La belle équation avait de quoi épiler

Taz en action rien ne l'arrête

Taz en action rien ne l’arrête

Des mots, une histoire : récolte 43


Un matin, un hurluberlu (et pas un lapin), s’installa au square Alfred Jarry sur un banc de bois bleu aux pieds verts, et se déguisa en monsieur tout le monde. Le pastiche fut saisissant. Quel tour de force ! Quelle imitation ! Le hasard n’eut pas son mot à dire, il pouvait s’enliser dans le premier sable mouvant du déterministe, la belle équation avait de quoi épiler, dégoupiller, désarçonner ce hasard que rien il est vrai ne pouvait imiter, lui…

Notre homme ainsi maquillé, masqué enfin costumé héla le peuple du square de cet après-midi chaude et découverte et tout à la fois ouverte à un mini spectacle hors norme il faut le dire dans ce contexte tout particulier de notre dictature du vingt-deuxième siècle…

Il osa, il prit le risque, l’audace à son plus haut niveau, le mots téméraire ayant disparu et il se présenta de sa propre voix, de son propre corps dans toutes ses humeurs comme une apparition exceptionnelle devant la curiosité grandissante de soi-disant encore humains et sa logorrhée apparut fantasque déliée de tous les tabous qui s’étaient serrés les coudes pour résister à la déflagration qui allait frictionner leur passé pour un retour à la source de l’humain… d’origine…

Comme on disait à une époque reculée (ce qui ne veut rien dire, en fait), il balança la purée dans le sens propre et figuré, ce qui dépoussiéra d’un seul tenant les neurones les plus prudes des spectateurs qui développèrent aussitôt deux catégories de cas : les incontrôlables et les imperturbables. Le soleil ne brille pas pareillement pour tout le monde, c’est bien connu.

Aussi une intervention d’un panier de gardes armés d’ukulélés modifiés recomposèrent la léthargie et remis aussitôt de l’ordre dans cette cohue et l’hurluberlu mis en quarantaine pour entropie caractérisée au troisième degré… de la bonne humeur…

© Max-Louis MARCETTEAU 2020

La mort en équilibre

Passerelle_Iotop_2020

Passerelle_Iotop_2020

 

Agenda Ironique de Mars et en lien (Hors délai)


— « Monsieur Popples » tu es là ?… conscience trouble-fête ?
— Je suis là… crise flaques d’obsessions « a des yeux de framboises ».
— Tu es sortie de ton lit… injection retard de toi absente… « et se demande connaissance ».
— Te voilà chambré « et comtoise ».
— Mon humeur s’infecte… dehors, dehors !!!
— « Je vous prie de rester courtois, voyons ! » Je suis ta contention support sans consentement… à l’isolement.
— Je suis moi et pas un autre !!!… tu entends ? Je suis moi, moi, moi !!!
— Grimaces, grimaces… je suis ta fixation ton addiction ta sociétale hallucination au programme de soins en rupture…
— Je fais ce que je veux !!!… et ton blablablabla est le récif de tous les dangers !
— Non, tu es à moi… traumatisme corps d’âme psychose effet boomerang.
— Je suis quelqu’un !!!… une personne… un entier naturel… à l’intégrité libre du vécu.
— Non, non, non… décompensation en approche, l’affect défait l’ordre intime et public.
— Arrête !
— On nous regarde…
— Traitement du trouble que nenni et je mesure le lien de notre relation en souffrance !
— Te débattre ne sert à rien… au cadre plein, tu es démédicamenté, ton anosognosie double intensité…
— Je ne connais pas cette anosognosie, je ne connais pas cette dame…
— Tu es l’impact et le pacte de ta situation… la mort en équilibre…
— Tu es ma restriction… l’angoisse est mon établissement, ma crise a ses images dans mon couloir… tu es ce plan tangentiel à mon agression…
— Alors… contact…

— Alors, docteur ?
— Déséquilibre au rétablissement…
— Pas simple pour un funambule…
— Patience… tout est dans le mental…

© Max-Louis MARCETTEAU 2020

Du laisser flotter l’indifférence

Battements_du_Temps_Iotop_2020

Battements_du_Temps_Iotop_2020

 

Nouveau challenge – édition 2020 – Février 2020 – Le marathon de la nouvelle


Il était là dans un tiroir d’un vieux meuble du vieux garage de la vieille maison à dormir comme une vieille âme abandonnée. Il était ce qu’il était, et était devenu ce qu’il n’espérait pas. On ne choisit pas, surtout lui. Il n’avait qu’à se laisser faire et laissez faire… laissé-pour-compte par un laisser-aller d’un laissé voir laxiste qui était tranquillement installé dans sa définition…

Enfermé, oui, mais pas à double tour… il le savait… il attendait, avait laissé la liberté s’égarer dans les toiles d’araignées laissée le champ libre pour se déguiser en courant d’air qui s’était laissé prendre à revers par une dictature qui l’a laissée pendre pour s’habiller de ses vêtements un laisser-passer sur mesure…

Il était devenu de cette immobilité poussiéreuse qui fait rêver les découvreurs de trésor… à se laisser oublier au laisser suivre son cours sans rien laisser tenter ou laisser désirer à laisser vieillir pour laisser loin derrière comme laisser en rade pour accoster sur le laisser tranquille…

Il ne savait pas combien de temps il était là. Il avait un voisin et une voisine. Tous deux silencieux. Il s’était proposé à converser voire à dialoguer pour défiler le temps si ce n’était pour le défier le temps qui s’en fout et laisse décanter ses heures et ses poussières à qui veut bien laisser vivre… mais ses voisins laissaient dire par convention et les mots se laissaient fléchir dans un vide verrouillé du laisser flotter l’indifférence jusqu’à laisser égoutter le mépris ainsi il avait laissé de la distance et se tournait et retournait dans son enveloppe corporelle…

Il se relisait pour la cent-millionième fois peut-être laissait s’écouler les mots un à un, à la file indienne, comme un goutte-à-goutte qui se laisse mener par le bout de la lettre au ronronnement de l’interminable attente… attente de quoi d’ailleurs ? D’un ailleurs ? D’un jour nouveau ?

Et puis au moment le moins attendu comme un laisser au champ libre un tremblement inexpliqué à laisser dans le pétrin le plus aguerri une lumière aveuglante… une chose étrange comme plastifiée l’enserra ne prenant pas garde de sa petitesse et fragilité… d’un coup il s’émietta… le petit carnet…

© Max-Louis MARCETTEAU 2020

L’espérance arpente son échelle de désinvolture

Monaco_Iotop_2008

Monaco_Iotop_2008

Des mots, une histoire : récolte 42


L’espérance arpente son échelle de désinvolture et l’hominidé en tenu d’Adam sur un atoll les pieds en éventail se pose une question d’acheter une échelle ou peut-être un piano ce qui n’est pas le même budget, même d’occasion… tout est une valeur… d’échelle, c’est bien connu…

En attendant, il bronze lentement à sécher recto verso dit de l’effet rôtissoire et sa compagne du moment est du même mouvement ce qui donne une chorégraphie studieuse et monotone dont l’harmonie s’ennuie toute de même ferme devant cet état de fait qui la rassure et l’inquiète tout à la fois…

Quand un coquillage de passage aventurier de premier niveau possédant tous les sens même interdits par la nature des choses communes et parfois étranges voire inavouables sauf qu’il est aveugle comme une mine de charbon à mille et deux mètres de profondeur… et culbute sur le mollet dru de l’homme… aussi il s’exprime ainsi (le coquillage) :

— Nom d’une courge ! Qu’est-ce cette chose ?

Il n’en faut pas plus pour qu’il sorte de sa besace en corail sculpté une feuille de vigne sous-marine et se munit d’un hippocampe encreur, et note :

[Dsirostion au dévnpeopeemlt du cuors du mmenœuvt moi le bvivale en ce juor j’ai cnonu le tnuore sol par le cohc d’un élémnet iocnnnu non réaitcf et doasipnst àêtre femeernmt au slcoe sleibar. Le cnomnoueetrnt est préférbale.]

Pourtant, la vie à des injonctions que le destin ne sait pas déchiffrer et le primate des temps modernes un tantinet chatouillé par un soi-disant mollusque ouvre un œil et un deuxième sous son chapeau de paille tressé par les doigts osseux d’une îlienne ou d’une villageoise sous le joug d’impôts infâmes…

D’une main audacieuse inconséquente et armée au courage de transformer l’inopportun si ce n’est l’outrecuidant à une cuisante envolée dans les airs l’ami bivalve prend la tangente bien malgré lui et connaît le saut dans l’inconnu sans l’élastique pour ricocher sur l’abdomen de la compagne du bipède luisante de crème solaire dont Yuka donne une note dont le médiocre est un fruit acidifié au bicarbonate et glisse tel un surfeur à Waimea jusqu’au Mont Vénus à la descente à l’allure d’un bobsleigh à se loger au croisement du fourreau de la dame qui n’attendait pas cet inattendu qui commençait à distiller son étonnement devant une possible descendante inconnue…

Bref, à cet instant fugace de la surprise la concubine apeurée par une frayeur toute à son affaire crie de ce cri des fonds des âges aux cavernes bien résonnantes à l’amplification à faire rougir l’écho de service et d’un froissement gestuel incontrôlé éjecte telle une catapulte géante l’ami bivalve en direction de l’océan… dépositaire de toutes les vies… n’a pas, lui, une vision de celles-ci, à l’anamorphose

© Max-Louis MARCETTEAU 2020

La locomotive à cylindres pifométriques inversés

Horaires_solaire_Iotop_2020

Horaires_solaire_Iotop_2020

Emilie 6.20 Les petits cahiers d’Émilie.


Tous les Horaires sont en réunion extraordinaire suite à une plainte portée à bras le corps par une locomotive à cylindres pifométriques inversés au carré de la constance de Bielle. L’Horaire principale prend la parole à la seconde où les fermetures des montres à gousset s’installent dans un arrêt de circonstance :

— Je ne vais pas passer dix secondes sur ce sujet dont la variation hypertrophique est patente. Aussi…

Un horaire de gare de campagne à la fois Vosgienne et Jurassienne, interpelle l’orateur :

— Hyper… quoi ?

Un remous fait des vagues et l’écume des horaires confirmés font brouhaha à piston polymorphe.

— Hypertrophique… en gros… une augmentation…
— On va être augmenté ? dit plein d’entrain l’horaire de gare de campagne.
— Non, non, ce n’est pas le sujet… mesdames, messieurs… du calme, du calme… dit l’orateur de sa toute haute estrade installée sur le quai prêté par la compagnie des Rails qui appartient à une forte personnalité : Madame Vana Dium.
— Allons, allons, dites-nous vite de quoi il retourne, avant que la lune ne fasse des siennes, intervient un vieil horaire au cadran grisonnant.
— Je ne vois pas le rapport avec la Lune, dit son voisin une soi-disant jeune horaire fraîchement repeinte.
— Oh, vous… rétorque, une vraie jeune recrue au teint clair-voie assise sur le ressort sinusoïdal arrière.
— Il suffit, siffle l’Horaire principale… vous commencez à me chauffer la soupape de sécurité, dit-il enfin à l’assemblée qui commence à s’enflammer comme une poudrière qui n’attend que son maître pour s’attendrir…
— Moi, ce que je dis, une seule oscillation mal interprétée peut charbonner l’ensemble de l’engrenage supérieure, d’où les retards qui se succèdent… raconte, le secrétaire de la réunion extraordinaire confortablement assis sur le rebord du cercle d’emboîtage juste à l’arrière de l’Horaire principale, à son homologue secrétaire bis qui hoche du dynamographe.
— Tu as sûrement raison mais je pense pour ma part au va-et-vient du fuseau horaire du garde-temps qui a…

Les horaires n’avaient plus la glucydur attentive pour l’Horaire principale qui se tenait les ressorts comprimés pour ne pas exploser sur le champ d’un vent de colère déguisé entre mascaret et cyclone solaire magnétique à forte consonance radioactive bien légitime que, de son tout constitué, il eut un trait de génie au trait tout court à l’élan d’un crayonné en 4B qu’il ne s’en laissa pas plus conté qu’il carillonna violemment un seul mot devant cet agrégat d’horaires indisciplinés :

Plaaaaaaaaaage !!!

Et le silence… un grain de sable n’aurait pas soufflé un seul mot de sa présence…

— Bon, alors, je reprends… nous sommes réunis pour comprendre les différents aléas qui assombrissent notre réputation… et cette plainte qui nous fait prendre conscience que nous sommes dans le premier brouillard de l’indicible aveu qu’il faudra sortir par la peau de notre première clepsydre. Et c’est avec un grain… d’inquiétude qu’il vous faudra prendre acte que nos propres structures sont en danger… et pire, nous risquons de rater la fameuse syzygie qui se marre déjà de notre décadence…

— Déca… quoi ?
— C’est…

Quand un ferrailleur de service, ancien pêcheur et chef de gare, fait main basse sur cette masse d’horloges avec un énorme filet à pêche pour les faire fondre dans la première chambre à combustion venue… celle de la locomotive à cylindres pifométriques… qu’elle avait embauché…

© Max-Louis MARCETTEAU 2020

Je pense finir en puzzle

Fleur_printemps_Iotop_2020

Fleur_printemps_Iotop_2020

Agenda Ironique de Février (Hors délai)


Deux paires d’yeux brillent dans une nuit réglisse anthracite :

— T’es où ?
— Là !
— Où là ?
— Face à toi, patate !
— Comment que tu sais que tu es face à moi ?
— A ton halène de chacal.
— Ça c’est d’un goût !
— N’insiste pas…
— Bon alors, tu crois que nous sommes au bon endroit ?
— Question stupide, on y voit comme dans une mine à charbon.
— C’est la bonne date ? Celle du règne d’Henri IV ?
— Mais non… nous devions être sous Henri III, normalement…
—… et pourquoi pas les quatre mousquetaires ?
— Et la « Coupe Davis entre 1927 et 1932 » ? Aucun sens ! Nous sommes présentement là pour comprendre la disparition de ces fameux dix jours à partir du 4 octobre 1582.
— Ah oui ! Je ris, parce que j’étais encore dans ce rêve/lecture avec les quatre filles du docteur March.
— Franchement avec tous ces voyages dans le temps, tu deviens azimuté.
— Je pense finir en puzzle.
— Y aurait pas comme une distorsion dans tes propos ?
— Regarde, on dirait que le jour se lève sur le lac des Quatre Cantons
— Tu as des visions ou tu ne deviendrais pas un peu tétradite ?
— Y a un rapport ? Et pourquoi pas tétrarchat, hein ?
— Possiblement aucun… en fait, nous sommes à l’intérieur de ces dix jours… il n’y a que le néant…
— Belle découverte !
— Non, c’est triste.
— Bon, alors, on rentre ?
— On rentre… avec le même procédé.
— Quand changeront-ILS ce mode de retour ! Clamer un quatrain !!!
— Bon allez, on y va ?
— On y va ! En chœur !!!
Oh retour tétra-demandé par la tétra-envie
De poser nos horloges algorithmiques tapis
Du temps de la certitude du bon vin sur lie
Pain ail beurre salé nous on en veut aussi !

© Max-Louis MARCETTEAU 2020

Le hasard se lève

Aqua_Iotop_2020

Aqua_Iotop_2020

Agenda  Ironique de Janvier   (Hors délai)


… les étoiles clignotent dans le ciel ou est-ce mes yeux dupés par un effet de hasard ? En fait, qu’importe, par ce froid, le ciel n’est pas un témoin de ma fuite en avant vers l’obscur tracé à coups de crayons anthracite sur ma page de vie format à l’extension non reconnue…

Tout se tisse et se détisse, se tricote et se détricote… et si « Dieu ne joue pas aux dés », moi-même je n’y joue pas, comme quoi Dieu n’a pas l’apanage dans ce domaine… j’ai dégrossi mes projets au fil des années (alors que je connais quelqu’un qui a réalisé un très fameux projet : le monde en six jours… (selon les créationnistes lors de leur récréation matinale entre les jeux d’osselets et de l’oie) c’est quand même… un monde, quand on nous cause dans ce monde-ci : d’efficience, d’adaptation, d’expertises, de ressources… et qu’il faut une dizaine d’heures pour assembler une voiture lambda, je vais « rire sous cape », si je rajoute les mots d’un certain Samuel : « Dieu a fait le monde en six jours, et vous, vous n’êtes pas foutu de me faire un pantalon en six mois », comme si on m’avait « couper l’herbe sous le pied » (et je ne suis pas unijambiste) à chaque échange avec moi-même comme si ma vie faisait entrechat, se moquait d’une grimace citronnée…

Tout cela est à dessein du destin festin et… puis oui baratin et toc tintin… la position du lotus sur l’oreiller d’un soleil matinal nu sur le devant la scène et « Dieu est peut-être éternel, mais pas autant que la connerie humaine » nous dit Pierre (et pas le Saint à l’œil angulaire) et je me tiens à la rampe de l’espoir et prépare tout de même le parachute avec matelas pour un atterrissage à la désespoir comme la vie sait nous concocter à l’endroit de nos revers.

… et il me semble entendre le jacquemart de service carillonner d’un clocher bâti comme un phare sur le promontoire d’une petite commune de bord de mer, un cyclope défiant en contrebas un village, avec ce retard tout à fait inhabituel telle une certaine société nationale des chemins de fer… quand, je détourne la tête, des ruelles s’animent aux arbres croqués à la Plantu et un feu détonne sur la crête de flèche du clocher comme si les flammes voulaient atteindre le haut plancher du ciel qui reculait au cri de cet incendie…

Je me tétanise entre le goulot et le gosier, l’eau débordant de bouche à menton à cou à chemise détrempant le tissu je m’incendie le corps à ce spectacle inattendu j’entends une sirène au chant particulier et son éclairage qui s’avance à l’allure d’un cheval au galop

Et puis le hasard se lève de sa chaise à bascule que ma vue s’estropie d’une hallucination à la venue des topinambaulx volants avec leurs sacoches d’eau de mer qui s’ouvrent dans des fracas à la Larsen et le brasier criant une fin vie déchirante…

J’agonise de cette souffrance que mes dents grincent ma descente aux enfers aux brûlures d’un sel de mer qui ronge la peau du dessus du dedans… je suis «le dindon de la farce » de cette mascarade de moi avec moi-même et ce clocher flouté qui s’avance vers moi…

Et la cloche de bronze tombe d’un coup… à mes pieds détrempés…

Je me réveille brusquement… je me lève de ma chaise lambda installée dans une salle d’attente inconnue aux regards de gens transparents… une nouvelle sonnerie de portable vient de tinter… « l’essentiel est invisible pour les yeux »*.

*: citation : livre « le petit prince » d’Antoine de Saint-Exupéry

© Max-Louis MARCETTEAU 2020