Chère toi

Été 1916 - Panneau de signalisation près de Verdun

Été 1916 – Panneau de signalisation près de Verdun

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


A toi ma lettre nommée Armistice,

Je reviens d’entre les morts. Mes pleurs enterrés, mon arme invalide entre mes mains, mon cauchemar s’écrit sur un autre chapitre.

Aujourd’hui, il pleut. Je ramasse ma carcasse dans la tranchée nommée “ La Belle” ; en une niche je suis chien mouillé qui obéit encore à la voix d’un maître …

Je respire comme une cheminée au mauvais tirage et tousse mon restant de vie par les alvéoles de mon avenir rétrécit.

Demain est un poing fermé et des pointillés comme des balles qui sifflent les mots de la mort à vous atteindre de chair par trépas ou à rigoler d’un appel erroné et vous voilà gueules cassées ou estropiées et la gangrène fait des repas gargantuesques …

Je souris comme un môme qui a peur de pleurer sur un refrain d’un frère estampillé d’un obus ou d’un autre frère vidé de son sang que la terre n’a pas le temps de boire ou qu’elle n’en peut plus de ce breuvage indécent.

Je suis sur ce brancard, et mon papier est froissé de ne pouvoir t’en écrire davantage que mon encre souffre de la noirceur de ce temps qui va voir naître il parait la fin d’une guerre, la paix des peuples et des âmes et pourtant combien de nos mères, de nos femmes, de nos filles ne pourront que s’agenouiller sur des dépouilles, il y a si peu de temps, chéries d’être de sourires et d’avenirs … et devenues abandonnées et solidaires après avoir soutenu les efforts de guerres et engendrer aussi le pire …

Je suis anéanti, vivant et ma main tremble de nouveau et cette balle logée dans mon crâne et mes yeux dont le trouble fait chavirer mon écriture zébrée …

Ma mémoire va se refermer à jamais après ces derniers mots, à toi ma lettre.

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Trancher

Hitchcock Alfred

Hitchcock Alfred

– Franchement, vous croyez cela bien utile ?
– Tout à fait ! Donc, vous clignez les yeux, deux fois.
– Vous en avez de bonne vous.
– Allons, il vous suffit de peu.
– Vous pensez que j’ai la tête à ça ?
– Il faut vous concentrer que diable !
– Facile à dire. Je ne vous promets rien …
– Allons messieurs, il n’est que trop temps.
– Deux fois les yeux, deux fois …

Et la tête fut tranchée … en un clin d’œil !

©Max-Louis MARCETTEAU