Tu es devenue …

Oeuvre de Stephen Elvidge

Oeuvre de Stephen Elvidge

 

Tu es devenue morte saison, cercueil de feuilles,

Ton terreau ne servira pas les asticots au seuil

D’un Paradis de légumes, ils creusent les galeries

De tes rides, les chairs moites comme un nid

Abandonné, ils te déshabillent à la froide nuit,

Aux corps à corps avec tes rêves seule tu jouis,

Et les parfums de tes amants alarment les cris

De tes fibres essoufflées tiennent la panoplie

Tels des pantins, ton fil de vie vient d’être cueilli.

 

© Max-Louis MARCETTEAU

J’attends ?

 

Je passe mon temps à attendre. L’attente immobile, l’attente qui n’est pas mon oncle diront certains. L’attente qui n’est pas du camping est un sarcophage. Et ce dernier ne fait pas partie de la famille des macrophages. Non. Ni d’un pseudo président qui se transformerait aux jours de pleine Lune en un loup garou pour termites égarés, ni chômeurs, d’ailleurs. Quoi que…

Ce n’est rien d’attendre. Ce qui est difficile c’est d’être opérationnel au moment où l’action pointera le bout de son nez. Et pas frileux, ce nez. En plein dans le pif, l’action en question. Et là, il faudra assurer. Et pas question d’être le dernier des derniers pour faire bonne figure. Pas de pifomètre. Non. De la tenue, de l’audace sans piment. Du tact, de la diplomatie, et le cœur avec soupape de sécurité s’il vous plaît. C’est pas le moment de taper un infarctus entre deux mots échappés d’une voix d’outre-tombe.

En vérité, et je reviens sur ce que je viens d’énoncer, attendre est un calvaire. Un seul ? Non. Une succession de calvaires. Une plaie, pour chaque jour. Et pas d’urgentiste pour colmater ce sang d’espoir hémorragique qui n’a pas de plaquettes pour réparer. Le miracle est que l’espoir est toujours vivant. Les années passent et je suis devenu un écorché vif. En coupe, en travers, de face, de dos, bref la totale. Pas beau à voir. L’humain est solide tout de même. Il supporte l’insupportable. Cet instinct de survie, une extraordinaire invention du vivant. Mais que de souffrances !

J’attends. Comme si j’étais seul à attendre. Et elle, elle attend ? Pas sûre. Sans attente pas de manque. Pas de manque pas d’angoisse. Pas d’angoisse, pas de médicament. Pas de médicament, pas de problème. Pas de problème, pas de vie ?

Je suis mort ?

© Max-Louis MARCETTEAU

La vie dans un entonnoir.

Oeuvre de Alexander Shubin

Oeuvre de Alexander Shubin

          La vie dans un entonnoir, les mots surnagent… muets.

— Demain probable !

— N ’empêche que… !

          (long silence)

— La vie…

— … Un jeu de quilles.

— Quille, brisée, j’en perds l’équilibre… à en perdre la boule.

— Boule de billard ! Attention au jeu du chirurgien en quête de sauver.

— Sauver ? Toute vie finit par un linceul. A table les vers !

— Vert l’habit du bistouri au noir scalpel, il n’y a qu’un fil.

— Fil du souffle coupé, les fibres sont froides.

— Fibres de tes lèvres.

— Lèvres du désir morbide, le vent automne les grouillements des vers.

— Vers sur le pied de l’appétit, le terreau est bientôt prêt.

— Tiens-moi la main, les derniers os viennent de prendre le large.

— Large est la croix des souffrances qui contient des rancœurs.

— Rancœurs d’hier comme neige, gèle le présent, l’avenir.

— Avenir, tu prends les premiers récifs aux premiers mots.

— Mots, tu mords à l’éclosion du premier souffle. Ne crie plus, l’orage arrive.

— Adviendra la pluie et son tambour. La peur s’éclaire. Viens, ne restons pas sous cet arbre de mort.

— Mort, comme une renaissance. Je l’attends, nous l’attendons. Jamais nous ne serons séparés.

— Séparation : quel est ce mot, Mon Amour ?

©Max-Louis MARCETTEAU

8ème mois avec Toi

Wild West by Igor Sapozhnikov

Wild West by Igor Sapozhnikov

Aucune vie ne viendra nous faire revivre ce qu’hier
Otage des souvenirs Nous donna à ciel ouvert
Une part précieuse, infime mais intense lumière,
Tenue un instant de ce A de l’Amour tout solaire !

Du réconfort des mots

Oeuvre de James Ng

Oeuvre de James Ng – http://jamesngart.com/about.html

Blog Palette d’expressions : contrainte d’écriture. Et voici le texte 🙂 :

Aujourd’hui, je suis allé au cimetière nommé : “A la quadrature des Âmes”. Le fossoyeur de service est une ancienne connaissance qui a écrit un livre intitulé : « Raconte, raconte tous les miracles qu’il y a eu ici aussi » aux éditions Les Fêlés de l’Ossuaire. Cet homme de bien ressemble à si m’éprendre au sosie du croque-mort dans la bande dessinée de Lucky Luke. En vérité, ce n’est pas pour lui que je suis venu. Non. Je reviendrai d’ici un certain temps pour m’entretenir personnellement avec lui. C’est suite à lecture de son passionnant livre, que j’ai voulu voir de mes propres yeux ce texte de rédemption inscrit sur une pierre tombale en marbre rose. Je vous donne ici le texte intégral.

« Je t’aime comme le premier soleil noyé dans l’océan
Tu as caressé l’espoir
J’étais une éternité de lumière dans le néant
Tu as scintillé
J’ai pris vie
Tu as appelé
J’ai bâti les premiers cristaux de notre Amour
Tu as levé l’encre à ta bouche
J’ai écrit nos premiers mots
Tu as dessiné mes courbes avec tes yeux
J’ai lettré ta forme idéale
Tu as souri à la première marque de rougeur sur mes joues
J’ai compris que le néant allait enfin disparaître de ma vie
Tu as mesuré le temps au sablier de l’impossible
J’ai ouvert mes bras
Tu as fondu en moi comme une onde
J’ai tremblé de ma terre
Tu as fleuri »

Il n’y a pas de nom sur la tombe. Non, vraiment. C’est ce qui est étrange. Mais qu’importe, j’ai ressenti une alliance des cœurs, et cela m’a bouleversé. Oui, vraiment. Et je ne suis pas du genre à me laisser attendrir.
Bref, pour commencer notre première réunion de fin d’été, j’ai eu ce besoin de vous faire part de ces mots d’optimisme car comme vous le savez, dans notre métier, d’équarrisseur de l’Enfer, il est bon de garder le moral.

©Max-Louis MARCETTEAU 2017

Ah ! Plume

 

Oeuvre de Rafal Olbinski

Oeuvre de Rafal Olbinski

Quand il ne reste que la plume,

D’une vie égarée et son écume,

Les mots consolent du fruit acide

De l’angoisse et des terres arides !

© Max-Louis MARCETTEAU

La Vie n’a pas de desseins

Dessin de Peter Arno

Dessin de Peter Arno

Toute vie est intéressante à qui sait s’en servir.

Hélas l’usure fait son office sur les limes traversières des obstacles du destin. Encore faut-il y croire à celui-là. Mais pour celles et ceux qui s’y accrochent comme une trame, il y a toujours la poule d’eau qui vient chahuter la route, avec son nid. Et s’il n’y avait qu’elle !

Non, il y a l’ectoplasme de service, un vieux souvenir douloureux qui traîne et que l’on bouscule par hasard entre deux pensées de déprime passagère. De plus, certaines vies ont un goût de potiron mal cuit dans la marmite d’hiver.

Pourtant, ces vies n’ont-elles pas, chacune, une pépite qui vient briller comme soleil un jour d’automne qui ne sait plus s’il n’est pas entrain de virer sa cuti, entre été pluvieux et hiver monotone, au tintement d’un tambour de tempêtes ?

Quoi qu’il en soit personne n’aura l’outrecuidance de dire qu’il est nyctalope dans les desseins du destin, même si, le médium à tête de roseau, d’un ton grave nous plante son avis aigu entre les oreilles pour nous avouer qu’il y voit des bons ou mauvais augures.

Pour ceux qui sont fatalistes, leurs ailes de vie sont identiques aux autres bipèdes pensants et l’écume des embrouilles et difficultés de tous genres ne sont pas plus gargantuesques que la moyenne des existences. On peut supputer que les monothéistes n’ont rien à craindre de la castagne des aléas qu’ils subiront le moment venu, l’os orbital mieux placé à la droite ou la gauche (selon l’angle de vue) d’un divin personnage de forme fractale.

Et pour tous les autres, le désœuvrement est possible. Ils n’auront que l’alène pour recoudre leurs blessures avec le linceul de bure de service. Tout cela est bien présomptueux. La Vie, elle, n’a rien à voir avec la vie. Elle vaque à ses occupations, tel le triton, à chercher sa nourriture pour vivre.

Amen.

© Max-Louis MARCETTEAU

 

Trop tard

Terre dans son berceau de nuage -Namaste - du télescope Hubble

Terre dans son berceau de nuage -Namaste – du télescope Hubble

Hier

L’humain et ses grands projets suintèrent la Mort

Aux bouts de leurs doigts comme des baguettes

Maléfiques et fabriquèrent le progrès, jusqu’alors

Compatible à son épanouissement sur la planète !

Aujourd’hui

Ses Vérités sont légendaires. Seul maître à bord

Sur la Terre, il conçoit sa Vie et se fait référence

Jusqu’aux moindres atomes. Le sot ! Il déflore

En bulldozers, en expériences, sa Providence !

Demain

Le soleil écartera les draps blancs des nuages,

Un matin de cendre sur la Terre apocalypse !

Le silence épongera les derniers cris de rage

De la Vie touchée au cœur de son intime gypse !

©Max-Louis MARCETTEAU

L’utopie

Photographie Max-Louis Marcetteau - 2016

Photographie Max-Louis Marcetteau – 2016

Il faudrait une mort sans souffrance,

Une survivance sans décadence,

Une blessure sans plaie,

Une vie en craie !

© Max-Louis MARCETTEAU

 

A la vôtre …

Photographie de Patrizia Burra

Photographie de Patrizia Burra

Ce soir, je me sens triste comme une patate ébouillantée. Je tourne en rond entre deux neurones qui jouent au badminton. Les feux sont éteints en moi.

Les feux de quoi, d’ailleurs ? Les feux de l’amour ? Non. Les feux de vie. Ils sont éparpillés sur des plages. Les vagues n’ont rien effacé et le sable en à garder les empreintes. Étrange de vivre comme un marbre qui se désagrège.

Écriture de l’ennui. Écriture de nuit. Écriture polie. Écriture qui ne sait pas quoi faire de son encre et au lieu de sécher, elle teint des lignes qui ne demandent rien. Ou, si, de naître. Une ligne vierge est une ligne en devenir. Un embryon en gestation, congelé.

Étrange comme le sens de ses phrases n’avouent pas le sens de ma pensée. Ma pensée n’a pas de sens. Ma vie est une savonnette, elle me glisse entre les doigts, fait des bulles et qu’est-ce qui reste ? Un homme propre ? Non. Quelques ramettes de papier. Des bulles d’encre, séchées.

On n’est jamais au fond du trou tant que la dernière pelletée n’a pas recouvert la dernière rainure de bois.

©Max-Louis MARCETTEAU

 

Ah ! Les casseroles !

Oeuvre de  Guillaume GRIMAUD

Oeuvre de Guillaume GRIMAUD

Je traîne des casseroles usagées dans la cuisine de ma vie.

Je n’ai pas de poudre à récurer assez puissante, pas de lave vaisselles industrielle pour nettoyer ces souvenirs écorcheurs d’âme, accrochés au fond de chacune d’elles (et ne parlons pas de l’huile de coude.) Je ne peux pas m’en séparer, tout juste les gommer pour quelques-unes. Il reste, pourtant en filigrane des effets qui font mal au cœur. Les envoyer à la première déchetterie venue m’est impossible. Je suis attaché à elles comme le ciel aux nuages. J’ai enfermé certaines dans un placard de ma cuisine à double tour (imaginez la cuisine d’un homme, si le confort est présent, l’entretien laisse à désirer). Elles sortent à un moment inattendu, par une nuit bien noire, un style de noir que même le fantôme de service n’ose pas s’y aventurer, et viennent frapper aux portes de mes rêves pour créer un champ de cauchemars, d’angoisses qui me réveillent couvert d’une sueur qui ressemble à de l’huile de friture.

C’est pour cela d’ailleurs que je dors seul. J’ai du mal à concevoir qu’une femme puisse supporter une telle odeur de cuisine dans une chambre à coucher, même si je devais l’équiper d’une hotte aspirante hyper puissante (la chambre pas la femme). Autant une vie est longue, autant elle apporte de casseroles. Ce qui présage une suite aléatoire de mauvaises nuits. Ce qu’on appelle couramment une nuit blanche. D’ailleurs je ne vois pas le rapport, si seulement la lampe de chevet est blanche. La mienne est rouge. Oui, cela permet lors du réveil de ne pas être ébloui. Cette atmosphère est propice au calme. Et ne me dites pas que cela énerve. Le taureau, par exemple, est insensible au rouge. Il l’est, part l’ondulation du rideau rouge du torero comme je le suis de ces souvenirs qui écorchent mon âme.

Un homme a une âme, mesdames, un cœur et le reste qui va avec. Ce n’est pas simplement qu’une mécanique qui pavoise et sert d’ustensile (pas de cuisine). D’ailleurs en écrivant cuisine, je viens de m’acheter une nouvelle casserole. J’espère qu’elle ne rejoindra pas ma collection de casseroles usagées.

Pour cela j’ai pris la précaution d’appliquer un adhésif spécial anti-souvenirs cuisants.

©Max-Louis MARCETTEAU

Un couple d’arbres

Oeuvre_de_Claude_Monet

Oeuvre_de_Claude_Monet

Un arbre rencontra par un jour de grand froid un autre arbre !

Seuls dans la steppe, il n’y avait qu’une brassée de racines

Pour s’allier dans ce moment difficile, ne pas mourir au marbre

Hivernal, ce pourvoyeur de sommeil tombal comme la morphine.

Le premier contact était doux ! Curieux. Insaisissable par émotion.

Chacun, rhizome à rhizome tricota un solide lien. Nourriture à deux,

Ils étaient uniques dans le mot unique. Ils dominaient la sensation

D’être seuls pour être singulier, indéracinable, en un mot : heureux !

Branches en branches, feuilles en feuilles, les éléments se soudent !

Le Temps apparaît différent. Le Temps n’a plus les mêmes secondes !

A deux le Temps se présente éternel ! Une sève nourricière coule

Dans les membres qui résisteront aux rudes semaines du monde !

Et puis un jour de tempête, l’un d’eux se déracina comme une dent.

Laissa une terre retournée. Son agonie dura un printemps. Lentement,

L’autre se détourna, pris un chemin de traverse, s’écroula très loin ;

Ses branches s’enroulèrent et son tronc s’enterra dans un bain de. . . chagrin !

©Max-Louis MARCETTEAU

Dis-mois

Oeuvre Rene Magritte Three Nudes in A İnterior 1923

Oeuvre Rene Magritte Three Nudes in A İnterior 1923

Dis-moi lycéenne au parfum de printemps
Que rien n’échappe, lorgne les arrondis
De ton amie parfaite à croquer des ans
Découvre les tentations de son circuit !

Dis-moi jeune femme, tu goûtes les joies
De tenir la main d’une femme à la jupe
Trop courte, au décolleté tout en émoi,
De ses attentes, non, tu n’es pas dupe !

Dis-moi femme, tu t’es mariée un jour,
Incertaine, à l’alliance devenue chaîne.
De ton sillon en labour est né l’amour
De tes enfants et tu cherches ta reine !

Dis-moi femme d’âge mûr, tu prends
Un tournant de ta vie, affamée de vie,
De source féminine, éternel tourment,
Tu soumets ton désir brûlant à l’envie !

Dis-moi vieille femme, tu as cousu
Tes larmes de regrets sur tes seins
Abandonnés à tes caresses déçues,
Et tu fermes les yeux sur un jour sans teint !

©Max-Louis MARCETTEAU

Vieillesse

Karkonosze Mountains, Poland. Photo by Piotr Krzaczkowski

Karkonosze Mountains, Poland. Photo by Piotr Krzaczkowski

Le regard de la vieillesse s’étend dans les fibres du souvenir comme un livre

Aux quatre-vingts chapitres que la mémoire efface, parfois en des lignes trop légères !

Qui prendra un jour le temps de restaurer tous ces livres qui sont partis sur le givre

Du dernier hiver, si ce n’est nous, les plus jeunes, les plus aguerris, pour tenir, fiers,

Le crayon de l’histoire, de l’anecdote, du plaisir de partager, la joie ou la peine

Qui a parcouru les années de ces humains d’une génération qui sera à jamais raturée !

Prenons ce temps, prenons ces heures, prenons l’attention de prendre par la main la sereine

Grand-mère, le triste grand-père, écoutons, écrivons ces derniers Livres de notre Éternité !

©Max-Louis MARCETTEAU