Je dresse la table

Jim Parsons interprète de Sheldon Cooper

Jim Parsons interprète de Sheldon Cooper

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


Je dresse la table … une corvée de couverts, rouleau de serviette nominatif encore trop bourgeois, salière robe blanche aérienne, poivrier d’humeur salé … table assise à la surface du paraître belle … à quatre pieds, à quatre pattes … prête à se donner …

Je veux me faire pirate pour dévaliser ces convives trop prétentieux de vivre sous les brillants silencieux et ouvrir le volet clos de la pauvreté jaunie de l’économie poisseuse de pouvoir se fabriquer un peu de bonheur … devenir le Robin des Bois …

Travail, travail, travail … les panneaux de ma chambre sont ainsi incrustés et mon maître me tanne la peau … parfois … son orgasme n’est pas le mien … ma fatigue me fait suivre le chemin du renoncement … je ne pleure que le soir de Lune qui fait briller mes larmes de mon destin écrit par hasard sur la route de l’exode, sur la route déviante comme l’homme …

J’écris ces quelques mots sur un morceau de papier égaré comme moi. Il est comme un gâteau de récompense … comme le fait que je gratte avec un petit couteau maison, le dessous de mon lit en baldaquin en bois. C’est mon secret, c’est aussi mon histoire que je grave dans ce bois toujours vivant même mort … comme moi.

Je sais que jamais je ne pourrais m’échapper de cet enfer bourgeois, indécent, trop catho avec le crucifix comme étendard. Pour eux, je fais partie des meubles, des possibles archives familiales dans le pire des cas … mon cercueil est déjà là ; la porte de mon paradis s’ouvrira après ce purgatoire sur … terre. J’y crois.

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Parlons procrastination

Image Bibliothèque du Château de Groussa

Image Bibliothèque du Château de Groussa

Blog popinsetcris contrainte écriture (mots définitions)


Si « Le travail c’est la santé, rien faire c’est la conserver » nous chante Henri, je dis qu’il n’est pas moins édifiant que ne rien faire n’est pas la liberté, même si l’on est libre de ne… rien faire et rien faire est un oxymore qui me fait penser à « Vient ici, fous-le-camp » de la même teneur mais dans un autre registre… En effet entre le rien et le faire, y a un gouffre que dis-je un océan si ce n’est un écart d’un univers à un autre… pour faire… simple on ne peut pas être dans le rien et le faire.

Alors certains puristes soulèvent le faire et lance d’un rien que le rien et faire sont tout à fait compatibles. Vrai, c’est même tout une affaire et ce n’est pas… rien. Donc, en effet nous sommes bien devant le fait accompli que le rien faire est une occupation, voire un travail comme un autre… Ainsi, l’on prend à contre pied si ce n’est à cloche pied, le fait que faire n’est pas défaire mais bien la négation du rien faire dans toute sa dimension…

Mais, je vois dans l’assistance médusée par de telles assertions, lancées par un bon à rien, moi en l’occurrence, et qui a sans doute, rien d’autre à faire… de n’avoir rien dans la tête… pourtant, il y a incontestablement un savoir faire du… rien faire si on prend l’expression commune de tous les jours. En effet, le rien faire n’est pas du genre à se laissez… faire et n’est pas, à qui pourrait penser par un hasard bien sapé en lunette noire, un faire-valoir, non, non, et non plus un laissez-faire du genre frère aîné nommé laxiste qui à tendance à faire la tête et tenir tête… il faut le faire…

Bref, à notre rien faire, il faut repasser d’un savoir faire au savoir être… tout un art que nous allons aborder dans cette conférence d’une petite heure après un petit jour de retard… dont le thème est la « Procrastination en milieu urbain non Euclidien »…

© Max-Louis MARCETTEAU 2018

Pas de solution, sans idée !

Moteur-fusée Rocketdyne RL-10 et Miss NASA 1968

Moteur-fusée Rocketdyne RL-10 et Miss NASA 1968

« Rien ne sert de courir, il faut partir à point »; ce qui n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît dans ce monde où courir est le premier sport national du travail ; car point au lièvre en ses performances est à blâmer au bout d’un certain temps épuisé (burnout : pour les fêlés des anglicismes) par le rythme imposé par le diktat suprême du rendement, tenu par la cravache du rapport qualité prix à fournir au client ; de fait, la carotte étant ce qu’elle est, il ne faut pas s’étonner qu’une part de la masse travailleuse en a ras le bonnet et voit rouge … ce qui amène à une tendance particulière à s’aviner pour tenir la cadence, telles les bonnes pommes nommées Redlove, toujours prêtes à servir servilement sans pépin, la majeure partie de la production demandée avec force procédures … elles finissent tout de même par se « gâter » la pulpe !

Et même si dans ce monde il y a des freins naturels qui s’opposent aux ordres des : urgence, fait pour hier … ; les nommés Gaston, fers de lance du : « pas trop vite le matin, doucement l’après-midi », qui portent le travail seulement dans le dictionnaire, force est de constater que l’équilibre manque à ce tableau !

On est au cœur de ce paradoxe entre celles et ceux surchargés d’ouvrages et les désœuvrés ; une des clés de ce dysfonctionnement est le Progrès ! Flaubert en son temps le contestait ! Mieux, Lévi-Strauss nous met en garde : « chaque progrès donne un nouvel espoir, suspendu à la solution d’une nouvelle difficulté » ; en effet, à l’exemple de l’automatisation des tâches, le chômage est de cet ordre et comme le disait Georges Pompidou lors d’une interview : « nous en parlerons encore longtemps » ! en effet, on parle encore et encore.

Alors, y a-t-il une solution ? Tranche de travail et rondelle de repos, les parties d’horaires devraient être … tranchées sans plus attendre à la coupe… plus équitablement !

Ainsi nous aurions une certaine liberté de vivre et comme nous le dit si bien La Bruyère : « la liberté n’est pas oisiveté ; c’est un usage libre du temps, c’est un choix du travail et de l’exercice : être libre en un mot n’est pas ne rien faire, c’est être seul arbitre de ce qu’on fait ou de ce qu’on ne fait point » !

©Max-Louis MARCETTEAU