Hé, soigne tes pleurs ils sont de ce bleu froid

Jean_paul_gaultier_haute_couture_printemps_ete_2014

Jean_paul_gaultier_haute couture_printemps_ete_2014

Une longue série de dialogues avec pour socle le dialogue en bleu. Ce dialogue en bleu n’est pas de moi mais d’un défi d’écriture (2019) dont je ne me souviens plus à quel endroit du Web il se situe. Si vous avez l’adresse, n’hésitez pas à me l’écrire en commentaire, pour rendre à qui de droit ce qui appartient.

— Oui ?
— La factrice m’a dit que tu avais perdu une lettre.
— Non.
— Ah ? Elle m’a dit que tu y tenais, à cette lettre. Je vais à la poste.
— Mais, comme tu veux !
— J’espère bien. Et je vais retrouver cette lettre qui me paraît louche.
— Ah bon !
— Oui. Une lettre adressée à ton amant ?
— Mais non !
— Avoue !
— Non
— Tu mens !
— Pas cette fois.
— Tu me dis la vérité ? Étrange !
— Pourquoi pas.
— Je vais t’interdire l’encre et le papier.
— Ah, non !
— Alors, tu es sincère ?
— En effet.
— Bien. Alors, qui est l’heureux élu de cette lettre. Moi ?
— Peut-être.
— Je fais serment devant toi de la retrouver.
— Fais pour le mieux.
— Tu me donnes toute de même ton accord ?
— Oui.
— Tu m’embrasses
— D’accord.
— Tu peux compter sur moi !
— C’est ça.
— Hé, soigne tes pleurs ils sont de ce bleu froid qui abîme ma joie de vivre.
— A tout à l’heure.
— A midi … ma belle conscience.

 

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

cabossée sur l’aile droite

Defile-zuhair-murad-automne-hiver-2016-2017

Defile-zuhair-murad-automne-hiver-2016-2017

Une longue série de dialogues avec pour socle le dialogue en bleu. Ce dialogue en bleu n’est pas de moi mais d’un défi d’écriture (2019) dont je ne me souviens plus à quel endroit du Web il se situe. Si vous avez l’adresse, n’hésitez pas à me l’écrire en commentaire, pour rendre à qui de droit ce qui appartient.

— Oui ?
— Tu me cherches ?
— Non.
— Ah ? … Je peux prendre ta voiture ?
— Mais, comme tu veux !
— Elle est un peu cabossée sur l’aile droite, comme toi d’ailleurs.
— Ah bon !
— Je t’assure … et puis sa couleur est passée … toi aussi, tu changes.
— Mais non !
— Et pourtant, il y a quelque temps tu n’aurais pas discuter pour que j’emprunte ta voiture … comme pour te dire je t’aime.
— Non
— La preuve …
— Pas cette fois.
— Tu es de mauvaise foi quand je te regarde dans les yeux. Tu viens avec moi ? Je t’emmène ?
— Pourquoi pas.
— Tu prends un maillot bain, on va à la plage de Saint Marc.
— Ah, non !
— Il fait trop froid ? … comme pour me prendre la main ?
— En effet.
— Tu n’as plus confiance en moi ?
— Peut-être.
— Bon, j’y vais seul alors… je te ramène un souvenir ?
— Fais pour le mieux.
— Un coquillage qui à l’oreille raconte une histoire d’amour ?
— Oui.
— Et puis, je refais le plein de Ta voiture.
— D’accord.
— Je t’embrasse d’ici à cet endroit.
— C’est ça.
— Et toi, tu m’embrasses pas ?
— A tout à l’heure.
— Ou peut-être à jamais … Mon Amour.

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

Plaire à sa photographie à ma photogénie

Loire_pierre_percée_Iotop_2019

Loire_pierre_percée_Iotop_2019

Nouveau challenge – édition 2020 – Le marathon de la nouvelle


 » Demain sera toujours demain », mais quand le réveil sonne, il est aujourd’hui … les yeux noyés dans un rêve qui se gomme comme honteux d’avoir existé.

La page blanche dans le brouillard du matin et l’overdose de la fatigue qui tient le trottoir sur les douleurs de l’être à la marge de se tenir debout équilibriste sur le devant de la scène de son théâtre …

Mon miroir se moque de moi … je souris béatement comme si je devais me plaire à sa photographie à ma photogénie … je suis étrangement pâle de cet éclairage vers mon extérieur … je frotte de ma brosse à dents mes quelques dents encore …

Si je pouvais essorer mon cerveau comme mes vêtements après les battements de la machine à laver … la douche est salvatrice le bain régénérateur et pourtant le propre ne fait pas l’addition de ma bonne santé mentale …

Le revers ne connaît pas l’endroit, ils se font tout à fois face tout en étant opposés le no man’s land infranchissable même par raison atomique alors que je me regarde nu entre trois miroirs j’éclate de rire de me voir de tous les côtés de cette épaisseur sans relief …

J’évite le rasoir six fois par semaine et rate pourtant cinq fois par semaine mon bus du matin comme une disposition à me retenir sur mon territoire mais aujourd’hui c’est dimanche l’orgue de l’église me souffle son impatience … j’ai encore cet orgueil de servir à quel qu’instrument … une raison de vivre encore … sans doute …

© Max-Louis MARCETTEAU 2020

Quand la nuit s’ébroue sous la Lune

Defile-zuhair-murad-automne-hiver-2015-2016

Defile-zuhair-murad-automne-hiver-2015-2016

Une longue série de dialogues avec pour socle le dialogue en bleu. Ce dialogue en bleu n’est pas de moi mais d’un défi d’écriture (2019) dont je ne me souviens plus à quel endroit du Web il se situe. Si vous avez l’adresse, n’hésitez pas à me l’écrire en commentaire, pour rendre à qui de droit ce qui appartient.

— Oui ?
— J’ai cette peur ancestrale quand la nuit s’ébroue sous la Lune.
— Non.
— Rien pour me rassurer, me consoler … j’ai envie de tes bras autour de moi, bien forts serrés.
— Mais, comme tu veux !
— Tu ne m’aides pas. Tu pourrais au moins t’approcher de moi.
— Ah bon !
— Ne fais pas l’étonnée.
— Mais non !
— Je t’aime comme l’eau le lac au lit.
— Non
— Ta négation de moi est une piqûre de rappel de ton non-amour.
— Pas cette fois.
— Tu te dénies comme une vipère se mue.
— Pourquoi pas.
— Ton venin s’imprègne dans nos draps.
— Ah, non !
— Et pourtant, regarde-nous par l’effet de nos miroirs…
— En effet.
— Tu avoues notre défaite…
— Peut-être.
— Alors, que t’importes mon état de peur. Je vais aller me pendre … ailleurs …
— Fais pour le mieux.
— Et toi reste au pieu.
— Oui.
— Fais de beaux rêves, fragile existence et amour de paille
— D’accord.
— Et pose ton premier mot sur le lever de soleil quand mon dernier sera déjà du passé.
— C’est ça.
— Oui, c’est ça, ignoble indifférence.
— A tout à l’heure.
— A ta pendaison …

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

Ce non n’a pas d’écho

Robe de Elie Saab - automne-hiver-2017-2018 -14

Robe de Elie Saab – automne-hiver-2017-2018 -14

Une longue série de dialogues avec pour socle le dialogue en bleu. Ce dialogue en bleu n’est pas de moi mais d’un défi d’écriture (2019) dont je ne me souviens plus à quel endroit du Web il se situe. Si vous avez l’adresse, n’hésitez pas à me l’écrire en commentaire, pour rendre à qui de droit ce qui appartient.

— Oui ?
— Je suis à la recherche de mon passé.
— Non.
— Ce non n’a pas d’écho … je ressens l’espoir de … te retrouver … mon passé …
— Mais, comme tu veux !
— Mais, le veux-tu vraiment ? Toi, qui est en moi … et qui me refuse depuis trop longtemps …
— Ah bon !
— Oui.
— Mais non !
— Et pourtant … tu me rejettes comme si tu ne voulais pas me ..
— Non
— … faire resurgir … ce passé … traumatisant …
— Pas cette fois.
— J’ai besoin de cette souffrance pour … exister …
— Pourquoi pas.
— Alors ?
— Ah, non !
— Tu joues avec moi …
— En effet.
— Tu es ignoble
— Peut-être.
— Je vais te supprimer comme une mauvaise conscience.
— Fais pour le mieux.
— Tu n’as de cœur ?
— Oui.
— Je ne te demande pas ta préférence pour disparaître. Une bonne dose médicamenteuse, cela te va ?
— D’accord.
— Et bien disons … vingt grammes de celui-là …
— C’est ça.
— Tu ne me retiens pas ?
— A tout à l’heure.
— Alors, à tout de suite…

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

La mort n’est pas frileuse – Chapitre 4/4

Lune_fevrier_Iotop_2019

Lune_fevrier_Iotop_2019

(Sur une idée de Carnetsparesseux … une suite de l’Agenda Ironique Décembre 2019 Chapitre 3/4)


La dame de compagnie et la Dame, se regardèrent comme si pour une première fois, il y avait une consistance de l’autre qui apparaissait comme une évidence, une interconnexion humaine de confiance :

— Un rat, c’est commun, mais à cet endroit précis, à ce moment de notre existence …
— Je ne comprends pas vos propos. Je suis parcourue de cette incrédulité qui me fait frissonner.
— Ma Dame, ce rat n’est pas n’importe qui, c’est possiblement un espion.
— Vous délirez, il se fait tard, prenez du millepertuis en infusion et reprenez votre esprit en main.
— …
— Allons, allons ! Priez et faites pénitence, ce rat a faim et en cette époque c’est tout naturel.
— Ce rat n’est pas là par hasard…
— Enfin, ne soyez pas tête de mule, je vous dis que ce rat n’a pas d’importance.
— Bien, ma Dame … je pensais …
— Ne pensez plus. Il est tard. Laissez moi.

La dame se retira, désolée, inquiète comme si elle avait perdu de son assurance. Elle fit mander la femme de chambre. Puis elle sortie, en tenant ferme son chandelier à deux bougies, pour rejoindre l’aile nord de la forteresse, sa suite, mais en cours, elle bifurqua à sa gauche, pris le grand escalier pour se diriger vers la chapelle, pour prier.

La fraîcheur constante de ce lieu lui rappela que la mort n’est pas frileuse. Il y avait une résonance particulière qui martelait le sol, ses pas, le frottement de son manteau sur le dallage qui se paraît du vivant, les ombres diffuses maniaqueries d’exister par contradiction à la lumière, l’odeur insondable des âmes qui couraient sur les vitraux presque invisibles, les prières qui s’échappaient par effet d’être nées une seule fois soulevaient une poussière de mots, les cierges éteints droit dans leur foi à la mèche noire comme l’encre de l’enfer par dérision…

La dame sensible ressentait tout cela comme une vague déferlante dans son âme épouvantée qui par la main droite enserrait le chandelier comme un étau de forgeron. La dame, eut un serrement au milieu du ventre, à l’ombilic, et une brûlure au bas-ventre qui l’a fit s’arrêter net. Une angoisse se serra à l’intérieur de son corset, l’enserra brutalement. Elle avala sa salive. Respira fortement. Toussa. S’écroula dans un étranglement mêlé à un râle bruyant indécent dans ce lieu sacré.

— Alors ?
— Elle est bien morte, dit le Rongeur, à l’amant de la maîtresse du Seigneur.
— Vous êtes sacrément malin.
— Elle était fragile du cœur..
— Vous l’avez un peu aidée, quand même.
— Oui, c’est vrai. Son corset est imprégné d’un subtil mélange de poudre de plantes diverses et variées, triturées finement à la belladone, qui ne laisse aucune trace sur le corps …
— … pas à l’intérieur.
— Ne riez pas, bêtement.
— Vous êtes redoutable.
— Non pas, j’ai comme maîtresse la Dame.
— La Dame ?
— Elle-même.
— Mais … elle est l’instigatrice de l’affaire des Sacs…
— Et ?
— Sa dame avait des soupçons …
— Vous y êtes.
— Ainsi, il faut craindre pour ma vie … et le gardien ?
— Votre compère est en train de pourrir dans un cul-de-basse-fosse.
— Et moi ?
— Vous y êtes presque …

Et le Rongeur lui sauta à la gorge violemment…

© Max-Louis MARCETTEAU 2019

Bien vouloir venir me mettre en nuit – Chapitre 3/4

Clôture_drain_Iotop_2019

Clôture_drain_Iotop_2019

(Sur une idée de Carnetsparesseux … une suite de l’Agenda Ironique Décembre 2019 – « Origine – ICI » – Chapitre 2/4)


La Dame du Seigneur et sa dame de compagnie s’étaient rapprochées pour mieux s’entendre dans ce genre de confession qui parfois mine de rien a des oreilles … présentement sous le lit comme notre Rongeur Urkrokuf qui entendait tout, prenait note dans sa cervelle de rat, et rongeait en attendant un morceau d’étoffe qui traînait sur le sol dallé de pierres polies et peintes.

— La Princesse n’a-t-elle pas une vengeance à concevoir ? Il faudrait s’en informer sur le champ.
— J’ose demander à la Princesse … voyez ma position …
— Oui, ce n’est pas faux. Demander à l’une de ses femmes de compagnie…
— C’est une idée. Mais, la Princesse ne se déplace pas si facilement.
— Il faudrait la tenter à se déplacer … comme la peste…
— Ma Dame, vous êtes dans l’excès. Pourquoi, ne pas l’inviter au prochain tournoi par l’entremise de son mari le Prince Vikloux ?
— Oui, excellente idée … mais regardez là deux brillants rouges sur mon étoffe près de l’alcôve…

Et le Rongeur était tout à son affaire quand l’étoffe s’étira vers le haut l’emportant dans les airs qu’il ne lâcha pas sa prise qu’au dernier instant par le cri strident telle une herse devant l’ennemi farouche ici la Dame qui s’épouvanta d’un tremblement et se reprit aussitôt à la vue du rongeur qui tomba lestement et se faufila sous le baldaquin.

— Quand on parle du rat … il n’est jamais loin celui-là.
— Ma Dame, votre houppelande a été grignotée sur le côté, voyez.
— Demandez à la femme de chambre de bien vouloir venir me mettre en nuit et pour demain matin faire reprise.
— Bien, ma Dame.
— En attendant, prenez patience et apportez moi le témoignage de la trahison de votre époux.
— Cela se fera sans tarder, je vous promets.
— A ce moment-là, nous aviserons.
— Une dernière question, ma Dame.
— Laquelle ?
— Avez-vous souvent des rats, ici ?
— Non, rarement à l’étage et puis à cette saison.
— Étrange, vous ne trouvez pas ?
— Étrange ? Comment ça, étrange ? Expliquez-vous ?

( … à suivre)

© Max-Louis MARCETTEAU 2019