Saint-Jean-du-Corail-des-Bois et puis la ténèbre prend acte à la dernière signature d’un soleil rougeoyant par erreur dans un ciel speedball délirant sur les couleurs de l’overdose neuronal et les nuages saoulés au whiskey sour sur ce tout enfariné d’un regard humain qui ne comprend pas encore le mot folie car dans le creux de sa main sa mémoire l’appelle à boire sa propre lie qui constituée d’âmes anciennes aux cris de rédemption les miroirs sourient à son désespoir attaché à l’encre de sa respiration enveloppée par une apnée chronique …

Il est allongé sur l’herbe de son jardin… le leitmotiv en langue de bouche à lèvres : la folie, la folie … il se roule, puis s’époumone … se déshabille de tout … s’éparpille … puis se lève prêt à partir pour l’inconnue rencontrée entre réalité absolue et relative il court il court il court la langue coupée en deux la tête renversée en arrière il crie il crie … la folie vient …. d’un balancé de faux de le fendre puis de le broyer par effet ….

© Max-Louis MARCETTEAU 2018/2019

La vie est un réservoir d’eau de Vie qui facilement noie les imprudents.

Photographie de Edwin Bower Hesser - Kathryn Stanley comme la Reine de Salomé - 1926

Photographie de Edwin Bower Hesser – Kathryn Stanley comme la Reine de Salomé – 1926

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


Paul était un rescapé du Navire Amour. Il en avait perdu pendant un moment la boussole, de cette folie d’Aimer à Vie, le temps d’une rencontre entre la Rue des Roses et le Boulevard des Imprudents.

Il était temps qu’il ramasse sa gaule et tout le restant de ses appâts. Ne pêche pas qui veut en eau trouble même avec une coupe de champagne pour séduire une belle ou un thon, il faut prendre des précautions car l’hameçon n’est pas toujours pour les autres …et l’on montre ainsi des qualités d’amour qui ne vaut la nourricière de notre enfance qui avait se penchant à vous faire téter pour le bien des deux …

Bref, Paul allait dormir sur ses deux oreilles avec cette facilité qu’il ne dormait que sur un côté à la fois, en chien de fusil, la cartouchière en bandoulière après la prière du soir avec cet effet serpillière qui absorbe tout et dont l’essorage est effectué dans les cieux avec ce rappel au moment le plus critique à enlacer la dernière inspiration avec un goût amer …

La vie est un réservoir d’eau de Vie qui facilement noie les imprudents. L’Amour oui, mais attention à ne dépasser la dose prescrite ….

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Il est minuit et une minute

Dessin animé - Betty Boop s Life Guard - 1934

Dessin animé – Betty Boop s Life Guard – 1934

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


Amour, amour … le cri du cœur s’essouffle comme un cyclone qui rencontre une terre trop vaste pour être dominée. L’amour est une terre de vie. Île ou continent, qu’importe. Le temps ne compte pas. Il n’existe pas ou est neutralisé.

Celle ou celui qui gagne la coupe de l’amour est souvent naïf. Il se croit éternel. Il est feu follet, intense certes, mais il brûle la chair de l’âme. Il reste rarement des braises, souvent des cendres … Cet amour montre sa nature quand le couple formé se déforme sur la réalité de la vraie vie. L’amour n’est pas dans la vraie vie. C’est une évidence. C’est aussi une découverte pour les novices. Et rien ne sert de le prier, il nous mène en bateau, tout en étant notre nourricière

L’amour a plusieurs visages et est bien malin qui sait reconnaître le vrai. Ses blessures ne laissent jamais dormir et l’âge les défigure dans les profondeurs.

Je regarde l’heure. Il est minuit et une minute. Je suis seul. Mon Amour est partie depuis bien trop longtemps et pourtant j’attends chaque soir qu’elle se décide à m’enlacer … en vain… amour, amour …

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Je traverse le temps liquide

 

Blog de girlkissedbyfire Défi 52 semaines N°21  le mot : liquide


Je traverse le temps liquide
De larmes galères possessives
Jette mes derniers cris livides
Toi société impassible rétive

L’essentiel de moi s’est rompu
Mes chaînes enlisées s’étirent
Et s’ensablent dans ma crue
De dépression à m’occire

Je résiste à mon sang colère
A la poussée de conquérir
Mon échec beau vulgaire
Mais tu es là compagnon  … à tenir !

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Je croque la rose des vents

Film de Malcolm St Clair - 1926 - Hugh Huntley et Louise Brooks dans A Social Celebrity

Film de Malcolm St Clair – 1926 – Hugh Huntley et Louise Brooks dans A Social Celebrity

Blog de girlkissedbyfire Défi 52 semaines N°20  le mot : rose


Je croque
la rose des vents
Perds le nord
débordement
Du temps
frileux d’un
Nous
Défiguré
aux mots
bagouts
Enfilés au
clair d’une
Lune
Complice de
Vices
rancune
Les Blessures
des propos
En vers de
vers au goulot
Des baisers
tous escrocs
Effilent pointes
bourreau
Le sang
Nous
cendre
AU
t
e
n
d
r
e
.
.
.

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Inspection d’un temps

Photographie - A l'interieur du Big Ben - Londres- 1920

Photographie – A l’interieur du Big Ben – Londres- 1920

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


Mesure de durée au temps autant que le temps démesure son propre temps au temps sablier au regard de l’horloge de la boulière callipyge, là-devant moi, en arrière train, je suis l’improbable client contrôleur qui entre par la petite porte de la ruelle gorgée d’eau.

Je m’installe califourchon sur le sol de la seule pièce du… temps et… j’attends. Je n’ai rien à faire d’autre que d’attendre le sourire sur mon visage, une boîte aux lettres de confiance qui m’apporte tous les timbrés de la terre qui supporte déjà une part d’impossibles idiots, imbéciles…

J’attends le compte rendu de l’espace-temps impétueux devant le tableau noir de craie poussiéreuse blanche presque ingénue qui s’impose, mais je ne suis pas une broutille de temps à me laisser embobiner dans le sens inverse d’une aiguille d’une montre et ou d’un calculateur quantique. Non, non…

Je note que la jeune femme seconde une autre femme et qu’elle écrit avec un calame, c’est un bon point pour elle à l’heure des comptes…

Je ressens ce moment à venir sur l’imperceptible cadran de mon humeur les effets fugaces d’une nuitée en compagnie d’une call-girl au regard envahissant d’être aimée et froide comme de l’azote et qui comptait les minutes avant l’éjaculation des secondes mâles au malaise du précoce et la repasser par une paire de gifles.

Mon temps, ici n’est pas implicite et j’attends la boulière à me rendre compte à défaut de me rendre gorge et je pense à l’intérieur d’un espace intime que la mesure du temps à la démesure du détemps s’étend et intente l’impossible retour sur soi car la seconde est seule à concevoir la naissance, maîtresse de l’instant et de l’éternité à sa froide existence qui ne connaît pas la sensation du… câlin

Je suis le Maître du Temps de celui qui ose poser remontrance sur la seconde de retard qui ne fait pas son travail…

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Pose ton regard

Photo de André Kertész

Photo de André Kertész

Blog de girlkissedbyfire Défi 52 semaines N°10  le mot : blanc


Pose ton regard, enveloppe ton iris,
Ouvre ta voix, cri l’envers du cri,
Dissipe ta vie à l’escale du Caprice
Engendres-toi ici toi le frère banni

Épouse ta terre aux orifices arides
A la belle pluie nourricière propice
Dépose ton sourire et le rude vide
Païen tarira ses puits à tes édifices

Nouveaux passeurs de temps au fil
Déposeront les racines en sol fruit
Ainsi tu connaîtras enfin le mille
Ans promis de paix en tes vies

Et le blanc sable pour sablier …

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Top chrono ! Chapitre 4

Photo de Navid Baraty

Photo de Navid Baraty

J’ouvre la boîte des angoisses sur le bord du balcon.

Au loin la ville.

Je vois les voitures qui poussent la vitesse et les feux comme des orages multicolores, budgétivores, carnivores, elles osent l’expression de l’explosion métabolique de leur vie sur la chaussée mouillée des fantômes carbonés.

Je respire le temps des nuages gris, de la pollution de mon cerveau pris en otage aux souvenirs intransigeants de vivre sur la colle des angoisses.

Mon balcon m’ouvre les voies du ciel et par le paradoxe de la terre goudronnée par effet entourée de pelouse impropre à la consommation même après séchage.

Je vois loin, trop loin. Et mes pensées s’agglutinent entre toi et moi dans un filet rugueux de reproches, de non-­dits et de faits qui ne collaient pas à notre vie.

D’ailleurs notre vie ensemble comme une erreur dans un programme humain, j’ai sauté sur le quai de ta gare, mes bagages entre les mains poisseuses de tes caresses.

Je vois le temps qui me dit bonjour avec un signe du chronomètre qui se marre en tournant en rond comme moi sur ce balcon qui n’a pas de rambardes.

Je suis prêt à me tenir au garde à vous pour le vol entre ciel et terre. Moment de délivrance de toi de moi de ce monde qui n’est pas le nôtre.

Je vais enfin pouvoir réaliser ce premier saut sans avoir la peau hérissée de la peur.

Je prends conscience enfin qu’il faut que je prenne une décision. Ce qui n’a pas toujours été le cas. Ce qui est la pire chose pour moi.

Mais, c’est le fait que tu es partie ce matin avec nos souvenirs, sans un signe d’adieu, simplement un sourire entendu, comme une signature d’un acte que tu avais déjà prémédité depuis trop longtemps. Tu avais en tête une autre vie, avec un possible de vivre en dehors d’impossibles habitudes où tu te serais pendue entre poutre d’angoisse dans le salon des peurs et le miroir de toi en filigrane.

Aujourd’hui, je ne ressens plus le froid. Non, je ressens le chaud de ma décision entre mes neurones déphasés.

Je ne dirai pas adieu au monde qui se fout royalement de mon existence de petit, de ce rien qui n’est même pas un grain sable, même pas un grain de sel pour pimenter un fait divers dans un journal local ou une radio.

Non, je ne vais pas m’habiller pour ma bonne cause. Non, je ne vais pas m’écraser tout nu sur la pelouse qui n’est pas aussi verte que la pomme en devenir de mûrir entre la colline et le jardin d’un voisin hypothétique.

Je regarde une étoile filante. Sa vitesse ressemblera peut-­être à la mienne dans quelques minutes.

Tout juste le temps d’écrire ces quelques mots qui ne tiendront pas sur une feuille A4.

Un dernier sursaut par une sonnerie à la porte ? Celle de mon portable ? D’une explosion d’un avion en plein vol sur la ville ?

Il n’y aura pas de seconde chance. Je le sais. On naît pas un treize par hasard. Ou alors le hasard s’est bien foutu de ma gueule depuis ce temps.

Certains disent qu’il ne faut pas perdre espoir. Mais l’espoir est fait pour les pauvres. Et les rêves que l’on veut nous faire gober par la consommation et les images d’un autre monde sucré, financé par le désir de faire espérer, tout cela sont des leurres.

Et de fait, il est bientôt l’heure. Il reste une minute cinquante­-deux au chrono.

J’ai le cœur qui est en train de s’emballer comme une onde qui ressent sa dernière seconde passer sous son nez tout fiévreux.

Allez une dernière inspiration et cela devrait bien se passer.

Respire mon gars. Tu y es presque : cinquante secondes, avant de dire au revoir.

Un dernier verre ? Pas le temps.

Allez hop. Le saut de l’ange, pour le plaisir.

Voilà, le top est donné

Plongeon.

©Max-Louis MARCETTEAU

 

Vous avez dit ANGES ?

Fashion Inspiration - Warrior Queens Clothing that serves as armor.

Fashion Inspiration – Warrior Queens Clothing that serves as armor.

Un jour j’ai rencontré, sur un banc public, un ange !

J’étais entre deux verres de vin, piquant d’arôme,

Écœurant au gosier, mais euphorique au mélange

D’une herbe cultivée, au terreau des supers atomes

De magnésium, sur le bord intérieur d’un noble fossé !

L’ange avait une claire diction, brumeuse était ma douce

Compréhension, il m’apprit qu’il existait, à la vérité,

Plusieurs genres d’anges ! J’ai eu un peu la frousse !

Je me demandais s’il fallait dessaouler de suite, bien

Qu’il était peu probable qu’atteint au plus haut degré

De mon vénérable foie, j’avais capacité, moi le vaurien,

A émerger de mon état toujours semi-comateux, attitré !

J’écoutais cependant les dires de mon adorable, étonnant

Chérubin qui me versa sur le corps une eau d’ange, essence

De fleurs d’aromates, pour rajeunir à cet unique temps

Quelques uns de mes neurones, éberlués par l’aisance

De ses paroles qui traversaient mon esprit devenu frais !

Il me raconta l’histoire de l’ange de mer qui avait englouti

Dix-huit pirates pour son anniversaire, d’un seul trait !

Des cheveux d’anges, confiture de cédrats, qu’une jolie

Demoiselle s’empiffra à devenir reine des citronniers !

De la faiseuse d’anges qui pardonna à Dieu son existence

Misérable de point enfanter et de supprimer les décorées

De l’ovule par une aiguille rouillée des tristes semences !

De ce rire aux anges qui déclencha une belle frayeur

Sur une mère qui venait d’avoir un bébé qu’elle croyait

Pétrifié de la mort ! De cet ange gardien au bonheur

De plaire à toutes les filles de la terre qui s’armaient

Des flèches de la Passion pour empoissonner l’humanité !

De l’ange exterminateur bras droit de l’improbable

Mais terrifiant Satan qui se rit de nos peurs, a parié

Une fortune en os homoïdes que Dieu était le probable

Tenancier d’une vaste escroquerie sur le genre humain !

De cet ange beau comme un ange du paradis qui aima

Une terrienne à défaut d’aimer une ange au malin

Plaisir de contrarier les hommes, pauvres renégats !

Il arrêta son délire par l’intervention propice d’une pluie

Avantageuse et généreuse locataire d’un nuage ombrageux

A qui j’ai donné tous les remerciements qu’il me promit

De mettre de côté pour accumuler des points de bonheur

Pour partir dans un autre pays au ciel sans nuages !

Je me surpris, à cet instant à parler au banc blanc crasseux

Qui m’allongeait ses fibres pour accueillir mon sage

Et douloureux corps qui s’éternisait à ne pas mourir heureux !

Demain je reprendrai de ce vin ! Il me va à ravir !

Il me raconte de fabuleuses histoires irracontables

Aux mortels esprits quotidiens qui de jour à périr

S’entassent sur les lignes de l’indifférence inébranlable !

©Max-Louis MARCETTEAU

De moi à moi

Oeuvre de Loui Jover

Oeuvre de Loui Jover

Le Temps m’arrache de mon mur comme du lierre !

Je prends toutes les nuits et jours de sa sève de guerre,

Pour me battre dans ce quotidien qui remplit ma Tour,

A la lueur d’un devenir incertain, à la surprise de velours

D’être dans le monde et le monde des mots qui courent

A la vitesse d’une encre ne suit plus mes pensées vautours !

©Max-Louis MARCETTEAU