Je vis tu vis c’est étrange

Kent Miles - Wien - 1990
Kent Miles – Wien – 1990

Premier essai avec le nouveau éditeur fait de blocs et de « briques » 🙂 (je n’ai trouvé à diminuer la lettrine J – code CCS introuvable) Et un lien : https://wordpress.com/fr/support/editeur-wordpress/


Je vis au ciel bleu de ton écriture à la profondeur d’une ancre à quatre mille huit cents quatre brasses et je plume tes mots un à un comme une volaille ébouillantée après l’avoir occis à l’ancienne et je reprends un bol bien rond bien plein de mon whisky préféré et d’une traite je bois tel un boit-sans-soif et dégurgite malproprement sur ma raison d’être…

Tu vis assise sur le promontoire de mon indifférence tu me jettes l’éponge à moi-même t’abandonnes la lutte tu fuis avec la clé des champs qui se change en marguerite géante et plante son avis devant toi et te nargues comme un récif prêt éventré la coquille de ta raison d’être …

Tu vis la vague et son écume à l’âme telle une trame d’une mauvaise ligne de vie que l’exploration te fait vomir au premier pas qui te déboîtes la boîte crânienne sur le devant l’arrière scène aveugle de naissance et qui s’impose comme une ogresse qui charrie les intestins de l’angoisse au carré de l’identité de soi de ta raison d’être …

Je vis entre deux eaux de mon alcoolisme dépositaire de ma non consistance à l’image de toi en blonde un soir à Rocamadour dans cette chambre qui a été témoin d’un craquement aussi inattendu que la livraison de la panoplie papale à dix-sept heures heure sidérale au sous-sol d’une église qui sermonne une messe bien étrange … celui de mon pantalon à la couture de l’entre-jambe … de ma raison d’être …

© Max-Louis MARCETTEAU 2020

Message pour toi

Pirates des Caraïbes : Jusqu'au Bout du Monde - 2007 - Johnny Depp

Pirates des Caraïbes : Jusqu’au Bout du Monde – 2007 – Johnny Depp

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


Message pour toi,

Tu m’entends ? Non ? Pas grave …

Écume de mes jours … poison de mes nuits … une lettre de rupture ne suffit pas pour t’avouer tout l’amour qui me tient à cœur par une tension défiant tous les appareils de mesure…

Adieu ou … pas.

© Max-Louis MARCETTEAU 2018/2019

Toi… ma seule émotion…

Image Johann Sebastian Bach - Choral prelude - Der Tag der ist so freudenreich

Image Johann Sebastian Bach – Choral prelude – Der Tag der ist so freudenreich

Blog popinsetcris contrainte écriture


Une voix démuselée, notes attelées et boursouflées, l’écho démesuré déshabille les écoutilles du ciel de l’opéra giflé par l’instrument vocal enfilé de mots juteux d’un monde querelle, précieux, ambitieux, capricieux, vicieux jusqu’à la garde des tréfonds terrestres, jusqu’à l’os de l’humain douteux, immoral jusqu’au respectueux à tendre son code de conduite au code moral vertueux des lignes tranchées par effet dans les fibres en sous bassement et sourires de circonstances dont la félonie s’ouvre à l’orgasme épanoui qui de sa symphonie éblouie les strapontins en farine de tulle, de parfum, de bonnes mœurs jusqu’à la ceinture de soirée qui claque sur la chair cousine de l’âme et à l’épine qui opine du désir de s’empiffrer… de Toi…

… Toi de musique ton souffle et cœur mécanique profondeur de l’instrument de cordes, tailleur de notes sur le parvis des portées, surfeur à quatre temps en clé de sol meneuse à la baguette, vendangeur de l’octave aux mains baladeuses tel un Nil en débordement, rondeur des blanches aux cils double, triple croches, fleur possédée d’aimer sa partition en combinaison de sentiments… de Toi… en chœur.

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

4ème mois avec Toi

Oeuvre Jacques Pradier satyre et bacchante

Oeuvre Jacques Pradier – Satyre et Bacchante

Assoiffée de Moi tu viens te noyer dans mes mots
Victorieux de t’avoir emprisonnée à leurs tempos
Reine de mon immoral attitude je suis ton héros
Irrévérencieux dont le roseau cingle ton rameau
Lascif et impudique, tu jouis à tous mes assauts !

©Max-Louis MARCETTEAU 2017

1er mois avec Toi

Tea Time de Anzaisachie sur Deviant_Art

https://anzaisachie.deviantart.com/ – Tea Time de Anzaisachie sur Deviant_Art

 

Je pose mes premiers pas, discrets,
Auprès de toi mon Amour, cyprès,
Nature de ma sève à me provoquer, portrait,
Viens viens prends ma main d’amant, d’excès,
Invite ta froide passion au verbe aimer, corset,
Envenime-moi de ta passion ma beauté, fleuret,
Regarde ton reflet dans mon cœur fait de … craie !

© Max-Louis MARCETTEAU 2017

Souviens-toi

Oeuvre de Richard Blunt

Oeuvre de Richard Blunt

Souviens-toi, quand pour la première fois j’ai apposé ces mots au creux de ton oreille : « – Tu es ma Reine, je suis ton Roi ». Qui de nous savait à ce moment-là que tu allais devenir cet As pic et moi cet As de carreau ? Nous étions de cœur dans un champ de trèfles, loin d’un jeu des sept familles que nous avions mis dans un album photos souvenirs.

Notre rencontre était improbable et pourtant souhaitée, là au fond de notre âme, en filigrane. Nous étions impérissables, inséparables, insouciants comme des adolescents, conscients de nos différences. Le monde s’était toi et moi. Un cordon ombilical s’était formé (césure d’autant plus douloureuse lors de la séparation).

Nous étions ivres sans perdre conscience. La marge de la vie nous accueillait comme elle accueille tous les amants, impartiale. Tout amour est unique et pourtant les ingrédients, la formule, sont identiques, seuls les protagonistes et la mise en place de la Rencontre, diffèrent.

Qu’importe l’âge, la couleur, l’obédience, la beauté, … le seul trésor est un NOUS que rien ne vient, de l’extérieur, bousculer, détruire. Nous avions construit cette bulle selon les normes en vigueur, naturellement. Cependant avec le temps, nous avions créé notre propre anéantissement. Paradoxe et pourtant inévitable réalité de l’amour fusionnel qui pose la question : sommes nous prêts à nous aimer sans concession ?

Nous étions devenus des joueurs d’échecs. Nous étions prêts à tout et prêts à rien ! Un genre de néant nous a happés. Une agonie s’ensuivit comme un malade qui de sa souffrance veut en finir et s’accroche à sa vie tel un alpiniste qui a décroché, suspendu dans le vide et que rien ne peut arrêter son éminente chute si ce n’est un secours improbable.

Inévitablement notre propre perte s’est accomplie : nous avons chuté.

Fractures multiples, traumatismes divers, on ne pourra jamais payer la facture de notre séparation.

Nous sommes devenus des SDF de l’Amour, à la recherche d’un nouveau toit. Nous l’avons trouvé, mais à quoi ressemble-t-il ? A un refuge !

© Max-Louis MARCETTEAU

Le Livre s’oublie

Oeuvre de Cai Yushui

Oeuvre de Cai Yushui

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Livre s’oublie;
Son encre perle, et une étoile de Toi naît
Au vide de Ton Espace le cri
du mot est un écho sans fin
Et Faim de Toi, l’encre
Fait Lac et je me baigne de la peau à l’âme
nu et rompu
Je T’appartiens à la …Lettre !

© Max-Louis MARCETTEAU

Tu sèches en ombre

Oeuvre de Steve Hanks

Oeuvre de Steve Hanks

Tu es là
Prostrée
Et fuyante
Impalpable
Possédée
De Toi en Moi
Dérive,

Tu tires les ficelles de ton âme
Amour
En ombres chinoises

Le vent s’ébroue
Il rit de pas d’ombre
Dévoile ton visage de tes long cheveux blond,
Et le sable de mes mots tourbillonnent
A te crever les yeux

Tu hurles dans ta jungle
Fil d’Ariane rompu
Le creux de ta main appelle la soif
De Moi en Toi
Le Temps ronge les draps de nos ébats et débats

© Max-Louis MARCETTEAU 2016

Pour elle, pour toi !

Photo de Gordon Parks

Photo de Gordon Parks

En ce 13 novembre 2015, son cœur a pris
Sa valise pour ce long voyage incertain !
Ce labyrinthe ouvert à ses mots de sa vie
Harmonie pour l’autre, son esprit, orphelin
A présent de son corps, vogue, brumeux !
Son regard te manque déjà ! Tu entends,
Sa voix dans ce couloir blanc, soigneux ?
Relève la tête, son aura est sur son séant !
Elle est passée du présent au passé vivant !
Des images se cataloguent dans l’armoire
Souvenirs que tu décides d’ouvrir à l’élan
De l’émotion en ce moment entonnoir !
Tu marches sur les larmes de ton arène !
Elle est tout près de toi ! Tient lui la main !

©Max-Louis MARCETTEAU

Viens, maintenant

Oeuvre de Anna Razumovskaya

Oeuvre de Anna Razumovskaya

Viens. Le temps n’arrête pas les souvenirs. Baignes toi dans mes mains.

Je viens te chercher. Ne court pas. Prends le premier rêve, à la station

Des fleurs soleils en coquelicot. Ouvres tes desseins sur la ligne destin.

Pousses tes crayons à l’invention. J’aime quand tu ris, au fruit de la passion !

Du bleu pour tes yeux. De l’orange pour ta langue. Du vert pour tes pieds.

Délire en toi. Emotion dans ton cœur. Un vent apaisant entoure ta chevelure.

Délasse ton corps au massage de mes mots câlins, de ma voix de destrier,

De mes histoires qui te hamac, lentement, un sourire amoureux te fait parure !

Un nuage, une corolle, se vrille à ton regard. Ton ciel est comme le mien.

Ne cherche pas d’issue. Je suis cette issue. J’ai créé ce sable mouvant pour toi.

Mon bras attrape ta robe. Tu cries de plaisir. Viens. Le présent est plus malin

Que NOUS, il marche au travers de son avenir et NOUS, à nos chemins de croix !

©Max-Louis MARCETTEAU