Toile d’amour

Couverture du livre : name your vice par Nicholas Spain

Couverture du livre : name your vice par Nicholas Spain

La toile d’amour tissée autour de l’amant,

Les mots habilement posés l’endorment.

L’amante fatale vient d’enlever le gagnant

A son jeu, dans sa douceur et sa forme !

©Max-Louis MARCETTEAU

Contemplation du vide

Oeuvre de Wlop

Oeuvre de Wlop

Cédille d'un espace
Ouvre à l'immobilité
Nutritive une vision
Tellurique d'images
Empalées à dessein
Mûries à l'air ambiant
Posées au vol insufflé
Libéré des tourments
Agitées à l'encre salée
Tendues sur une toile
Ionique des pupilles
Ondes déchiffrées à vif
Nomades par son vertige
Division du temps rétif
Une goutte de seconde
Vulnérable au plein
Indissociable au rien
Délassé de la nudité
Entier et malléable à tout.
© Max-Louis MARCETTEAU

 

cœur de l’horloge

Oeuvre de Erin Keck

Oeuvre de Erin Keck

Au cœur de l’horloge, prime les secondes fécondées

D’impulsions accordées sur le fil du Temps accoudé

Sur la trajectoire d’une onde de vie toilée à la vue

De l’humain imparfait par nature, particule suspendue !

 

©Max-Louis MARCETTEAU

Rose de coeur

Oeuvre de Svetlana Behor

Oeuvre de Svetlana Behor

Un jour, un cœur s’épris d’une rose bleue sans épine.

Ils étaient heureux. La vie était une douce musique,

Au chant mélodieux qui s’étalait au-delà des mines

De la misère ambiante, des sourires sardoniques !

Hélas le cœur avait une raison que la raison ignorait !

Il était amoureux des pétales galbes, fins, magiques,

De la rose qui commençait à vieillir et elle, se battait,

Pour garder son velours, sa tendre peau, féerique !

Le Temps filait sa toile, imperturbable ! Regardait,

Furtivement, tel un concierge, ce couple incertain :

La rose amoureuse s’essoufflait à garder le succès,

De son cœur, charmant coureur qui jouait les opportuns !

Celui-ci frétillait pour une autre rose, un jeune bouton !

La rose bleu se fana en quelques nuits, abandonnée,

Usée, salie, perdue dans l’infini d’un champ d’émotion !

Elle pleura. C’était la première fois : des larmes flambées !

Son dernier vœu, se jeter dans un océan de détresse !

Mais avant elle fit promettre aux autres roses de se couvrir

D’épines au nombre des coups, de griffures traîtresses,

Que lui avait fait subir son impudent cavalier, son saphir !

Aujourd’hui, quand un cœur saigne par Amour, une rose n’est pas loin !

©Max-Louis MARCETTEAU

EX & IL

Maurycy Gottlieb 1856-1879 Polish-Jewish painter

Maurycy Gottlieb (1856-1879) Polish-Jewish painter

EX, disait les bras en croix sur son lit,

«J’attends ta peau contre la mienne ».

La nuit portait fardeau, toile de cris,

Au silence rugueux, terre de Sienne !

IL, disait les bras en croix sur son lit,

« Mon tourment est grand sans toi »,

La prison des damnés frappait la lie,

Des vocables bâillonnés hors la loi !

Le jour, enfin, vaporisait sa lumière,

EX, épongeait ses larmes au prétoire,

IL, serpillait ses souvenirs vifs d’hier,

Tous deux, tenus par le fil d’espoir !

©Max-Louis MARCETTEAU 2015