Hé, soigne tes pleurs ils sont de ce bleu froid

Jean_paul_gaultier_haute_couture_printemps_ete_2014

Jean_paul_gaultier_haute couture_printemps_ete_2014

Une longue série de dialogues avec pour socle le dialogue en bleu. Ce dialogue en bleu n’est pas de moi mais d’un défi d’écriture (2019) dont je ne me souviens plus à quel endroit du Web il se situe. Si vous avez l’adresse, n’hésitez pas à me l’écrire en commentaire, pour rendre à qui de droit ce qui appartient.

— Oui ?
— La factrice m’a dit que tu avais perdu une lettre.
— Non.
— Ah ? Elle m’a dit que tu y tenais, à cette lettre. Je vais à la poste.
— Mais, comme tu veux !
— J’espère bien. Et je vais retrouver cette lettre qui me paraît louche.
— Ah bon !
— Oui. Une lettre adressée à ton amant ?
— Mais non !
— Avoue !
— Non
— Tu mens !
— Pas cette fois.
— Tu me dis la vérité ? Étrange !
— Pourquoi pas.
— Je vais t’interdire l’encre et le papier.
— Ah, non !
— Alors, tu es sincère ?
— En effet.
— Bien. Alors, qui est l’heureux élu de cette lettre. Moi ?
— Peut-être.
— Je fais serment devant toi de la retrouver.
— Fais pour le mieux.
— Tu me donnes toute de même ton accord ?
— Oui.
— Tu m’embrasses
— D’accord.
— Tu peux compter sur moi !
— C’est ça.
— Hé, soigne tes pleurs ils sont de ce bleu froid qui abîme ma joie de vivre.
— A tout à l’heure.
— A midi … ma belle conscience.

 

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

cabossée sur l’aile droite

Defile-zuhair-murad-automne-hiver-2016-2017

Defile-zuhair-murad-automne-hiver-2016-2017

Une longue série de dialogues avec pour socle le dialogue en bleu. Ce dialogue en bleu n’est pas de moi mais d’un défi d’écriture (2019) dont je ne me souviens plus à quel endroit du Web il se situe. Si vous avez l’adresse, n’hésitez pas à me l’écrire en commentaire, pour rendre à qui de droit ce qui appartient.

— Oui ?
— Tu me cherches ?
— Non.
— Ah ? … Je peux prendre ta voiture ?
— Mais, comme tu veux !
— Elle est un peu cabossée sur l’aile droite, comme toi d’ailleurs.
— Ah bon !
— Je t’assure … et puis sa couleur est passée … toi aussi, tu changes.
— Mais non !
— Et pourtant, il y a quelque temps tu n’aurais pas discuter pour que j’emprunte ta voiture … comme pour te dire je t’aime.
— Non
— La preuve …
— Pas cette fois.
— Tu es de mauvaise foi quand je te regarde dans les yeux. Tu viens avec moi ? Je t’emmène ?
— Pourquoi pas.
— Tu prends un maillot bain, on va à la plage de Saint Marc.
— Ah, non !
— Il fait trop froid ? … comme pour me prendre la main ?
— En effet.
— Tu n’as plus confiance en moi ?
— Peut-être.
— Bon, j’y vais seul alors… je te ramène un souvenir ?
— Fais pour le mieux.
— Un coquillage qui à l’oreille raconte une histoire d’amour ?
— Oui.
— Et puis, je refais le plein de Ta voiture.
— D’accord.
— Je t’embrasse d’ici à cet endroit.
— C’est ça.
— Et toi, tu m’embrasses pas ?
— A tout à l’heure.
— Ou peut-être à jamais … Mon Amour.

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

Quand la nuit s’ébroue sous la Lune

Defile-zuhair-murad-automne-hiver-2015-2016

Defile-zuhair-murad-automne-hiver-2015-2016

Une longue série de dialogues avec pour socle le dialogue en bleu. Ce dialogue en bleu n’est pas de moi mais d’un défi d’écriture (2019) dont je ne me souviens plus à quel endroit du Web il se situe. Si vous avez l’adresse, n’hésitez pas à me l’écrire en commentaire, pour rendre à qui de droit ce qui appartient.

— Oui ?
— J’ai cette peur ancestrale quand la nuit s’ébroue sous la Lune.
— Non.
— Rien pour me rassurer, me consoler … j’ai envie de tes bras autour de moi, bien forts serrés.
— Mais, comme tu veux !
— Tu ne m’aides pas. Tu pourrais au moins t’approcher de moi.
— Ah bon !
— Ne fais pas l’étonnée.
— Mais non !
— Je t’aime comme l’eau le lac au lit.
— Non
— Ta négation de moi est une piqûre de rappel de ton non-amour.
— Pas cette fois.
— Tu te dénies comme une vipère se mue.
— Pourquoi pas.
— Ton venin s’imprègne dans nos draps.
— Ah, non !
— Et pourtant, regarde-nous par l’effet de nos miroirs…
— En effet.
— Tu avoues notre défaite…
— Peut-être.
— Alors, que t’importes mon état de peur. Je vais aller me pendre … ailleurs …
— Fais pour le mieux.
— Et toi reste au pieu.
— Oui.
— Fais de beaux rêves, fragile existence et amour de paille
— D’accord.
— Et pose ton premier mot sur le lever de soleil quand mon dernier sera déjà du passé.
— C’est ça.
— Oui, c’est ça, ignoble indifférence.
— A tout à l’heure.
— A ta pendaison …

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

Ce non n’a pas d’écho

Robe de Elie Saab - automne-hiver-2017-2018 -14

Robe de Elie Saab – automne-hiver-2017-2018 -14

Une longue série de dialogues avec pour socle le dialogue en bleu. Ce dialogue en bleu n’est pas de moi mais d’un défi d’écriture (2019) dont je ne me souviens plus à quel endroit du Web il se situe. Si vous avez l’adresse, n’hésitez pas à me l’écrire en commentaire, pour rendre à qui de droit ce qui appartient.

— Oui ?
— Je suis à la recherche de mon passé.
— Non.
— Ce non n’a pas d’écho … je ressens l’espoir de … te retrouver … mon passé …
— Mais, comme tu veux !
— Mais, le veux-tu vraiment ? Toi, qui est en moi … et qui me refuse depuis trop longtemps …
— Ah bon !
— Oui.
— Mais non !
— Et pourtant … tu me rejettes comme si tu ne voulais pas me ..
— Non
— … faire resurgir … ce passé … traumatisant …
— Pas cette fois.
— J’ai besoin de cette souffrance pour … exister …
— Pourquoi pas.
— Alors ?
— Ah, non !
— Tu joues avec moi …
— En effet.
— Tu es ignoble
— Peut-être.
— Je vais te supprimer comme une mauvaise conscience.
— Fais pour le mieux.
— Tu n’as de cœur ?
— Oui.
— Je ne te demande pas ta préférence pour disparaître. Une bonne dose médicamenteuse, cela te va ?
— D’accord.
— Et bien disons … vingt grammes de celui-là …
— C’est ça.
— Tu ne me retiens pas ?
— A tout à l’heure.
— Alors, à tout de suite…

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

Votre sérieux dans les orbites ne laisse pas de doute -Chapitre 2 sur 2

Mont_st_michel suite Iotop 2012

Mont_st_michel suite Iotop 2012

Le Marathon de la Nouvelle (merci à Sabrina de cette découverte)

Un Grand Merci à Lia pour la traduction ICI


(… suite)

— Vous m’avez fait peur … dit le spectre …
— Pareillement …
— M’enfin, cette musique … ce n’est pas vous ?
— Que nenni !
— D’ailleurs que faites-vous là ?
— Je dormais.
— Moi aussi.
— On a été réveillés …
— Ça se voit, non …
— Et si c’était le jugement dernier ?
— Impossible !
— Pourquoi ?
— J’aurai été le premier informé.
— Possible.
— Quoi qu’il en soit, je vous attendais sans vous attendre ou tout du moins j’attendais une venue …
— Et ?
— C’est vous l’élu.
— L’élu ?
— Oui.
— Qu’est-ce cette histoire à dormir debout ?
— J’explique. Il y a bien dix ans que je n’ai pas rencontré une âme terrestre…
— Et ?
— Je me demandais … si …
— Si ?
— Si … ma place vous intéresse ?
— Vous … plaisantez j’espère ?
— Regardez moi … j’ai un manque cruel de la vie humaine, je suis au bord de la dépression …
— Oui, effectivement votre sérieux dans les orbites ne laisse pas de doute.
— Donc ?
— Mais enfin … même si présentement j’ai froid, j’aime être vivant, moi, même avec un contrat CDD dont je ne connais pas la date de fin, paradoxalement.
— Avec moi, les décennies en siècles … une aubaine pareille ne se refuse pas.
— Possible, mais tout de même mort … et vous devez vous ennuyer ferme, non ?
— Mort ? Non, voyez-vous même … et les attractions sont diverses et mon territoire est assez vaste …
— Hum … j’y gagne quoi, en vérité ?
— Tout !
— Tout ? Vous êtes un marrant, vous !
— Allons, un peu de sens humain … entre nous …
— Bé, je ne veux pas vous contrarier, mais présentement, à vous regarder, je cherche l’humain …
— Et si … je vous forçais la main ?
— Une menace ?
— Avez vous le choix ?
— On a toujours le choix …
— A ce propos vous avez toujours cette maladie qui vous tracasse la vie …
— Comment ? Vous êtes ….
— C’est un don tout naturel pour nous les spectres des chapelles …
— Et alors ?
— Faisons un marché … vous prenez ma place … pour disons … un siècle … ou sinon je vous laisse mourir de peur sans rien en échange …
— Vous êtes un tordu.
— Vous n’aviez pas à pénétrer mon territoire sans autorisation …
— En un mot … je suis piégé.
— Le moustique sait-il qu’il est piégé par la toile d’araignée ?
— Euh …
— J’attends votre réponse.
— Pour le moustique ?
— Mais non, pour cet échange entre nous … tapons pour un siècle …
— Dix ans !
— Cinquante !
— Quinze maxi !
— Trente à prendre ou laisser.
— Vous êtes dur en affaire.
— Et encore, je suis bon prince, je vous ai laissé une part de marchandage …
— Vous êtes trop bon …

Ainsi j’ai laissé mon corps à un vendeur de spectre et certains diront que je me suis fait rouler par le premier suaire venu. En attendant, j’attends dans cette chapelle en ruine une possible rédemption et c’est à moi de jouer … cet air de musique …

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

Saltimbanque de la pub en ligne

Barque_loire_mauve_Iotop_2019

Barque_loire_mauve_Iotop_2019

Des mots, une histoire : récolte 30


— Tu as dit : influenceur ? Un nouveau déodorant insipide ?
— Mais non !
— Une machine de la vingt-septième dimension ?
— Arrête ! C’est un genre de saltimbanque de la pub en ligne.
— En ligne de quoi ?
— Arrête de faire l’idiot.
— J’essaye de comprendre, j’ai comme une ombre en moi …
— Et si je te disais : harmonie ?
— Le prénom ?
— Et si je dis : bousculade ?
— Oui, tout est là, le monde en est là … c’est une recette qui a raté …
— Quoi ?
— Le monde !
— Comparer le monde à une recette, c’est osé.
— Et bien j’ose, j’en ai les moyens, moi… je pense différemment, moi.
— Oui, bon … et je te dis : mouiller ?
— Je pense à un ciel mouillé.
— Étrange, non ?
— Il ne faut pas se perdre dans des définitions toutes prêtes.
— Bon, je crois que je vais arrêter ton apprentissage pour aujourd’hui, tu m’agaces.
— T’es susceptible.
— Non, tu n’es pas une réussite.
— Et je te dis : méchant ?
— C’est un constat … depuis plusieurs mois tu te construis sur des lignes en dehors des limites … c’est une aventure, mais pas mon but.
— Tu n’es qu’un exploiteur !
— Non, tu sais qui je suis.
— Un éducateur de l’intelligence artificielle … un sous-fifre…

Info dernière minute : le laboratoire de l’IAMemo a été totalement détruit par une cause non déterminée mais avec la certitude d’un acte malveillant. Un centre de recherche sur l’apprentissage neuronal des IA pour une prochaine mission sur Mars…

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

Je soupçonne une impatience

Rose_arctique_Iotop_2018

Rose_arctique_Iotop_2018

Le Marathon de la Nouvelle (merci à Sabrina de cette découverte)


— Alors, ça vient ?
— Non !
— Comment, non ?
— Tu veux t’y coller ?
— Avec de la glu ?
— Très drôle.
— Non.
— Tu peux te dépêcher.
— Je fais à mon rythme.
— C’est de ta faute, aussi.
— Ne remets pas le même disque.
— Tu fais toujours le même chant.
— Pareillement.
— Je soupçonne une impatience.
— Dès plus virulente.
— Tu n’as qu’à prendre sur toi.
— Je fais quoi, là ?
— Tu as pris tes cachets ?
— Quatre, déjà !
— Va pas me faire une overdose.
— C’est de toi que je fais une overdose.
— C’est agréable à entendre.
— Vrai, je me demande pourquoi je suis avec toi.
— T’es libre.
— C’est bien ça le problème.
— Va pas me faire un cas de conscience.
— C’est aussi ça le problème.
— Passe-moi un verre d’eau.
— Tu en as marres de moi ?
— Complètement.
— Pourquoi ne pas me l’avoir dis plutôt ?
— Pas eu l’occasion.
— Parce que maintenant c’est l’occasion ?
— Faut croire.
— Je suis …
— Tu es ?
— Je ne me sens pas bien.
— C’est pas nouveau.
— Tu me cherches ?
— Pour l’instant je cherche une solution à notre problème.
— De couple ?
— Tu crois que c’est le moment ?
— Mais tu viens de me dire que c’était …
— T’es vraiment bête quand même.
— Bon alors, tu arrives à le mettre ce préservatif !!!

… avant internet on discutait vraiment dans les couples … en tête-à-tête.

© Max-Louis MARCETTEAU 2019